Restez Vigilant
Art

Les bonsaïs aux 1000 grues en papiers de Naoki Onogawa

Les oeuvres d’art de Naoki Onogawa, pleines de couleurs et d’espoirs, sont inspirées de la légende des 1000 grues (senbazuru), et de l'histoire de Sadako Sasaki, survivante des bombardements atomiques. La légende raconte que si l’on plie mille grues en papier dans l'année, retenues ensemble par un lien, on peut voir son vœu de santé, de longévité, d'amour ou de bonheur exaucé.

«Les Japonais sont conscients des phénomènes naturels. Tout en confrontant nos peurs du monde naturel, nous vénérons et coexistons en harmonie avec la nature. Symbole de la nature, les arbres possèdent une force vitale qui réside dans toutes choses naturelles », écrit Naoki Onogawa sur son blog ou il raconte son "voyage" avec les grues. «J'ai essayé de doter mes œuvres de cette énergie. En regardant mes œuvres, j'espère que vous pouvez aussi ressentir cette force vitale. »

Naoki Onogawa raconte qu'il a commencé à fabriquer ces petits symboles de papier à la suite du séisme suivi du tsunami qui a ravagé le nord-est du Japon en 2011. Naoki Onogawa était encore étudiant. L'artiste a visité la ville de Rikuzen-Takata, dans la préfecture d'Iwate, l'année suivante.

«J’ai ressenti toute la terreur et l’impuissance des hommes face aux merveilles de la nature. Mais en même temps, je me sentais habité par une vitalité nouvelle, qui flamboyait à la suite de sa colère. L’humanité est confrontée à la menace de la nature, une force qui ne tient guère compte de la race, du sexe ou du statut social. De temps en temps, nous arrivons à vivre en harmonie avec la nature et nous épanouissons avec sa bénédiction.»

En se promenant, Naoki Onogawa a repéré un paquet avec mille grues en papier placées dans les décombres d’une école balayée par le tsunami. Pour lui, à cette époque encore, le symbolisme des grues en papier était étroitement lié à la guerre et la paix. Les trouver dans ce lieu si éloigné de ces deux concepts l'a décontenancé.

C'était un rituel malheureux. Les bons sentiments et les prières canalisés dans ces grues étaient comme abandonnés. Et avec ces idées à l'esprit, Naoki Onogawa crée ses bonsaïs avec l'intention de donner aux grues en origami, imprégnées de rêves et d'espoirs, une maison, un endroit auquel elles appartiennent.

«J'ai du mal à trouver les mots pour le décrire, mais je pense que les grues que je plie maintenant viennent de ce lieu de prière solennel.»

Chacun a sa propre histoire avec ces grues et les sentiments qu’elles évoquent sont uniques propres à chacun. Naoki Onogawa espère que ses œuvres permettront d’engager un nouveau dialogue et qu’à travers ces objets familiers et les coutumes liées elles toucheront le cœur des observateurs.

L’artiste basé à Tokyo plie toutes ses allégorique grues miniatures à la main, un processus à la fois répétitif mais aussi méditatif. D'une envergure de 1 cm, chacun de ces oiseaux trouvera sa place sur une structure synthétique. Symbole des prières de Naoki Onogawa, l’ensemble formera une sculpture semblable à un bonsaï.

Suivez-le sur twitter et découvrez la collection d’œuvres d’art de Naoki Onogawa sur Instagram

Sélection de la rédaction
Affiliation
Populaires