Actualité

Privés des friandises des touristes, certains cerfs de Nara crient famine

Il y a donc une bonne raison pour laquelle on dit qu'il ne faut pas nourrir les animaux sauvages.

A Nara, capitale du Japon au 8e siècle de notre ère, les cerfs qui cohabitent avec la population retrouvent une sérénité qu'ils n'avaient plus connu depuis au moins 10 ans et l'explosion du tourisme chinois.

Attraction phare de la ville, les cervidés font la joie des petits et grands et n’hésitent pas à venir réclamer des galettes mises en vente un peu partout dans le parc.

Si certains ont profité de ce calme revenu pour repartir plus haut dans les montagnes, d'autres sont restés, persuadés que leurs mains nourricières venus de l'empire du milieu seraient bientôt de retour. Il n'en est rien et les pauvres bêtes, incapables de se nourrir par elles-mêmes commencent à crier famine.

Il y aurait environ 1300 cerfs dans le parc de Nara. 900 sont en liberté et mangent environ 20 millions de senbei (galette) par an, soit environ 60 par tête et par jour. D'un poids de 3-4 grammes, la galette ne fait office que de collation pour les animaux qui se nourrissent essentiellement d'herbe, 5 kilos par jour. Cependant, la valeur nutritionnelle de ces senbei est bien plus importante et leur absence aujourd’hui se remarque à l’œil nu sur certains spécimens particulièrement émaciés.

Sélection de la rédaction