Livre

Critique: "Clair-Obscur, le dernier roman inachevé" de Natsume Sōseki, l'un des plus célèbres écrivains japonais

Partagez

Le 9 décembre 1916 disparaissait l'un des plus célèbres écrivains japonais, Natsume Sōseki. L'auteur du célèbre "Je suis un chat" a d'ailleurs arboré la face du billet de 1000 yens, le plus commun, entre 1984 et 2004. C'est aussi et surtout pour son roman intitulé "Botchan" que Sōseki est passé à la postérité. Chaque écolier japonais le lit durant sa scolarité.

Inachevé

Autant l'annoncer immédiatement : ce livre est frustrant. Dernier ouvrage de Sôseki, inachevé, il laisse un arrière-goût quelque peu amer, celui de la lecture qu'on voudrait continuer pour savoir enfin le fin mot de tout cela, et l'avenir de certains personnages.

On suit l'histoire d'un jeune couple, TSUDA Toshio et Nobuko, mariés depuis six mois. Issus de familles aisées, ils semblent peu de soucier du quotidien. Et Toshio, communément appelé Tsuda dans le roman, de nouveau malade, doit subir une opération qui va l'immobiliser loin de chez lui quelques temps.

Sauf que... leur quotidien n'est pas si exempt de soucis. Le père de Tsuda lui refuse une aide financière, et c'est alors que les intrigues fusent de toutes part entre Nobuko, Hideko (la soeur du malade), Madame Yoshiyama... Petit à petit, la pelote se déroule, fluide. Sans qu'il le soit dit directement, Tsuda est en souffrance, mais nie son mal-être, se met de furieuses œillères, et refuse jusqu'à voir la bonté qui l'entoure. Un beau jour arrive où il prendra une décision terrible et dramatique... (il sera nécessaire de considérer ces termes dans la société du début du XXe siècle !).

Natsume Sôseki signait là sa dernière œuvre qu'il n'a malheureusement pu achever, emporté à l’âge de 49 ans par un ulcère à l'estomac mais le texte n'est pas illisible ni incompréhensible.

C'est un ouvrage passionnant, qui montre sûrement mais de façon très fine les affres de l'inconscient et la force de celui-ci dans le quotidien, et que ce mal-être est difficile à accepter et à exprimer quand on est pétri et engoncé dans les convenances sociales. L'ami de Tsuda ne fait pas beaucoup de cas du qu'en-dira-t-on, mais Tsuda le méprise pour cela. Il n'empêche que le plus libre des deux est aussi le plus sain d'esprit.  Mais voilà, Tsuda finira par prendre un envol loin de son cadre de vie habituel. Prise de liberté ? Geste inconvenant lourd de conséquence ? On ne le saura jamais et c'est à chacun de faire son idée.

Les descriptions de Sōseki sont aussi simples que raffinées, une élégance toute japonaise et l'immersion dans la haute société japonaise du début du siècle dernier se fait sans heurts. Le dernier livre du Maître est un roman à ne pas ignorer.

  • Tsuda doit subir une opération bénigne qui l'oblige à être éloigné quelques jours de sa femme, Nobuko. De cet événement anodin découle un véritable drame. Mais, comme toujours chez Sôseki, la tragédie s'installe dans le silence : un geste ou un regard, le froissement d'une étoffe. Puis l'orage gronde, transformant les cieux qu'on croyait cléments. L'amour n'est plus alors, entre Tsudo et Nobuko, qu'un souvenir douloureux. Chronique implacable d'un naufrage conjugual, Clair-obscur est le dernier roman de Sôseki.

    * Prix constaté au moment de la publication
    9.00
Suggestion de la rédaction
Populaires

Suivez-nous