Itinéraire

3 jours à Nara

Là où le Japon moderne est né

Cela fait de nombreuses années que les responsables du tourisme de la région de Nara cherchent la solution pour inciter les touristes étrangers à rester plus d'une journée dans leur région.

Habituellement, lorsque Nara est évoquée, ce sont les cerfs et le grand bouddha du Todai-ji qui résonnent dans la tête. Mais comme dans bien d'autres cas, Nara a bien plus à offrir que ces deux sites vendus par les guides de voyage comme "excursion" à faire depuis Kyoto.

C'est dans cette optique que DozoDomo a été invité à découvrir cette Nara plus authentique et encore préservée du tourisme de masse. Une Nara qui ne va pas finir de nous surprendre.

  • Jour 1 - 8h

    Départ de Tokyo

    La préfecture de Nara se situe dans le centre touristique du Japon, entre Kyoto, Osaka et Koyasan. Pour s'y rendre, le meilleur moyen est donc d'emprunter un train à grande vitesse Shinkansen depuis la gare de Tokyo (ou Shinagawa) jusque Kyoto. De là, un train regional vous emmènera jusque notre premier destination, Imaicho, en un peu plus d'une heure.

  • Jour 1 - 12h

    Arrivée à Yagi-nishiguchi (Nara)

    La gare de Yagi-nishiguchi se situe dans la municipalités de Kashihara. Ici, nous sommes déjantés à Nara, la préfecture (ou département si vous préférez). L'endroit ne paie pas de mine et fleure bon la province japonaise. Mais c'est quelques centaines de mètres plus au sud-ouest que se cache l'un des trésors de la ville.

    yagi-nishiguchi-station
  • Jour 1 - 12h30

    Promenade à Imaicho

    Imaicho, ce sont 500 maisons et magasins traditionnels répartis sur une zone de 2 km. Une "vieille ville" qui semble être déconnectée du monde actuel.
    Abritant de riches marchands, toute la ville était à l'origine fortifiée et entourée d'un fossé avec des portes dont il ne reste aujourd'hui qu'un exemplaire. Certaines des maisons historiques sont ouvertes au public, gratuitement ou moyennant un petit supplément. Il existe aussi plusieurs fabricants originaux de saké et de sauce soja.

    Imaicho est l'un des 120 "quartiers" abritant un groupe de maisons historiques (伝統的建造物群 Dentōteki Kenzōbutsu-gun) encore debout au Japon.

    kashihara-imaicho-nara_11

  • Jour 1 - 14h

    Champ de cosmos et ruines du palais Fujiwara

    3 kilomètres à l'est, c'est un rendez-vous avec la nature et l'Histoire qui attend les voyageurs.
    Dans un sublime de champ de cosmos se dressent quelques vestiges du palais Fujiwara, lieu de résistance de l'empereur du Japon entre 694 et 710.
    De nos jours ne subsistent que quelques piliers rouges et l'on s'y rend essentielles pour admirer les hectares de fleurs qui colorent le pied des montagnes environnantes.

    fujiwara-ruins-nara_2

  • Jour 1 - 15h

    Kashihara-jingu

    Le 11 février de l'an 660 avant notre ère, le Japon était fondé par l'empereur Jinmu, le premier d'une lignée qui perdure de nos jours. Selon la croyance shinto, Jinmu est considéré comme un arrière-arrière-arrière-petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu. Cette date plus ou moins légendaire - comme l'existence même de cet empereur - est aujourd'hui encore célébrée comme date de naissance du pays par un jour férié.
    Ce 11 février d'il y a plus de 26 siècles, c'est dans la région de Nara que Jinmu se trouvait et allait proclamer la fondation du Japon. D'après la légende, c'est dans le grand sanctuaire de Kashihara que cela se serait passé. Ce sanctuaire existe toujours au même endroit et aussi surprenant soit-il, il n'est pas très connu des touristes étrangers.
    Deux raisons au moins donc d'aller découvrir ce site à l'origine de l'Histoire du Japon.

