Technologie

Avec METARACER, Asics se lance dans la course aux chaussures avec plaques de carbones

METARACER est une paire de chaussure produite par le japonais ASICS en réponse à l’Alphafly de Nike, la version commerciale de la controversée Vaporfly Next% qui a permis à Eliud Kipchoge pour passer sous les 2 heures sur la distance marathon.

Annoncées pour les JO de Tokyo, les « METARACER » font partie d’une gamme de chaussures baptisée « Aurore Rouge », symbole d’espoir, de passion et de dévouement des athlètes et célébrant le Japon et la ville de Tokyo. Produite en édition limitée, le modèle METARACER Tokyo arbore fièrement le nom de la mégalopole.

L'empeigne est également dotée de perforations pour évacuer l'eau qui pourrait s'infiltrer dans la chaussure, et la technologie GUIDESOLE introduit un design amélioré avec une surélevation de la pointe de la chaussure. Ces deux composants sont combinés pour réduire le mouvement de l'articulation de la cheville, pour aider les coureurs à économiser leur énergie à chaque foulée. Le mouvement de roulement de la chaussure propulse efficacement le pied vers l'avant, offrant une expérience de course unique en son genre. Dotée de la technologie GUIDESOLE, la chaussure METARACER™ Tokyo est conçue pour vous aider à aller au niveau supérieur.

Voici un texte publicitaire percutant pour annoncer l’innovation apportée ici. La chaussure est équipée d’une plaque carbone, technologie désormais autorisée en compétition par la Fédération Internationale d’Athlétisme.

La plaque de propulsion en carbone dans les chaussures de course est une véritable révolution. C’est un ressort qui restitue l’énergie de l’impulsion après impact au sol grâce à sa forme et sa constitution.

Nike, Adidas, Brooks, Hoka, Saucony… Toute marque se doit de posséder un modèle équipé de cette technologie. Chez ASICS, les METARACER Tokyo sont disponibles dans le commerce au tarif de 200 euros.

METASPRINT va révolutionner le monde du sprint avec sa semelle sans pointes

C’est l’autre produit marquant de la marque japonaise pour la compétition.

Sur la METARACER, la plaque rigide avec pointes qu’on retrouve habituellement sous les chaussures de sprint a été remplacée contre une structure extérieure en fibres de carbone. Cette dernière, extrêmement légère, permet de donner une meilleure traction aux coureurs, en réduisant le temps de contact au sol de la chaussure et améliorant ainsi la propulsion. Selon les ingénieurs d’Asics, sans les pointes qui s’enfoncent dans le revêtement de la piste, les athlètes transfèrent alors de la puissance supplémentaire à chaque foulée et augmentent ainsi leur vitesse.

Cette chaussure devait prouver son efficacité aux pieds des coureurs lors des Jeux Olympiques de Tokyo. Partie remise.

Technologie
Sélection de la rédaction