nature

Les cerfs de Nara ont bien failli disparaître durant la seconde guerre mondiale

Ils sont l’emblème de l'ancienne capitale impériale du Japon et pourtant les cerfs de la ville de Nara ont bien failli disparaître durant la seconde guerre mondiale. La raison ? Des hommes affamés.

Les cerfs considérés comme sacrés depuis plus de 1000 ans sont désignés trésors naturels nationaux. Leur origine remonte à la période dite de Nara lorsque le Grand Sanctuaire de Kasuga a été construit dans la ville du même nom. Selon la légende, la divinité Takemikazuchi-no-Mikoto est apparue au sommet du mont Mikasa alors qu'elle chevauchait un cerf blanc après avoir quitté le sanctuaire de Kashima dans la préfecture d'Ibaraki, non loin de Tokyo, pour protéger l'ancienne capitale de Heijokyo (l'ancien nom de Nara). On dit que les cerfs de Nara sont depuis considérés comme des entités sacrées au service des divinités.

Cependant, au milieu de la guerre du Pacifique, de graves pénuries alimentaires ont amené la population au bord du gouffre. Les cerfs devenaient alors l'une des rares sources de nourriture disponibles. Le gouvernement préfectoral de l'époque avait établi des zones autour du parc de Nara qui interdisaient de tuer et de blesser des cerfs, mais le braconnage et la chasse excessive aux cerfs étaient apparemment devenus monnaie courante pour éviter la famine.

Une espèce sacrée et protégée

Shinichi Watanabe, professeur de sociologie à l'Université de Nara, a déclaré que le nombre de cerfs dans la zone autour du parc avait chuté de façon drastique, passant d'environ 900 avant la guerre à 79 peu après la guerre. Il a souligné: "Tous n'ont pas été tués. Il est probable qu'un bon nombre d'entre eux ne soient jamais revenus après s'être échappés au mont Kasuga ou à l'extérieur de la ville en regardant d'autres cerfs se faire tirer dessus."

Une société de conservation, qui devint plus tard la Nara Deer Preservation Foundation, prit l'affaire très au sérieux et s'engagea dans la protection des cerfs, et avait contribué à ramener le nombre de cerfs à 378 en 1955. Les cerfs femelles donnent naissance à un faon presque chaque année si l'environnement est adapté.

Hiroaki Sato, professeur agrégé d'écologie à l'Université des femmes de Nara, a déclaré: "Les cerfs ont pu augmenter rapidement leur nombre précisément en raison de leur capacité de reproduction élevée et de leurs efforts de protection." La progéniture a continué à être produite, et on n'a pas observé de diminution importante du nombre depuis 1957, lorsque les cerfs ont été désignés comme trésors naturels nationaux. En juillet de cette année, 1670 cerfs vivaient dans et autour du parc de Nara, selon des enquêtes de la Nara Deer Preservation Foundation.

Bien qu'ils soient des animaux sauvages, les cerfs de Nara ont une présence unique ayant une valeur religieuse en tant qu'entités sacrées ainsi qu'une valeur économique en tant que ressource touristique. Le professeur Watanabe a commenté: "Nous devons continuer à transmettre ces histoires comme des faits historiques qui montrent les graves pénuries alimentaires de cette époque."

[Précision : Bien qu'ils ressemblent à des daims, les animaux du parc de Nara sont bien des cerfs sika (sika étant le mot japonais pour cerf) ou cervus nippon. Il est légèrement plus petit que le daim et possède des bois qui peuvent dépasser huit cors. Comme le daim, il possède une robe tachetée.]

nature
Sélection de la rédaction