    kashihara-jingu-nara_3

  • Jour 1 - 16h

    Mausolée de l'empereur Jimmu

    En amont du sanctuaire, se trouve l'un des autres sites phares de la ville de Kashihara, le mausolée de l'Empereur Jinmu. Au bout d'une longue allée bordée de grands pins, deux torii en bois et un espace sacralisé entouré de douves et interdit d'accès, dans le style des kōfun de Sakai.
    En ce début d'automne, il n'y a guère que quelques cigales en fin de vie pour troubler le calme étourdissant qui règne ici. Là encore, et malgré le caractère historique exceptionnel de l'endroit, il est surprenant de n'y croiser personne.

    tombe-empereur-jinmu-nara_5

  • Jour 1 - 17h

    Repos dans l'auberge d'Imaicho

    Après une bonne journée de découvertes, il est temps pour nous de se reposer dans l'auberge que nous avons réservée pour cette première nuit à Nara.
    Placée au centre d'Imaicho, cette bâtisse est équipée de deux chambres et propose une expérience hôtelière très "japonaise" à un prix mini.

    IMG_7888

    Site internet de l’établissement

  • Jour 1 - 19h

    Dîner en ville

    Kashihara n'est pas à proprement parler une ville touristique. Cependant, vous n'y mourrez pas de faim. Sur le chemin de la gare de Yamato-Yagi, de nombreux restaurants proposent spécialités locales et autres.
    Pour notre part, nous optons pour un restaurant de tempura du nom de Souten. Cuisine généreuse et de qualité et service remarquable.

    restaurant_tempura_souten_kashihara

    Site internet du restaurant

    fujiwara-ruins-nara_5
  • Jour 2 - 7h30

    Réveil à l'auberge

    Réveil aux aurores pour cette deuxième journée à Nara. Et pour cause, l'objectif du jour est de parvenir à réaliser le pèlerinage des quatre temples dits Nara-Yamato en une journée. C'est équipé de notre Toyota de location que nous allons partir explorer les routes sinueuses de la région pour tenter cette aventure.

  • Jour 2 - 9h

    Départ du pèlerinage Nara-Yamato au Hase-dera

    Le temple Hase-dera est la maison mère des 3000 temples du même nom dissimulés dans tout le Japon. Le lieu-dit Hase est considéré comme sacré depuis l’antiquité et est mentionné dans le Dit du Genji, œuvre majeure de la littérature japonaise et Man'yōshū, première anthologie de poésie japonaise. Aussi connu comme étant le 8ème des 33 temples du pèlerinage de Kansai Kannon, Hase-dera enchante les pèlerins par ses fleurs, d’où son surnom d'« honorable temple des fleurs » : cerisiers et pivoines au printemps, hortensias en été, érables en automne et pivoines d'hiver en hiver.

    hase-dera_nara_6

    Le temple d’Hase-dera de Nara est le plus vaste des quatre temples du pèlerinage. Son escalier recouvert est monumental et mérite à lui seul le détour. Le site sur lequel s’est bâti l’ensemble de temples est superbe et offre une vue imprenable sur la vallée.

  • Jour 2 - 11h

    2e temple du pèlerinage, le Muro-ji

    Depuis les temps anciens, où les femmes n’étaient pas admises dans les temples, le temple Murō-ji les a accueillies charitablement. Le Mont Kōya est connu pour exclure les femmes, alors que le temple Murō-ji a bonne réputation et est surnommé « le Mont Kōya des femmes ». Avec son courant limpide au cœur des montagnes, Murō est considéré comme un lieu sacré où, depuis les temps reculés, vit le dragon divin. Sa belle statue, dans le bâtiment principal, représente Shakyamuni, fondateur du bouddhisme qui atteint l’illumination. Il est vénéré comme sauveur du peuple.

    muro-ji_nara_6

    a

  • Jour 2 - 13h

    Déjeuner au restaurant de sōmen

    Petite halte à mi-chemin de notre périple avec la visite du restaurant des célèbres somen de Miwa.

