Actualité

À Takikawa, d’effrayants robots loups empêchent les attaques d'ours

Outre la consommation de végétaux herbacés pour satisfaire son appétit printanier, l’ours consomme des fruits charnus (myrtilles, bourdaines, framboises, ...), ce jusqu'en début d'automne dès l'apparition des fruits secs. Riches en calories, glands, faines et châtaignes entrent dans le cadre de son régime alimentaire avant l'hibernation.

Selon des défenseurs de l'environnement, il y a une pénurie de glands dans la nature japonaise. C'est problématique. La déforestation et la croissance des villes ont réduit la barrière naturelle qui distancie les "maisons" des ours et celles des humains. Les ours noirs japonais, qui pèsent plus de 100 kg, ont commencé par se rapprocher des zones habitées pour chercher de la nourriture.

En 2019, 157 personnes se sont faites attaquées. Plus d'une douzaine, ont eu lieu en 2020. Elles ont parfois été mortelles. (données gouvernementales/pdf)

La ville de Takikawa, dans la région d’Hokkaidō, a déployé des robots pour dissuader les ours d’approcher. Depuis l'installation de ces épouvantails mécaniques, les officiels annoncent qu'aucune attaque ne s'est produite.

Les loups sont des prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire et jouent un rôle vital dans leurs écosystèmes, mais ce fait ne les empêche pas d'être vulnérables aux attaques d'autres prédateurs. Autrefois, ours noirs et loups se partageaient les régions du centre et du nord du Japon. A l’instar de ce qui se passe dans les régions du monde ou un rapide développement économique et l'urbanisation galopante ont eu lieu, aujourd’hui, au Japon, le loup n'y est plus. Voici ce qu'il en reste.

Sélection de la rédaction