• Shojo Kissa, c'est l'endroit préféré des filles de DozoDomo. Un salon de thé où il fait bon se retrouver autour d'un lait-fraise et d'un miru-crepu. Régulièrement, elles y viennent pour nous livrer leurs sentiments sur le lien qui les unit au Japon, échanger avec de nouveaux amis et partager un peu de leur passion. Ce qui fait leur force, c'est qu'elles n'ont pas de tabou, et encore moins la langue dans leur poche. Alors prenez dès maintenant votre carte de fidélité et ne manquez plus leur rendez-vous incontournable !

    Japon, traditions et modernité

    samedi 2 février 2013 / Tynged

    Aaaaah, le Japon ! Ses temples, ses femmes enkimonotées, sa célèbre montagne prête à exploser, ses cérémonies du thé et ses arts martiaux, des sushi par milliers et ses estampes...
    Aaaaah, le Japon, ses animes, ses mangas, ses toilettes high-tech, son TGV du futur et ses écrans géants, ses pornos poulpesques ornant la chambre d'un otaku accro aux maids...

    Une vraie carte postale.

    Mais au-delà de ce résumé de guide de voyage pour touristes pressés, la vraie signification de "Tradition et Modernité" n'est pas vraiment ce que l'on peut imaginer avant d'avoir gratté un peu le vernis Guide du Routard.

    En fait, c'est un mélange savant et subtil de notre XIXe siècle et de nos années 40, auquel on aura rajouté de la science-fiction façon Asimov, voire Philip K.Dick pour ses Moutons et ses Androïdes.
    Il existe des domaines très parlants en ce qui concerne ce délicat pot-au-feu, le premier qui me vient a l'esprit est : la médecine.
    Je pense que c'est en découvrant la côté obscur de la force que j'ai vraiment réalisé que les japonais ont une conception du monde très différente de la notre, un mélange entre la Fondation et sa périphérie et Trantor dans ses heures de gloire*.

    Quelques techniques en vrac pour vous donner une idée : du froid pour soigner un torticolis, du poireau autour du cou pour prévenir un rhume, du natto pour la ménopause et les problèmes hormonaux... Ça vaut bien nos recettes de grand-mère, à la différence que ça a l'air d’être bien plus répandu au Japon.
    Ça invente des toilettes qui chauffent mais ça mange du serpent, du natto et des plantes pour se soigner.
    La souffrance, oui, mais des toilettes glacées, NON !

    Il faut savoir aussi, toi, étranger insouciant, que les doses qu'on te donnera seront probablement celles qu'on donne à un nourrisson en France. Alors, si tu es accro à une molécule particulière, bonne chance !
    Tu es enceinte ? Si tu as réussi à tenir neuf mois dans les transports sans qu'on te laisse une place malgré ton macaron おなかに赤ちゃんかいます (litt. : "Il y a un bébé dans mon ventre") et les affiches omniprésentes, il te faudra batailler pour avoir la péridurale. Non que ca n'existe pas, évidemment, mais tu dois souffrir, madame, et prendre sur toi, ce n'est qu'un mauvais moment à passer**.

    Autre détail important, les cliniques ferment le week-end et certains moments dans la semaine. Les hôpitaux, pour les non-urgences, ouvrent tôt le matin et on doit faire la queue pour voir un médecin. Premier arrivé, premier servi. Moi qui suis une abonnée fidèle aux hôpitaux français, cela m'a assez surprise. Je n'ai pas eu encore l'occasion de devoir pousser la porte d'un lieu médical quelconque, si on passe outre le fait que mon appartement se trouve DANS une clinique, et je croise les doigts pour que ça arrive très tardivement.

    Et a côté de ça, la recherche en médecine avance. C'est un japonais, Noguchi Hideyo 野口 英世, qui à découvert que la syphilis atteignait aussi le cerveau***, par exemple. Le prix Nobel de médecine 2012 est attribué -entre autres- à un Japonais, le docteur Yamanaka Shinya 山中 伸弥, pour ses recherche sur l'induction des cellules souches pluripotentes et la reprogrammation des cellules somatiques.
    Au niveau du matériel, les dentistes n'ont rien à envier à la NASA et vous pouvez même regarder la télé pour oublier le charcutage en cours avec un bavoir décoré de vos héros kawaii préférés. D'ailleurs, je dis "charcutage", mais il est fort probable que tout se passe bien. Il y a parfois des dentistes sympas, même si on peut s'interroger sur la compatibilité des deux termes "dentiste" et "sympathie".

