• Musée Ghibli, un voyage fantastique chez Totoro

    vendredi 30 juillet 2010 / Vincent Ricci

    Le studio Ghibli est un mythe pour certains, totalement inconnu pour d'autres.

    Pour faire simple, son créateur emblématique, Hayao Miyazaki est considéré comme le Walt Disney japonais et est régulièrement cité comme source d'inspiration par les producteurs de Pixar, qui admirent tout autant sa réussite que sa créativité.

    Fondé en 1985, le studio a réalisé dix-neuf long métrages dont certains sont encore totalement inédits en France.

    La France qui a d'ailleurs, comme le reste du monde occidental, mis un certain temps avant de donner sa chance aux films Ghibli. Pour exemple, le film "Mon voisin Totoro" est sorti dans les salles françaises en 1999 soit onze ans après sa sortie au Japon. "Kiki la petite sorcière" nous est même arrivée avec encore plus de retard, quinze ans !

    Depuis quelques années cependant, et avec le succès grandissant, les productions Ghibli ont considérablement réduit l'écart entre leur sortiedans leur pays d'origine et la France notamment.

    Les plus grands succès en métropole sont à mettre au profit de "Ponyo sur la falaise" (2009) et surtout "Le voyage de Chihiro" (2002).

    En juillet 2010 est sorti dans les salles japonaises, le dernier opus du studio, "Karigurashi no Arrietty", traduit à ce jour en français sous le nom de "Arrietty, le petit monde des chapardeurs".

    Voila pour le petit récapitulatif.

    En 2001, Miyazaki a l'idée de créer un musée à la gloire de ses créations. Le succès est cette fois immédiat. Niché dans un parc boisé, une grande maison à trois étages se dresse, fièrement gardée par le soldat-robot du Château dans le ciel et par la mascotte du studio, Totoro.

    Malheureuement, il est interdit de faire des photos à l'intérieur du musée, et en plus, vous ne pourrez pas monter, comme les enfants, à l'intérieur du chat-bus, ni pénétrer le bureau de Miyazaki. En revanche, je vous invite à découvrir les extérieurs du musée ainsi que d'autres choses qui dépeignent, selon moi, à merveille, toute la magie de l'univers Ghibli.

    Si vous êtes touristes, il est vivement recommandé d'acheter les billets d'entrée au musée depuis votre pays de résidence.

    Au Japon, on ne peut les acheter que dans les combinis Lawson, auprès de machines qui ne proposent que du texte japonais. Le prix est de 1,000 yens pour les adultes et 400 pour les enfants. (environ 9 et 3,60 euros) et chaque billet est réservé pour un jour et un horaire précis. Dans mon cas, mardi 27 juillet 2010, 14h (ce qui est exceptionnel car généralement, le musée est fermé le mardi)

    Laputa, le château dans le ciel

    Le restaurant du musée

    Les toilettes du musée résument à elles-seules l'ambiance du musée où l'on a perpétuellement l'impression d'être dans un dessin-animé. Chez les garçons, ouvrez la fenêtre et vous êtes dans l'univers du Château dans le ciel. Chez les filles, vous êtes chez Kiki.

    Totoro surveille l'entrée...

    L'intérêt du musée se trouve aussi, pour les plus grands fans, dans la salle de cinéma. Le billet d'entrée donne en effet accès à une projection d'un court-métrage inédit, introuvable ailleurs. En ce moment, le film choisi s'appelle "Mei to koneko bus", soit "Mei et le chaton-bus", une suite directe du fabuleux film "Mon voisin Totoro". Le film dure un petit quart d'heure et relate l'histoire de Mei, la plus jeune des deux filles, qui rencontre le fils du Chat-Bus et part avec lui en pleine nuit dans le ciel où ils croiseront tous les deux le Chat-Bus original, des dizaines d'autres, puis la Grand-Mère-Bus, et enfin, un énorme chat-bus qui fait penser à une navette spatiale. Raconté comme ça, ça peut paraître un peu n'importe quoi, mais je vous assure que la poésie du premier film est intacte, et que les premières notes de musique suffisent à vous donner des frissons voire même une petite larmichette.

    Le billet d'accès à la salle de cinéma est un morceau de pellicule que vous pouvez garder à la sortie.

    En conclusion, le musée Ghibli est un incontournable pour tous les fans du genre.

    Bien qu'un peu décevant à certains égards, il mérite le détour ne serait-ce que pour le visionnage d'une suite à Totoro. Une suite attendue et espérée depuis longtemps et par un grand nombre, mais qui ne viendra jamais. Et c'est là aussi ce qui fait la magie de ces dessins-animés.