Tradition & Quotidien

Suikawari, le jeu japonais de l'ouverture de pastèque

Ah l’été... la plage, le soleil, les pique-niques, les guêpes, les bouchons sur la route... Il y a tout un tas de petites choses propres à cette saison. Au Japon, avec les moustiques, l'autre star estivale s'appelle suika, la pastèque.

A maintes reprises, nous vous en avons parlé sur DozoDomo. Ventes aux enchères records, pastèques carrées, la cucurbitacée est largement préférée au melon au pays des fruits hors de prix.

Élément indispensable de toute virée à la plage ou nuit au camping, la pastèque peut aussi être à l'origine d'une activité amusante appelée suikawari (スイカ割り). Les yeux bandés, un joueur muni d'un grand bâton suit les indications d'un camarade pour se placer face au fruit, et d'un grand coup, tente de l'ouvrir en deux.

Cela paraît très simple, mais ça ne l'est pas vraiment. C'est en tous cas, toujours l'occasion de passer un bon moment et de partager une bonne rigolade entre amis ou en famille.

Un jeu (parfois) très sérieux

Sachez qu'il a existé dans le passe une association japonaise de suikawari (JSWA). Les règles établies étaient les suivantes:
- Distance entre le joueur et la pastèque: plus de 5 m et moins de 7 m
- Bâton: circonférence de 5 cm; longueur égale ou inférieure à 120 cm.
- Pour vérifier que le joueur a vraiment les yeux bandés, le public est encouragé à déposer un billet de 10000 yens devant le joueur.
- Une Pastèque bien mûre.
- Limite de temps: 3 minutes.

Les juges doivent évaluer le joueur en fonction de la qualité de la découpe. Les joueurs qui coupent la pastèque en moitiés égales peuvent se rapprocher d'un score parfait. Ultime détail: les juges doivent avoir mangé au moins 10 pastèques dans l'année en cours.

Et si vous n'avez pas de bâton sous les mains, vous pouvez toujours essayer avec des élastiques. A vos risques et périls cependant.

https://www.facebook.com/watch/?v=2652568578150571
Tradition & Quotidien
Sélection de la rédaction