Comme un trait d'union entre les cultures japonaises et françaises, M. Yoshizawa nous éclaire de ses connaissances et partage avec nous toutes les subtilités et les richesses qui font le Japon. Retrouvez l'intégralité de ses chroniques et plus encore sur le site du Centre Culturel Franco-Japonais de Toulouse dont il est le directeur exécutif, ainsi que sur les pages des réseaux sociaux.

Hakuhō, sumōtori record

samedi 24 janvier 2015 / Claude Yoshizawa

Record historique pour Hakuhō !

Le 69ème yokozuna Hakuhō Shō vient de gagner son combat du jour. Il aligne 13 victoires et 0 défaites. Alors qu'il reste encore deux journées dans ce premier tournoi de l'année 2015, vu les résultats des autres sumōtori qui ont tous plus de 2 défaites, Hakuhō est déjà sûr de remporter ce tournoi.

Et surtout, cela signifie qu'il vient de battre le record absolu du nombre de tournois remportés en gagnant ce jour son 33ème tournoi. Il bat ainsi l'ancien yokozuna Kōki Taihō qui détenait ce record avec 32 tournois remportés dans une carrière considérée comme exceptionnelle et décédé le 19 janvier 2013, il ya tout juste deux ans.

Hakuhō rentre ainsi dans la légende du sumō, avec une particularité que quelques Japonais ont encore du mal à accepter avec 100% de joie : il est mongol. Si la très grande majorité des gens n'ont plus vraiment de problèmes avec le fait que, depuis des années déjà, ce sont les mongols qui trustent les plus hauts grades comme les victoires en tournois, ils sont toutefois nombreux à se demander (avec une pointe de regret tout juste cachée) quand est-ce qu'un sumōtori japonais pourra à nouveau briller au plus haut niveau de ce sport très particulier au Japon. En effet, s'il n'est pas le plus suivi par les téléspectateurs et s'il n'est pas le plus pratiqué, il est tout de même le seul sport à être appelé « Kokugi », c'est-à-dire Sport National. Titre officiel que certains considèrent devoir être aussi attribué à certains arts martiaux, en tête desquels le judō.

Hakuhō devient donc le sumōtori le plus titré de l'histoire du sumō. C'est il y a 14 ans, en 2001, qu'il a foulé son premier « dohyō » (l'arène sur laquelle se déroulent les combats) en professionnel et il a intégré le plus haut niveau en 2004. Il totalise près de 900 victoires pour 186 défaites et 21 jours de repos en 83 tournois pour l'ensemble de sa carrière.
33 tournois remportés sur 83 disputés : plus de 1 sur 3 !
Et comme il n'a que 29 ans, il a encore, en théorie, quelques années devant lui pour porter ce nouveau record vers des sommets qui seront sans doute très difficiles à atteindre par ses successeurs...

Regardez le combat qui fait de lui une légende dans cette "vidéo".

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=zBu99XE73Io[/youtube]

B8Bo_d1CEAA9CNl

©https://twitter.com/sumokyokai

Partagez

Commentez

Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.