Cinéma

Le coffret collector "COLLECTION HANABI Volume 2": 6 DVD des meilleurs films japonais de 2019/2020

Le plein de cinéma japonais pour terminer l’année mieux qu'elle n'a commencé

Comme chaque année, l'association Hanabi, créée en janvier 2018, qui a pour but de promouvoir la culture japonaise en France, lance sa campagne d’adhésion. Vous êtes nombreux à vous être joint à cette formidable initiative.

Si vous n'avez pas encore franchi le pas, il est encore temps, la campagne se terminant le 3 janvier 2021. Vous ne serez pas déçus.

En tant qu’adhérant, des surprises vous attendent tout au long de l’année. Vous recevrez de nombreuses invitations. Hanabi organise de multiples éventements liés à la culture japonaise sous tous ses aspects et des festivals sur le cinéma japonais dans toute la France. Vous aurez également la possibilité de visionner en exclusivité les meilleurs films japonais contemporains dans une vidéothèque en ligne.

Pour devenir membre de l’association HANABI, rendez-vous sur la page dédiée chez Hello Asso ! (Notez que c'est déductible des impôts)

L'inscription à Hanabi revient à 55 euros. Une belle contrepartie vous attend. Vous recevrez un joli petit coffret collector regroupant une sélection de DVD de 6 des meilleurs films japonais diffusés en France ces dernières années.

Dans le coffret, vous trouverez le thriller de Koji Fukada L’INFIRMIÈRE en exclusivité avant sa sortie DVD fin janvier 2021, DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL et son hommage à la cérémonie du thé, l’hilarant NE COUPEZ PAS après son succès phénoménal au Japon, le film d’animation WONDERLAND, le documentaire sélectionné au Festival de Cannes 2019 TENZO et enfin le premier film de Ryusuke Hamaguchi PASSION.


L'infirmière

Disponible dans le coffret, en exclusivité avant sa sortie DVD fin janvier 2021.

Ichiko est infirmière à domicile. Elle travaille au sein d’une famille qui la considère depuis toujours comme un membre à part entière. Mais lorsque la cadette de la famille disparaît, Ichiko se trouve suspectée de complicité d’enlèvement. En retraçant la chaîne des événements, un trouble grandit : est-elle coupable ? Qui est-elle vraiment ? Un thriller psychologique machiavélique et stupéfiant.

Qui est vraiment Ichiko ? Une infirmière innocente prise dans la tourmente d’un terrible règlement de compte ? La coupable idéale d’un sombre fait divers, tant son comportement semble aller à rebours de la bien-pensance japonaise ? Ou bien une manipulatrice au sang-froid implacable ? Au terme de ce thriller psychologique construit avec intelligence et une incroyable malice, il est fort possible que le trouble apparaisse au final comme le seul grand vainqueur.


DANS UN JARDIN QU’ON DIRAIT ÉTERNEL

À Yokohama, Noriko et Michiko viennent de terminer leurs études. En attendant de savoir à quoi consacrer leur vie, elles sont poussées par leurs parents vers l'art ancestral de la cérémonie du thé.

Dans une maison traditionnelle, Noriko et sa cousine Michiko s’initient à la cérémonie du thé. D’abord concentrée sur sa carrière dans l’édition, Noriko, d'abord réticente, se laisse finalement séduire par les gestes ancestraux de Madame Takeda son exigeante professeure. Au fil du temps, elle découvre, à travers ce rituel, la saveur de l’instant présent, prend conscience du rythme des saisons et change peu à peu son regard sur l’existence. Michiko, elle, décide de suivre un tout autre chemin.

Tourné en 2018, le long-métrage est l’un des derniers auxquels l’actrice Kiki Kirin, icône du cinéma nippon, a participé avant de mourir d’un cancer, à l’âge de 75 ans.

Contemplatif, authentique, un film japonais immanquable en 2020.


NE COUPEZ PAS

Un réalisateur de pub se voit offrir la possibilité de réaliser un film d’horreur. Problème, l’œuvre doit être réalisée en un seul plan séquence et diffusée en direct.

Techniciens blasés, acteurs pas vraiment concernés, seul le réalisateur semble investi de l'énergie nécessaire pour donner vie à un énième navet de zombies à petit budget mais... Alors que le tournage bat son plein dans une usine désaffectée, pendant la préparation d'un plan particulièrement ingrat, la scène est perturbée par l'irruption d'authentiques morts-vivants...

NE COUPEZ PAS est sorti en novembre 2017 dans une petite salle d'art et essai Tokyoïte. Le film ne devait être diffusé qu’une petite semaine. Déjouant tous les pronostics, grâce au bouche-à-oreille, il devient de plus en plus populaire. Il sera diffusé dans près de 300 salles dans tout le pays et avec toujours le même succès.

