mardi 21 novembre 2017

Le grand retour

Vous avez été nombreux à me demander pourquoi il n'y avait plus, comme aux premiers temps du site, une partie où je raconte le quotidien de la vie au Japon.

Plusieurs raisons à cela.

Tout d'abord parce que l'on ne parle pas à des dizaines de milliers de personnes comme on parle à une centaine, et que DozoDomo par la force des choses, et de sa popularité grandissante depuis ses débuts, s'est transformé en un magazine le plus généraliste possible sur le Japon où le "je" n'a plus tellement sa place.

D'autre part, parce que ma vie personnelle m'avait éloigné géographiquement de Tokyo ces derniers temps.

Il est donc temps, grand temps, que je me (re)présente à vous.

Je suis Vincent Ricci, 35 ans, 1m93 (la limite entre la taille humaine et celle des aliens pour les Japonais), né à Epinal dans les Vosges mais Parisien, Picard et Italien de famille. Je suis marié avec une Française (ça aura son importance plus tard) et suis l'heureux papa d'une petite fille d'un an. Après une première expérience de vie à Tokyo au début de la décennie, j'ai eu envie de découvrir autre chose et c'est vers Singapour que je me suis rendu pour près de 3 ans (voir mon article à ce sujet). Trois années dans la touffeur du sud-est asiatique à faire des allers-retours incessants entre la Cité-Etat et le Japon. Trois longues années durant lesquelles ma femme et moi n'avions qu'une chose en tête, revenir à Tokyo.

Ça c'est moi, photographié par mon ami Yurina Niihara. Possiblement l'une de mes meilleures photos. C'est dire si les autres ne sont pas terribles...

Vous ne saurez pas grand chose de ma vie professionnelle, pour la simple et bonne raison qu'elle n'a rien à voir avec DozoDomo et qu'elle ne vous intéressera vraisemblablement pas. DozoDomo a toujours été un loisir donnant-donnant. Tout ce temps passé à vous informer sur le Japon m'a également beaucoup appris. Sans votre indéfectible soutien toutes ces années, je ne connaitrais sûrement pas aussi bien le pays. En bonus grâce à vous et à l'aura de DozoDomo, je suis devenu sans le vouloir vraiment un expert médiatique du Japon. Mon passé de journaliste et les nombreux amis que j'ai gardés dans la profession ont peut-être facilité le développement de ce statut qui m'a permis d'être régulièrement invité à la radio, à la TV, et dans la presse en tant qu'expert. Un statut qui m'a également donné l'occasion de publier deux guides de tourisme sur la capitale japonaise aux éditions Nomades.

Invité sur le plateau de BFM pour parler du Japon. Et oui, on peut parler du Japon et porter des costumes. Les deux ne sont pas antinomiques.

Concernant ma maitrise de la langue japonaise, j'ai validé le N2 du JLPT il y a quelques années, et j'aimerais bien passer le N1 pour le fun et le challenge. Ce N2 correspond à un niveau suffisant (soi-disant) pour travailler au Japon mais selon moi, cela dépend beaucoup du score que l'on obtient à cet examen. Il y a quand même un sacré fossé entre ceux qui l'obtiennent avec 51% et ceux avec 95%. Dans les faits, je peux dire que je parle japonais mais que je ne suis pas bilingue. Avec mon niveau, j'ai notamment pu travailler pour le site Nico Nico Douga, sorte de YouTube japonais, en tant qu'animateur d'émissions en live. Partons donc du principe que si vous êtes capable d'animer une émission de télé japonaise, vous parlez japonais.

Toujours moi, invité sur le plateau de TV5MONDE, bien coiffé et maquillé, pour parler de l'expatriation.

Encore un blog Japon ? Pourquoi ?

