Restez Vigilant
Livre

Paprika, de Yasutaka Tsutsui, le roman qui a inspiré le chef-d’œuvre de Satoshi Kon

Aux yeux du monde, Atsuko Chiba est une psychothérapeute de renom, en lice pour l'obtention d'un prix Nobel. Le soir, en revanche, elle devient Paprika, son alter ego chaleureux et spontané, en charge de séances… bien particulières. Grâce à la technologie de pointe du brillant Kôsaku Tokita, il est désormais possible d'explorer les rêves d'autrui en toute lucidité, et Paprika en a fait sa spécialité. Mais lorsqu'un beau jour un tout nouveau prototype est dérobé par un individu peu scrupuleux, les employés de l'institut d'Atsuko commencent un à un à se comporter étrangement. Et quand l'assistant de Kôsaku disparaît, la jeune psychothérapeute se retrouve forcée de mener l'enquête afin de ne pas devenir la prochaine victime…

Paprika contre Paprika

Paprika, de Yasutaka Tsutsui, a été publié au Japon en 1993. En 2006, est sorti dans les salles de cinema l'adaptation de Satoshi Kon. L'oeuvre du prolifique écrivain japonais est finalement traduit en français près d'une trentaine d’année plus tard.

Satoshi Kon (Perfect Blue, Millennium Actress) aime s’inspirer du matériel source avec beaucoup de liberté. Ne vous fiez donc pas aux apparences. Si les Éditions Ynnis ont choisi pour illustration l'affiche du festival de couleurs qu'est le film psychédélique du réalisateur japonais, les deux versions de l'histoire présentent de nombreuses et intéressantes différences aussi bien structurelles que thématiques.

La version cinématographique s’ouvre sur une étonnante séquence, une course folle annonciatrice qui abat immédiatement des barrières. Les frontières entre rêves et réalité sont plus poreuses qu’elles n’y paraissent. Le roman, lui, est lancé de manière bien plus prosaïque. Dans la salle du personnel de l'Institut de recherche psychiatrique avec deux scientifiques, Atsuko Chiba et Kôsaku Tokita, discutant de problèmes récents dans leur travail durant leur pause déjeuner. Tout est bien plus posé. Le contraste entre les deux médiums est manifeste.

Le film d'animation est un thriller et l’héroïne doit réussir à percer un mystère en évolution. Les informations clés sont retenues et dévoilées dramatiquement aux moments opportuns. Le roman révèle assez tôt certaines ficelles et la véritable nature des personnages. Par exemple, entre Atsuko et Paprika la connexion est tacite dans le film mais elle est catégorique et détaillée dans l’original. Les antagonistes sont établis rapidement, et nous suivons l’évolution psychologique de l’héroïne à travers la série de complots et de machinations en cours d’accomplissement à un rythme considérablement moins frénétique.

Yasutaka Tsutsui contre Satoshi Kon

Paprika, le roman, est un drame dans lequel le psychopathe est ennuyeux. Asutaka Tsutsui s’intéresse beaucoup plus aux maladies mentales et à la psychothérapie (Satoshi Kon les passes très largement sous silence). La sexualité y est aussi beaucoup plus développée. De nombreuses observations sur la société japonaise et la position de la femme sont également présentes. De nombreuses intrigues secondaires mains intéressantes sont absentes du film. Par exemple, il est question de la nomination d'Atsuko et de Kôsaku pour le prix Nobel et les personnages ont aussi une histoire bien plus complexe. Atsuko/Paprika est loin d'être une féministe ou un modèle féminin. Atsuko/Paprika, « médecin des rêves », tombe amoureuse de tous ses patients masculins et le sexe étant le plus souvent au cœur de sa technique de diagnostic, elle est aussi la cible volontaire de leurs fantasmes de viol.

Malgré les antécédents du réalisateur japonais. Il a abordé dans ses films de nombreuses questions sociales et sujets polémiques telles que le suicide, l'itinérance, la prostitution et le passé militariste du Japon, la version cinématographique évite certains des aspects les plus controversés du roman. Plusieurs thèmes, à peine évoqués dans le film, sont plus formellement exposés dans le roman : le pouvoir, la domination, l'empathie, les thérapies par lavage de cerveau, le christianisme, le bouddhisme.

Comme souvent dans ce genre de situation, il est assez compliqué de lire un roman et prévaloir ses qualités, après avoir vu le film, surtout une œuvre aussi mémorable que celle de Satoshi Kon. Mais comparer les deux propositions est inévitable.

Cela dit, distinguer le meilleur des deux œuvres n’est pas intéressant outre mesure et c’est un exercice dénué de sens. Le roman et le film sont suffisamment différents dans leur approche pour que vous puissiez en profiter sans qu’une aventure puisse ruiner l'autre. Au contraire. Le fait est que Yasutaka Tsutsui lui-même a eu un rôle dans le film.

  • Livre

    Le roman qui a inspiré le chef-d’œuvre de Satoshi KON.

    Alternant entre songes et réalité, Atsuko et Paprika devront ensemble lever le voile sur la machination qui les menace tout en résolvant les mystères concernant leurs patients. Une course contre la montre haletante s'engage alors, tandis que l'étau se resserre autour de la détective des rêves…

    Paprika a été publié au Japon en 1993. En 2006, est sorti dans les salles de cinema l'adaptation de Satoshi Kon. L'oeuvre de Yasutaka Tsutsui est finalement traduit en français près d'une trentaine d’année plus tard. Édité par les éditions Ynnis, le roman est divisé en deux tomes, le premier intitulé Dangeureux Fantasmes, est en librairie, la conclusion ne sera disponible que fin 2021.

Sélection de la rédaction
Affiliation
Populaires