Actualité

Portrait: Yoshihide Suga élu premier ministre du Japon

Yoshihide Suga est désormais le 99e Premier ministre du Japon. L'homme de 71 ans vient d’être élu lors d'un vote survenu à l’assemblée nationale. Une consécration pour un politicien qui n'avait pourtant pas le profil de l'emploi et qui jusque récemment n'était pas considéré comme un candidat au poste.

Dans les coulisses, cependant, le secrétaire en chef du Cabinet a obtenu des résultats en apprivoisant la bureaucratie souvent insoluble du Japon à faire adopter des réformes administratives, parfois en utilisant des tactiques sévères.

Né le 6 décembre 1948 dans un village enneigé de la préfecture d'Akita d'un père cultivateur de fraises et d'une institutrice, Suga a aidé dans les champs pendant son enfance et, en tant que fils aîné, devait finalement reprendre l'entreprise familiale.

Suga hésitait à devenir lui-même agriculteur et a déclaré qu'après le lycée, il "s'était enfui de chez lui" pour trouver du travail à Tokyo. Il s'est retrouvé dans une usine de carton, mais a rapidement perdu ses illusions et a démissionné, s'inscrivant à l'Université Hosei en 1969.

Suga a déclaré qu'il ne s'intéressait pas à la vague de manifestations étudiantes contre l'alliance de sécurité nippo-américaine et à la guerre du Vietnam qui balayait le pays à l'époque, occupant un certain nombre d'emplois tels que celui d'agent de sécurité et d'assistant de rédaction de bas niveau pour payer ses études. Il a aussi pris du temps pour faire du sport, devenant vice-capitaine de l'équipe de karaté.

Quelques années après avoir obtenu son diplôme et rejoint une entreprise de maintenance électrique, Suga s'est intéressé à la politique et est devenu secrétaire d'un membre de la Diète, apprenant les tenants et les aboutissants du métier pendant plus d'une décennie avant de se présenter avec succès à l'assemblée de la ville de Yokohama en 1987.

Sa chance d'entrer dans la politique nationale est venue en 1996 lorsque le fils d'un membre vieillissant de la Chambre des représentants qui devait prendre le contrôle de la circonscription de son père est décédé de manière inattendue, laissant une place libre pour courir sur le ticket du Parti libéral démocrate. Il a remporté le siège à l'âge de 47 ans.

Suga a cultivé une image de self-made man - sa devise est "Là où il y a une volonté, il y a un moyen". Son parcours est en contraste frappant avec l'homme auquel il succède en tant que Premier ministre lors d'une session extraordinaire de la Diète mercredi. Abe, le descendant d'une dynastie politique, a été préparé pour le poste dès son plus jeune âge.

Les deux se sont rapprochés de leur passion commune pour assurer le retour des ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980. Suga était déjà membre du gouvernement lors du premier passage au pouvoir d'Abe de 2006 à 2007.

En tant que ministre de l'Intérieur, Suga a introduit un programme d'impôt très populaire -un vrai oxymore- qui accorde des déductions fiscales pour les dons faits aux gouvernements locaux dans les campagnes. Il a également joué un rôle clé dans le retour au pouvoir d'Abe fin 2012.

Accro de travail notoire, la routine matinale de Suga pendant ses près de huit ans en tant que secrétaire en chef du Cabinet a été décrite comme suit. Il se réveille à 5 heures du matin, passe une heure à vérifier les nouvelles, y compris tous les principaux journaux et la NHK, fait une promenade de 40 minutes, 100 crunchs (abdos), prend son petit-déjeuner puis se rend au bureau du Premier ministre à 9 heures.

Chaque jour, Suga a tenu deux conférences de presse en tant que principal porte-parole du gouvernement et une vingtaine de réunions. Il préfère avoir des nouilles soba pour le déjeuner afin de pouvoir finir de manger en cinq minutes.

Après avoir quitté le bureau du Premier ministre à 18 h 45, il se réunit au cours d'un dîner avec d'autres politiciens ainsi que des universitaires pour échanger des points de vue sur la politique. Il tient souvent deux ou trois de ces réunions par nuit, en veillant à ne pas trop manger.

Ne buvant pas d'alcool, Suga préfère le sucre. Une envie qu'il satisfait en emmenant ses assistants et journalistes pour des pancakes tous les quelques mois.

Il dort rarement, voire jamais, chez lui à Yokohama, au lieu de cela, il séjourne dans un appartement du gouvernement à proximité pour être en mesure de répondre rapidement à toute urgence.

Suga était relativement inconnu du public jusqu'en avril de l'année dernière, lorsque son dévoilement du nouveau nom de l'ère impériale du Japon lui a valu le surnom de «Oncle Reiwa» avec un regain de popularité.

CC BY 4.0

Son aversion pour les projecteurs s'étend à sa femme Mariko, avec qui il a trois fils adultes. La femme qui deviendra la première dame du Japon apparaît rarement en public, et Suga a déclaré qu'il avait eu le plus de mal à la convaincre de le laisser se présenter à la tête du LDP.

Connu pour être très exigeant envers les bureaucrates qui travaillent sous ses ordres, Suga a exercé l'autorité du puissant Bureau des affaires du personnel du Cabinet pour écarter ceux qui ont de mauvais résultats ou qui ne sont pas alignés sur sa pensée.

Lorsqu'on lui a demandé de donner un exemple d'une idée fausse commune à son sujet lors d'un débat en direct avec les deux autres candidats à la direction du LDP samedi, Suga a déclaré: "Les gens pensent que je suis effrayant mais je suis très gentil avec ceux qui font leur travail correctement."

Contrairement à ses rivaux lors de l'élection de lundi, l'ancien ministre des Affaires étrangères Fumio Kishida et l'ancien ministre de la Défense Shigeru Ishiba, Suga a peu d'expérience dans les affaires diplomatiques et de sécurité, préférant se concentrer sur les questions nationales telles que la réduction des frais de téléphonie mobile et le tourisme intérieur "Go To Travel" programme, destiné à soutenir une industrie durement touchée par la pandémie de coronavirus.

Etsushi Tanifuji, professeur de sciences politiques à l'Université Waseda, a déclaré que Suga n'avait pas une grande vision pour le Japon et était plus un résolveur de problèmes. Un style qui lui réussissait en tant que secrétaire en chef du cabinet mais pourrait être problématique en tant que Premier ministre.

"Certains dirigeants ont une idéologie et ils agissent avec comme leur guide. Suga n'est pas ce genre de politicien."

Actualité
Sélection de la rédaction