Tradition & Quotidien

Kimi ga yo, l'hymne japonais

Que le règne de notre Seigneur
Dure une et huit mille générations
Jusqu'à ce que les pierres
Deviennent rochers
Et se couvrent de mousse.

Auteur inconnu

Ces cinq vers constituent l'hymne du Japon. D'auteur inconnu, ils sont extraits d'un recueil de poésie du 9e siècle. On doit la musique au musicien Hayashi Hiromori. Plus surprenant, l'harmonie de l'hymne a été composée par le compositeur allemand Franz Eckert lorsqu'il était directeur musical de la Marine japonaise de 1879 à 1880. Le nouvel hymne national sera joué la première fois au palais impérial pour l'anniversaire de l'empereur Meiji le 3 novembre 1880.

Longtemps associé à l'Empereur divin, une interprétation plus moderne a été officiellement donnée à la fin du siècle dernier. « Le kimi auquel s'adresse le Kimi ga yo, dans le cadre de la constitution actuelle du Japon, désigne l'empereur, qui est le symbole de l'État et de l'unité du peuple, qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside le pouvoir souverain ; dans son ensemble, Kimi ga yo dépeint l'appartenance [au] pays, dont l'empereur – qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside la volonté souveraine – est le symbole, et l'unité du peuple ; il est correct d'interpréter les paroles de l'hymne comme une prière pour la prospérité et la paix durable de notre pays. », Keizō Obuchi, Premier ministre du Japon en 1999.

Kimi ga yo wa
Chiyo ni yachiyo ni
Sazare ishi no iwao to narite
Koke no musu made
L'hymne du Japon est l'un des trois plus courts du monde.

Tradition & Quotidien
Sélection de la rédaction