Restez Vigilant
Art

Masami Teraoka et l’invasion du Japon par les Hamburgers de McDonald’s

Une femme, burger à la main, regarde avec envie sa voisine dégustant des nouilles. Masami Teraoka, “McDonald's Hamburgers Invading Japan, Geisha and Tattooed Woman”, 1975

Masami Teraoka est originaire d’Onomichi au Japon. Il s’est installé aux États-Unis en 1961. L’artiste modernise les codes de l'estampe Ukiyo-e dans ses peintures qui critiquent les phénomènes sociaux de son époque.

Il a conservé un outil de travail traditionnel. C’est avec une impression sur blocs de bois de cerisier sculptés à la main, tradition qui s’est transmise de génération en génération, que l’artiste propose son travail. Il utilise des images en couleurs sur papier japonais Hosho. Des colorants végétaux et minéraux ont été utilisés pour créer les nuances subtiles obtenues dans l'impression.

« Comment peut-on se contenter de mâcher du chewing-gum en pensant que c’est du pain, en croyant manger d’incroyables hamburgers ? McDonald ne semble pas se soucier de la riche tradition des hamburgers américains »

Cette série qu’il a intitulée « McDonald’s Hamburgers Invading Japan » est une critique engagée de la mondialisation, de l’invasion de la culture américaine, de ses fast-foods, de sa société du divertissement, qui écrase tout sur son passage. Son travail pose des questions sociopolitiques sur l’homogénéisation des cultures par le bas. Il aime recourir à des geisha et des samouraï afin de représenter ses compatriotes japonais à la pensée traditionnelle.

Cela dit, les interrogations de Masami Teraoka dépassent la mondialisation et l’invasion de la culture américaine. Masami Teraoka aborde également la question de la qualité, de l’exigence d’excellence dans la diffusion des cultures à travers les pays et les continents, et des échanges entre ces différentes cultures.

Masami Teraoka, “McDonald's Hamburgers Invading Japan/Tokyo Ginza Shuffle”, 1975
Masami Teraoka, “McDonald's Hamburgers Invading Japan, Burger and Bamboo Broom”, 1981-82

Le 20 juillet 1971, le Big Mac arrive à Ginza. Cinq années plus tard, 60 succursales franchisées arboraient fièrement leurs arches dorées dans les rues japonaises. Masami Teraoka voyait cela comme quelque chose de catastrophique, dévasté de voir des hamburgers d’aussi mauvaise qualité sur le point d’envahir le monde.

En 2020, il y avait 2.909 restaurants de McDonald's disséminés sur l’archipel. Le Japon est le premier (ou second derrière la chine selon certains chiffres) marché asiatique et le plus important de la chaine américaine. Cela dit, le marché semble être en contraction ou en consolidation. Il y avait 3746 restaurants McDonald's ouverts au Japon en 2007.

Masami Teraoka, “McDonald’s Hamburgers Invading Japan/Tokyo Ginza Shuffle”, 1982
Masami Teraoka, “McDonald's Hamburgers Invading Japan/Chochin-me”, 1982

Dans les années 1980, l’artiste a abordé la crise du sida, avec la série AIDS. Ses samouraïs frustrés et ses geishas tentant en vain d’ouvrir des préservatifs avaient pour objectif de faire la lumière sur le virus à un moment où les médecins et les politiciens dissimulaient ou évitaient d’aborder la question.

Sélection de la rédaction
Affiliation
Populaires