Otaku

Tous les Tokusatsu de la Toei disponibles sur une chaine youtube

Transmutation
Les trois shérifs de l'espace : Sharivan, Shaider et X-or

Lancée en avril dernier, TOEI TOKUSATSU WORLD OFFICIAL, la chaîne youtube de la Toei consacrée à ses anciennes séries de super héros commence enfin à révéler son potentiel. Le catalogue de licences de la Toei Company est assez conséquent. Ici, elle propose 70 productions diffusées entre 1960 et la fin des années 90.

Vive les effets spéciaux

Ainsi, les fans de Super Sentai, ces bons vieux super-héros à la japonaise disposant de Mecha pour combattre les forces du mal qui veulent s'emparer de la terre et détruire notre présent, peuvent se délecter de retrouver dans d’assez bonne condition les aventures de ces défenseurs de l’ordre et de la justice en armure, aux budgets très serrés, qui ont bercé leur enfance.

Mais vous pourrez aussi découvrir des personnages totalement inconnus en occident avec les Toei Fushigi Comedy Series, comédies légères destinées à un public familial avec des robots maladroits et de nombreuses Magical Girls. Notamment une certaine héroïne portant le doux nom de Bishôjo Kamen Poitrine, la Belle Fille Masquée « Poitrine ».

Vous serez absolument ravis de retrouver Space Cop Gavan (aka X-Or) et Sharivan, Winspector et sa suite Solbrain, ainsi que Jaspion (Très connu au brésil), Gorenger (les ancêtres des Power Ranger), Message from Space (aka San-Ku-Kai), certains Kamen Rider comme Shin Kamen Rider, mais aussi Captain Ultra, Yoei Bugeicho, Dear Robottie!, Message From Space, Chanzerion, Daimos, National Kid, Suki Suki Majo Sensei, Robot 8-Chan, Magical Girl Chukana Paipai, Voltes V, Daimos, Kikaida, Kikaida 01, B-Fighter, B-Fighter Kabuto, Inazuman, Robotak, Denjiman, Google V, Robot Detective K, Sun Vulcan, Battle Fever J, Dynaman, Jiraiya, Kaiketsu Zubat, Various Fushigi Comedy Series… Et ce ne sont là que les séries que je suis capable d’identifier.

Mais point, pour l’instant, de Bioman et de ses nombreuses déclinaisons Liveman, Flashman ou Maskman, que l’on nous a faussement présenté en France comme des suites.

Évidemment les vidéos sont publiées dans leur version originale, en japonais. Toutes disposent de sous-titres en japonais. D’autres langues sont aléatoirement ajoutées, sans aucune logique précise, dans la sélection de sous-titres « natifs ». L’anglais et l’allemand sont privilégiés.

Très peu de titres sont disponibles en français. Le premier épisode d’x-or est l’un d’entre eux.

De nombreux épisodes sont ajoutés ponctuellement. Espérons que la compagnie continue sur sa lancée. Ce qui n’est pas gagné.

Mais profitons-en tant que la chaine est en ligne ou en attendant un service de streaming bien plus ambitieux.

Sélection de la rédaction