Loisir

Shōgi, les échecs japonais, plus populaires que jamais

Vous avez adoré "Le jeu de la dame" sur Netflix ? Sachez qu'au Japon, les échecs "traditionnels" ne sont pas très populaires. On leur préfère une version plus locale appelée shōgi, le "jeu du général".

Le shōgi moderne, millénaire, est probablement dérivé des échecs chinois, xiangqi, mais présente également des similitudes intéressantes avec les échecs thaïlandais, makruk.

A la différence des échecs, les pièces du shōgi partagent la même couleur. Il s'agit de petites pièces de bois sur lesquelles est écrit leur nom en caractère chinois. Seule l'orientation de la pièce permet de distinguer leur appartenance à tel ou tel joueur.

Les autres différences notables concernent encore et toujours les pièces. Toutes, à l'exception du roi et de l'or, peuvent être promues pour acquérir de nouveaux pouvoirs. La valeur promue se trouve sur le revers de la pièce et est souvent représentée en calligraphie rouge, généralement écrite dans un style cursif.

Ce qui rend le shōgi vraiment unique parmi les formes d’échecs est le suivant : chaque joueur peut, au lieu de déplacer une des pièces du plateau, choisir de remettre en jeu l’une des pièces qu’il a capturées.

Il existe bien entendu d’innombrables autres spécificités propres à ce jeu mais l'objectif de cet article est davantage de vous faire découvrir l'engouement des Japonais à son égard que d'essayer de vous faire devenir un professionnel.

Le shōgi est si populaire que les championnats sont régulièrement diffusés et commentés en direct, le plus souvent le dimanche matin, sur la télévision nationale. Une partie durant entre 30 minutes et deux heures. Les grands maîtres sont de vrais stars qui ont les honneurs des médias généralistes. Le jeune Sōta Fujii, plus jeune vainqueur d'un tournoi majeur à l’âge de 17 ans est en train de devenir une véritable star au Japon.

La réaction du joueur de gauche lorsqu'il se rencontre de l'erreur de son adversaire qui lui offre la victoire (à 1'10) et celle des commentateurs "fous de joie".

Le shōgi touche toutes les strates de la population, grâce à de nombreux feuilletons TV ou mangas. Le plus célèbre de ces dernières années s'appelle 3月のライオン, March Comes in like a Lion, malheureusement non disponible en langue française.

L'action du manga, et donc de l'anime, se passe à Tsukuda, dans le quartier de DozoDomo à Tokyo.
Bande-annonce du film tiré du manga.

Comme dans bien des milieux au Japon, le shōgi dispose aussi de ses "bons clients" en TV :

Une interview de Takanori Hashimoto, 8e dan de shōgi, qui a bien fait rire les commentateurs.

Si vous souhaitez vous lancer dans l'apprentissage d'un jeu typiquement japonais, sachez que le shōgi n'est pas le plus facile d’accès. Les joueurs d’échecs partiront avec un avantage certain mais comme pour son homologue occidental, le shōgi demande un vrai investissement en temps pour devenir un bon joueur. A l'inverse, le jeu de go ou les cartes hanafuda pourraient vous permettre de vous amuser plus rapidement.

Sélection de la rédaction