Une hilarante comédie horrifique à la japonaise à voir absolument. Préparez vos popcorns et invitez vos amis… quand ce sera possible.


Wonderland, le royaume sans pluie

Akané est une jeune fille rêveuse. La veille de son anniversaire, elle se rend chez sa tante antiquaire pour récupérer son cadeau. Dans l’étrange bric-à-brac de la boutique, elle pose sa main sur une pierre magique. S’ouvre soudain un passage secret d’où surgit Hippocrate, un alchimiste venu d’un autre monde. Il veut convaincre Akané qu’elle est la Déesse du vent vert dont parle la légende et qu’elle seule peut éviter la terrible sécheresse qui menace son royaume. Accompagnées par l’alchimiste et son disciple Pipo, Akané et sa tante s’engagent dans un voyage fantastique pour sauver Wonderland.

L’histoire, adaptée d'un roman de Sachiko Kashiwaba, déjà à l'origine du Voyage de Chihiro, nous transporte dans un monde parallèle, dans un voyage initiatique, dans l'air du temps, à la recherche du bonheur perdu et dénonçant les dérives de notre monde industrialisé. Une jolie fable écologique à voir avec toute la famille.


TENZO

TENZO de Katsuya Tomita est un film qui se présente comme un documentaire qui suit deux bonzes de l’école bouddhiste Sôtô, Chiken et Ryûgyô.

Dans un temple Zen, « Tenzo » désigne la personne en charge des repas. C’est l’une des six fonctions prestigieuses du monastère, associée par ailleurs à l’enseignement d’autres aspects décisifs de la doctrine.

Les deux protagonistes se sont connus pendant leur apprentissage spirituel. Chiken, vit avec sa femme et son fils à Yamanashi, il s’investit dans la prévention du suicide et dispense les préceptes d’une alimentation végétale et zen. A Fukushima, Ryûgyô, seul, fait face aux ravages du tsunami. Son temple détruit, il travaille au déblaiement de la région et accompagne les victimes relogées en préfabriqués.

C’est comme le paradoxe de l’arbre : si un arbre tombe au milieu d’une forêt et qu’il n’y a personne pour l’entendre – le son n’étant, après tout, qu’une vibration du tympan – cette chute aura-t-elle fait du bruit ? De la même façon, un moine bouddhiste est-il encore un moine bouddhiste si une catastrophe nucléaire le prive de son temple et de ses fidèles ?

Pédagogique, zen, ce portrait croisé de deux moines zen (l’un est réel, l’autre est fictif mais est inspiré du cas réel d’un moine suicidé) dans le Japon dévasté de l’après-Fukushima, vous permettra de découvrir certains pans de l’identité japonaise.


Passion

Passion, ou le jeu de la vérité par Ryûsuke Hamaguchi

Un jeune couple annonce son mariage lors d’un dîner entre amis. Les réactions de chacun vont révéler des failles sentimentales jusque-là inexprimées au sein du groupe.

Passion est le premier film du Ryûsuke Hamaguchi mais c’est le dernier en date qui est parvenu à atteindre notre lointaine contrée.

Entre les remises en question personnelles du groupe de femmes trentenaires de Senses, et la transition à l’âge adulte de la jeune Asako à travers ses tribulations amoureuses dans les films du même nom, les trois films peuvent être perçus comme autant d’opus d’une grande trilogie sur la complexité émotionnelle, les réflexions intériorisées et les relations humaines dans la société japonaise.

"Passion" a surtout posé les fondations solides du cinéma intimiste du réalisateur japonais ou personnages et situations se font échos.

Ryûsuke Hamaguchi : « Lorsqu’une personne s’intéresse à une autre, l’écoute engendre une énergie incroyable qui nous fait voir et entendre des choses que nous n’avions pas espérées. Si nous voulons extraire une chose cachée, nous n’y arriverons jamais en restant nous-mêmes cachés. Nous devons offrir nous aussi quelque chose à la personne interrogée, quelque chose d’équivalent à l’offre de l’autre. La mise en scène n’est pas autre chose que la recherche et la tentative de faire voir ce que nous voulons. Je dirais « réalisation » plutôt que « mise en scène ». Mais le mot japonais Enshutsu signifie littéralement « faire sortir le jeu (des acteurs) », ou faire apparaître à la surface ce que les gens cachent en eux-mêmes. » [Leçon de cinéma par Ryusuke Hamaguchi]

Sélection de la rédaction
Populaires