    miwa-somen_1

    Site internet

  • Jour 2 - 14h30

    3e temple du pèlerinage, le Abe Monju-in

    Fondé en 645, le temple Abe Monju-in est l’un des plus anciens temples du Japon et le principal temple de l’école Huayan (en japonais Kegon), une école mahayaniste du groupe de temples dirigé par le Tōdai-ji. Depuis sa fondation, Abe Monju-in est un lieu de prière reconnu. La statue de bodhisattva Monju (Mañjuśrī), classée trésor national, fut réalisée au 13ème siècle par Kaikei, sculpteur bouddhique réputé. Monju monte un lion et tient, dans sa main droite, une épée capable de trancher le diable. Ce sage est réputé octroyer le discernement. Ce temple a plus de 1300 ans d’histoire et abrite plusieurs trésors.

    Abe-Monju-in_nara_2


    A faire absolument lors de votre visite dans ce temple, la visite du pavillon. Mais attention, pour y entrer, un petit rituel s’impose. Après avoir payé les droits d’entrée, il vous sera remis un carte composée de sept billets identiques. Après avoir fait une première prière, vous devrez accomplir sept tours du pavillon en empruntant le chemin extérieur. A chaque tour, une prière différente, et un billet jeté dans une urne. Une fois les sept tours effectués, un dernier salut et l’entrée vous est autorisée. Ceci est appelé « shichi-mairi. »

  • Jour 2 - 16h30

    Dernier temple du pèlerinage, le Okadera

    De son vrai nom Ryūgai-ji, ce temple fondé en 633 est affectueusement surnommé Oka-dera, littéralement « temple sur la colline ». Sa statue Nyoirin-Kannon, réalisée au 8ème siècle, est la plus grande statue en terre. Le temple Oka-dera est aussi le plus réputé des temples exorcistes du Japon et les visiteurs viennent de tout le pays.

    okadera_nara_4

    Dernier des quatre temples du pèlerinage -l’ordre dans lequel vous enchaînez les temples n’a pas d’importance- le Oka-dera se situe dans le village d’Asuka, capitale culturelle et politique du Japon pendant les VI et VIIe siècles, soit juste avant que la cour impériale ne s’installe à Nara. Une raison de plus de s’y rendre.

  • Jour 2 - 17h30

    Arrivée à l'auberge de plaisance

    On l'a fait ! Ce pèlerinage qui prenait plusieurs jours il y a quelques décennies se fait désormais en une seule journée. Éreinté par les centaines et centaines de marches gravies sous une humidité toujours aussi importante, cette dernière nuit à Nara se devait d'être reposante. Pour ce faire, nous avons choisi l'un des établissements les plus luxueux de la région, la bien nommées Auberge de plaisance.

    auberge-de-plaisance-sakurai-nara_9

    Maître d’hôtel en queue-de-pie, rafraîchissements haut de gamme, dès le check-in, le ton est donné. Cette soirée serait formidable.

    L’hôtel se veut intimiste et ne dispose que d’une dizaine de chambres. Les suites sont très spacieuses et offrent une vue superbe sur la vallée.

  • Jour 2 - 19h30

    Dîner étoilé

    Le restaurant de l'auberge à lui seul mérite le détour. Il propose une cuisine fusion entre la gastronomie classique des étoiles français et les produits de la région de Nara. Le menu change à chaque saison et c'est donc une explosion de couleurs et saveurs d'automne qui allaient aiguiser nos sens.

    auberge-de-plaisance-sakurai-nara_5

    Vaisselle de haute facture, service remarquable, cuisine au sommet, le restaurant de l’auberge de plaisance frôle le deux, voire le trois étoiles.

    muro-ji_nara_2
  • Jour 3 - 8h

    Petit-déjeuner en terrasse

    Après une nuit d'une qualité exceptionnelle, il est temps de lever le camp pour entamer notre dernière journée dans la préfecture de Nara.
    Mais à l'auberge de plaisance, le chef ne laisse pas ses convives partir sans un petit-déjeuner de choix.

    auberge-de-plaisance-sakurai-nara_11

    Une nuit à l’Auberge de plaisance n’est naturellement pas à la portée de toutes les bourses et intéressera une clientèle plus familiale ou plus âgée.