Le côté un brin narcissique d'un blog qui veut que l'on se mette en avant davantage que le sujet que l'on présente me dérange un petit peu parce que je pense simplement que j'ai passé l'âge de raconter ma vie par ce biais. Je comprends tout à fait leur succès, surtout en ce qui concerne les vlogs, mais sur DozoDomo, et en particulier dans cette nouvelle partie Blog, ne vous attendez pas à voir systématiquement des photos de moi posant devant un château en faisant le signe peace avec mes doigts, au chaud dans un onsen ou dégustant des daifuku sous des cerisiers en fleurs. Si j'étais une jolie fille en kimono je comprendrais que cela plaise mais le travestissement n'a jamais été un passetemps pour moi. Ici, la star a toujours été et restera le Japon. En prime, je tiens trop à ma vie privée. A une époque, je ne pouvais pas faire 20 mètres à Akihabara sans qu'un spectateur de Nico Nico Douga m'interpelle pour faire une photo. C'est très sympa au début mais ça devient vite pénible. Heureusement pour moi, Akiba n'est plus un quartier que je fréquente assidûment. Toutefois, le principe même du blog est de personnifier ses billets en permettant aux lecteurs de mettre un visage sur un nom alors tant que cela ne me dérangera pas, j'essaierais de me mettre de temps en temps des photos de moi en situation.

C'est un secret de Polichinelle, je n'ai pas d'affinité particulière pour les blogueurs Japon (à quelques exceptions près) - et je crains que ce soit réciproque - en particulier à cause des raisons que je viens de citer, un ego trip au service de la dictature des likes et retweet, soudainement devenue plus essentielle que les valeurs humaines du vivre-ensemble et du respect. Intimidations, délations, menaces, le petit monde des blogs Japon, c'est Dallas. Ils ne me connaissent pas mais cela ne leur a pas empêché de me juger, moi et mon travail. Je me souviens encore de la réaction de l'un d'eux qui en 2010 m'avait écrit pour me dire : "Tu débarques avec un blog Japon et tu ne viens même pas te présenter à nous qui étions là avant toi...". Le ton était donné. Que ce soit clair pour tout le monde, la plupart d'entre eux se moque pas mal de vous faire découvrir le Japon. Ce qui leur importe, c'est que vous les gratifiez de "Super !" et autres "Génial !" à chacun de leurs posts et ainsi avoir toujours plus de visibilité pour essayer de gratter un contrat de partenariat avec telle ou telle région. Plusieurs fois j'ai tenté des rapprochements avec certains d'entre eux. Une main tendue pour leur faire un peu de pub gratuite sur DozoDomo, mais leur fierté est telle qu'ils ne l'ont pas saisie. Comprenez bien que lorsqu'un nouveau blog entre en scène, c'est une source d'information supplémentaire pour vous, un concurrent de plus pour eux. Enfin, maintenant de nouveau dans le game, peut-être aurais-je l'occasion de faire de belles rencontres. Ne soyons pas si négatifs.

Cette partie Blog de DozoDomo, c'est celle d'un Français qui est venu se réinstaller à Tokyo avec sa famille. Un Français qui n'est pas marié avec une Japonaise et qui a donc dû se battre deux fois plus que certains autres pour trouver un travail (dans une entreprise japonaise, ce qui signifie que je ne suis pas un "expat" à qui son entreprise paye une partie du loyer, la voiture, etc), et surtout un visa. Un Français à qui le Japon (ni personne d'autre d'ailleurs) n'a fait aucun cadeau mais qui s'est battu pour pouvoir revenir s'installer dans le pays où il se sent chez lui depuis près de 10 ans. Aujourd'hui, je viens d'obtenir un visa pour 5 années (en attendant le statut de résident permanent auquel je devrais être éligible au bout d'une année seulement d'après les nouveaux barèmes), ce qui nous amène au minimum jusqu'à la fin de l'année 2021.

Si vous souhaitez lire les aventures de blogueurs de 20/30 ans, il y en a pléthore sur le web et je vous en recommanderai certains de qualité très prochainement. Ici, vous découvrirez forcement autre chose. Un Japon peut-être plus adulte, plus familial, plus aisé aussi ; naturellement, on n'a pas le même pouvoir d'achat à 35 qu'à 25 ans ; bref, un Japon autrement.

A très vite.

Partagez

Les commentaires sont fermés.

Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.