Revue de Web

Des photos de Nagasaki, un jour après le bombardement

En 2014, Bonhams, la maison de ventes aux enchères fondée en 1793, présentait pour la première fois au public à New York, une série de 24 incroyables photographies de Nagasaki, le lendemain du bombardement de 1945.

C’est au célèbre photographe militaire japonais Yosuke Yamahata à qui l’on doit ces clichés. Quand la bombe a été larguée le 9 août 1945, Yamahata était en fait en mission près de Nagasaki. Dès qu'il a entendu les nouvelles, il a sauté dans un train avec un écrivain et un peintre pour aller se rendre compte de la situation dans la ville dévastée. Sa mission était de se procurer des images qui serviraient à la propagande militaire. 119 photographies ont été prises.

Beaucoup de ces images ont été diffusées dans le Mainichi Shimbun le 21 août de la même année. Elles ont rapidement été retirées par la censure américaine.

Yosuke Yamahata écrira en 1952 :

Les hommes oublient, et les jugements critiques s'estompent, avec les années et les changements de mode de vie et les circonstances. Mais la caméra a saisi les dures réalités de l'époque, rapporte les faits tels qu’ils se sont déroulés sept années auparavant sans le moindre enjolivement.

Yamahata est mort en 1966, à 48 ans, d'un cancer probablement causé par son exposition aux rayonnements atomiques de Nagasaki.

Les photographies avaient été confisquées à un citoyen d’Osaka par un membre de la police militaire américaine. Précieusement conservées jusqu’ici, il n’avait aucune idée de l’importance de ce qu’il possédait. Elles devraient rapporter entre 18.000 et 26.000 euros.

Pour en savoir plus sur l’intéressante histoire de ces images d’archives, rendez-vous sur le site web de la maison Bonhams.

nagazaki (1)

© copyright Shogo Yamahata, avec l'aimable autorisation de Bonhams

 

nagazaki-(2)

© copyright Shogo Yamahata, avec l'aimable autorisation de Bonhams

 

nagazaki-(3)

© copyright Shogo Yamahata, avec l'aimable autorisation de Bonhams

 

nagazaki-(4)

© copyright Shogo Yamahata, avec l'aimable autorisation de Bonhams

Revue de Web
Sélection de la rédaction