Actualité

Le Japon s’apprête à déverser dans l’océan 1 million de tonnes d'eau contaminée de la centrale de Fukushima

Le gouvernement japonais aurait décidé de rejeter dans la mer plus d'un million de tonnes d’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Les médias ont déclaré que les travaux visant à rejeter l'eau, qui est stockée dans plus de 1000 réservoirs, commenceraient en 2022 au plus tôt et prendraient des décennies.

Une décision officielle pourrait intervenir d'ici la fin du mois, a déclaré l'agence de presse Kyodo, mettant fin à des années de débat sur ce qu'il faut faire de l'eau, avec d'autres options, notamment l'évaporation ou la construction de réservoirs de stockage supplémentaires sur d'autres sites.

Le gouvernement, cependant, a longtemps indiqué qu’il préférait la possibilité de le relâcher dans le Pacifique, malgré l’opposition des pêcheurs locaux qui affirment que l’opération sonnera le glas de leur réputation. Une réputation déjà mise à mal depuis que l’usine a été détruite par un énorme tsunami en mars 2011.

En réponse, le gouvernement a déclaré qu'il ferait la promotion des produits de Fukushima et répondrait aux préoccupations des pêcheurs selon lesquelles les consommateurs éviteraient leurs fruits de mer une fois que l'eau sera libérée.

Les groupes environnementaux s'opposent également à cette décision, tandis que la Corée du Sud voisine, qui interdit toujours les importations de la pêche de la région, a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude, affirmant que le rejet de l'eau représentait une «menace grave» pour le milieu marin.

La pression pour décider du sort de l’eau s’est accentuée alors que l’espace de stockage sur le site de la centrale nucléaire s’épuise, l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), estimant que tous les réservoirs disponibles seront pleins d’ici l’été 2022.

Le mois dernier, 1,23 million de tonnes d'eau, qui devient contaminée lorsqu'elle se mélange à l'eau utilisée pour empêcher la fusion des trois cœurs de réacteur endommagés, étaient stockées dans 1044 réservoirs, la quantité d'eaux usées augmentant de 170 tonnes par jour.

Le système avancé de traitement des liquides de Tepco élimine les substances hautement radioactives de l'eau, mais le système est incapable de filtrer le tritium, un isotope radioactif de l'hydrogène que les centrales nucléaires diluent et déversent régulièrement avec l'eau dans l'océan.

Un groupe d'experts informant le gouvernement a déclaré plus tôt cette année que la libération de l'eau figurait parmi les «options les plus réalistes».

Les experts disent que le tritium, un isotope radioactif de l'hydrogène, n'est nocif pour l'homme qu'à de très fortes doses, tandis que l'Agence internationale de l'énergie atomique affirme qu'il est possible de diluer les eaux usées filtrées avec de l'eau de mer avant qu'elles ne soient rejetées dans l'océan.

L'eau de Fukushima Daiichi sera diluée à l'intérieur de l'usine avant d'être libérée afin qu'elle soit 40 fois moins concentrée, l'ensemble du processus prenant 30 ans, selon le journal Yomiuri Shimbun.

Sélection de la rédaction