    Dans une région où les hôtels de qualité se comptent sur les doigts des mains, l’Auberge de plaisance mise sur la qualité d’accueil, un site naturel en pleine campagne et un restaurant vraiment exceptionnel.

    Retrouvez toutes les informations sur l’Auberge de plaisance Sakurai sur le site internet de l’établissement.

  • Jour 3 - 9h30

    Rizières en terrasse

    C'est sur les conseils du maître d'hôtel de l'auberge que nous nous rendons quelques kilomètres plus au sud sur l'un des sites de riziculture les plus célèbres de la région. Les couleurs en ce début du mois d'octobre sont sublimes.

    rizieres-terrasses-nara-japon_3

    Site de la préfecture de Nara.

  • Jour 3 - 11h

    Kinpusen

    L'un des autres lieux importants de la préfecture de Nara se nomme Yoshino.
    Littéralement pris d'assaut au moment de la floraison des cerisiers, le site du grand temple Kinpusen est beaucoup plus abordable hors saison.

    yoshino-kinpusen_1

    Le Zaōdō, bâtiment principal du Kinpusen, est classé Trésor National du Japon. Édifié vraisemblablement durant la seconde moitié du VIIe siècle, il est le deuxième bâtiment en bois le plus grand du Japon.

    Tout autour, une longue rue commerçante abrite restaurants et boutiques dans une ambiance caractéristique des grands temples et sanctuaires du Japon.

    C’est d’ailleurs un sanctuaire shinto qui se trouve plus bas sur la montagne, le Yoshino-jinja.

  • Jour 3 - 14h

    Ōmiwa-jinja

    Considéré comme le premier sanctuaire shinto du Japon, le Miwa-jinja représente ce à quoi devaient ressembler les premiers sanctuaires shintoïstes. A l'entrée, un monumental torii de 32 mètres est le deuxième plus haut du Japon.

    omiya-jinja-sakurai_1

  • Jour 3 - 16h

    Hōryū-ji

    Il est déjà temps pour nous de regagner Nara, la ville, pour reprendre le train pour Tokyo. Avant cela, un détour s'impose vers l'un des temples les plus célèbres du Japon, le Hōryū-ji.

    horyu-ji-nara_2

    Finis les temples déserts, les routes où l’on ne croise que quelques voitures, le Hōryū-ji nous ramène dans la monde du tourisme de masse. Bus scolaires par dizaines, tour operators internationaux, les bâtiments de la période Asuka que l’on y trouve sont considérés comme les plus anciens du monde, et à ce titre, ils intéressent les voyageurs du monde entier.

    Le site est particulièrement vaste et interessant. Un billet spécial permet d’entrer dans les sites principaux ainsi que dans un musée où trônent de nombreux trésors nationaux.

  • Jour 3 - 19h

    Retour vers Tokyo

    Il est temps de rentrer chez soi après 3 jours intenses à Nara. Trois jours durant lesquels nous seront parvenus à éviter Nara-ville.

    Nombreuses sont les régions du Japon à mettre en avant leur Histoire avec un grand H lorsqu’il s’agit d’attirer les touristes. A ce jeu, c’est sans doute Kyoto qui tire le mieux son épingle du jeu. La capitale impériale durant 11 siècles a peu de rivales sérieuses, mais Nara, berceau de l’histoire de l’Empire du Japon, est tout de même en bonne position.

    Lorsque l’on tente d’associer Nara et le tourisme, les mots qui viennent à l’esprit immédiatement sont Todai-ji et cerfs. Mais Nara, ce n’est pas seulement la ville éponyme mais une région qui, comme vous aurez pu le constater au fil de votre lecture, regorge de sites historiques, religieux et naturels de premier plan.

Partagez

Commentez

Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.