    D'autres réalités sur la modernité japonaise :

  • Les toilettes sèches, pires que des toilettes à la turque (Ici, un mode d'emploi pour vous aider). Je vais vous avouer que la première fois que j'ai vu ça, ça a titillé mon sens d'historienne : un vrai retour vers le XIXe siècle ! Moi qui rêvait de tester les pots de chambres...
  • Lors de grandes neiges, comme ce fut le cas il y a quelques jours, on ne sale pas les rues et trottoirs de ville, non, et on ne sable pas non plus. On jette de l'eau chaude. Déjà deux morts et 1600 blessés, sans compter un avion qui a fait du patin. Cosmique.
  • Point de chauffage central si bourse ne point délier. J’exagère un peu, mais j'ai expérimenté des logements ou le chauffage est d'appoint, à l'huile et localisé dans les pièces à vivre, voire uniquement dans le lit avec un drap chauffant à thermostat. Quant à mon appartement, si neige il y a, inutile d’espérer avoir une température décente dans la pièce, vu que... le chauffage s’arrête. Pour faire fortune au Japon, il suffit de vendre des couettes en hiver et des climatiseurs en été.
  • Le volet est un concept qui n'a manifestement pas attiré l'attention des entreprises d'import-export, ni celle des architectes****. J'en déduis qu'il n'y a pas de vampires au Japon, ou alors, il y a beaucoup de caves, au choix.
  • Au travail, on utilise encore énormément le fax. La machine que les moins de 20 ans n'ont du jamais voir fonctionner en France et que moi-même ai rarement vu fonctionner. Je me souviens très bien du Minitel, par contre (Maman, si tu me lis, les codes pour la console, c'est pas moi).
  • Le déodorant est un concept tres récemment arrivé sur le territoire nippon, et pour cause : ils sont rares à sentir la sueur, chose confirmée par beaucoup d'amies qui travaillent avec des asiatiques dans la mode. Malheureusement, il y a des exceptions, et ou que vous alliez dans le monde, ce seront toujours ces gens là qui ignorent les avancées technologiques en matière de cosmétique. *****
  • La VHS n'est pas un crime, ni un objet vintage. Si je n'en trouve pas dans mon Tsutaya local, je sais que les bibliothèques en prêtent encore, à cause du prix des documents destinés à la location. Mon ami en possède également une quantité hallucinante.
  • Il est évident que ce sont principalement des détails qui choquent au premier regard, et qu'au final, on s'adapte très bien. C'est même un excellent apprentissage de la théorie de la relativité, puisqu'on se prend à comparer avec notre référent culturel personnel, la vie à la française me concernant, et tout prend une forme nouvelle sous cet éclairage. On devient plus critique, mais aussi plus compréhensif.
    La France n'est pas exempte de détails qui choquent un japonais quand il arrive, la saleté dans les rues, l'impolitesse du serveur et l'absence de certains objets de confort qui leur manquent. Je cite mes amies japonaises : les kairo, le bain, la nourriture de maman (mais je crois que c'est universel, ça)...

    Et même si l'hiver, je dois me balader avec un poireau autour du cou et m'enrouler dans trois couettes, je ne conçois plus de quitter le Japon. Ne serait-ce que pour immortaliser ce look improbable.

    * Le Cycle de Fondation, d'Isaac Asimov, bonne lecture !
    ** Ce qui peut se traduire aussi par "tu l'as voulu, non ? Alors, assume.". Avec de la patience et du temps, vous pouvez néanmoins l'obtenir, ne lâchez rien !
    *** Si vous ne le connaissez pas, sachez que son portrait orne les billets de ¥1000.
    **** Exagération évidente, j'ai vu un nombre non négligeable de maisons avec volets, mais principalement des maisons individuelles ou tres modernes.
    ***** Si comme moi vous souffrez d'une maladie, trouver LE deo adéquat est un combat de chaque instant, je remercie donc du fond du cœur mes généreux donateurs français.