• Bienvenue au Gaijin Cafe de DozoDomo ! Retrouvons-nous le second samedi de chaque mois, afin de traiter d'un sujet sur la vie d'expatrié au Japon, autour d'une tasse de café ou de macha latte.

    #9 - Pourquoi on se sent bien au Japon

    samedi 28 juin 2014 / Amandine Coyard

    Il m'arrive souvent lorsque je parle avec un japonais de la raison de ma présence au Japon de me voir interroger sur ce que j'aime ici, en particulier ceux qui ont vécu en France ou à l'étranger durant leur vie. Sans pour autant être dans l'incompréhension de nos amours avec leur pays, ils semblent quelquefois avoir du mal à comprendre qu'on puisse se sentir mieux ou plus à sa place ici que chez nous, là d'où l'on vient. La réponse que vous allez adresser dépendra de beaucoup de choses, englobant un éventail de paramètres débutant de votre vécu pour se terminer à ce que vous voulez à l'instant t dans votre vie. Je n'ai jamais personnellement affirmer préférer un pays à l'autre et cela bouleverse encore un peu plus la logique japonaise : j'aime mon pays d'origine, mais j'aime aussi vivre au Japon, du moins pour le moment.

    Ce sujet est souvent une amorce lorsque vous rencontrez quelqu'un, ici ou ailleurs : d'où venez-vous, que faites-vous ici, mais surtout pourquoi cet ici et pas un autre ? La réponse est quelquefois décevante, le hasard s'invitant dans la vie des personnes aventureuses qui ont juste suivi une occasion qui se présentait devant eux : Japon ou Canada, ils ont pris la main qu'on leur tendait et les voilà ici, avec nous. À l'opposé de ces personnes, vous trouverez des amoureux du Japon depuis des mois ou des années pour des raisons aussi diverses qu'intéressantes. Le fait est que beaucoup d'entre nous expatriés n'avons pas choisi le Japon par hasard, poussés par un instinct, une envie ou une passion, nous avons fait le choix délibéré de nous installer au Japon pour quelques mois, années, ou plus encore.

    Mais pourquoi cet amour envers le Japon et son rythme de vie ? Il n'est pas universel, certes, et vous trouverez également des gaijin qui finissent par étouffer sous certains aspects de cette vie si particulière, mais vous trouverez au Japon de nombreuses personnes qui viennent « en touriste », « pour un job » ou « comme ça, pour voir » et finissent par s'installer un peu voire plus longtemps que prévu. Un lien entre le Japon et la France semble exister en particulier sans qu'il paraisse d'un premier abord y avoir de raison particulière à cette attirance réciproque. Chaque pays a ses avantages, ses inconvénients mais possède surtout des caractéristiques précises qui font pencher la balance d'un côté ou de l'autre selon les personnes.

    La vie facile, 住みやすい

    C'est étonnamment un japonais lui-même qui m'a fait cette proposition de raison lorsque je parlais de ce sujet avec lui. Mi-français mi-japonais, il a vécu en France et au Maroc et en comparant, trouvait la vie japonaise plus pratique dans son ensemble. Les combini, les heures d'ouverture à rallonge, les employés plus que serviables, les services proposés au Japon... forment à ses yeux autant de petites riens qui rendent la vie quotidienne un peu plus fluide du côté japonais. Avoir une vie agitée et pouvoir payer ses factures, faire des courses et acheter un billet de train au même endroit et à 4 heures du matin si ça vous chante est pour beaucoup un luxe non négligeable. Les trains à l'heure, par exemple, sont même une chose à laquelle on pourrait avoir du mal à s'habituer mais qui finit par devenir presque une évidence.

    La découverte permanente

    Il va sans dire que vivre dans une nouvelle culture vous expose à découvrir quotidiennement de nouvelles choses, dans les débuts : façon de vivre, nourriture, transports, comportements acceptés ou non et cætera. Toutes ces catégories se verront enrichies par de nouvelles données et en tant que culture d'adoption, peut-être même toute votre vie. Mais le Japon est aussi le pays de l'hyper-consommation et se doit en conséquence de proposer sans cesse de nouveaux produits aux consommateurs. Kit-kats, boissons, bonbons, fast-foods, vêtements... toutes les entreprises mettent la main à la pâte lorsqu'ils s'agit de combler le client et l'on peut découvrir en permanence de nouveaux produits souvent un peu fous. Le marketing mis en place autour de ces découvertes vaut souvent lui aussi le détour : elles sont déjà célèbres les pubs japonaises et deviennent souvent virales car complètement déjantées. Dans la même lignée, vous trouverez toujours une nouvelle mascotte destinée à vendre une ville, une ligne de train ou une boîte d’œufs.

    La tolérance religieuse

    Sans aller jusqu'à dire que cette tolérance est de 100 %, on pourrait se contenter de constater qu'il y a plus de croyants déclarés que d'habitants au Japon. Je vous laisse faire un rapide calcul et éclaire votre lanterne grâce à ce proverbe nippon : « Le Japonais naît Shintô, raisonne Confucianiste ou Zen, et meurt Bouddhiste ». Si vous ne le saviez pas, la plupart des japonais ne se déclare pas adepte d'une seule et unique religion et iront au temple, à l'église ou au sanctuaire selon le moment de leur vie ou simplement l'endroit où ils se trouvent. En opposition avec l'Occident et particulier la France, le Japon fait donc souvent preuve de beaucoup plus d'ouverture vers les religions et leurs pratiques. Le sujet ne sera néanmoins pas exploré en profondeur ici et mériterait un article à lui tout seul, nous appuyons juste aujourd'hui sur le fait que la façon de percevoir les pratiques religieuses est différente et pour certains représente un avantage non négligeable.

    ...et envers les étrangers

    Si on arrive au Japon sans s'être forcément beaucoup renseigné sur la culture et les coutumes, il peut vous arriver de faire des gros impairs. Il existe également une certaine tolérance à l'égard de ce genre d'impairs, on ne vous dit pas que vous ne serez pas jugé mais il y a beaucoup de chances pour que même si ça arrive vous ne vous en aperceviez pas. La conséquence n'est pas forcément la meilleure possible puisqu'il arrive que des étrangers ne prennent pas la peine de vraiment se former aux coutumes locales car on ne leur en tient pas rigueur. Libre à vous de changer votre comportement ou non au fur et à mesure du temps mais il est toujours agréable d'avoir une petite marge de manœuvre en arrivant au Japon.

    Le respect de l'espace privé

    Et tout ce que cela représente : la propreté dans la rue, le métro, les karaoke en tant que salle fermée, les restaurants qui cloisonnent votre groupe, et cætera. Même si les japonais passent énormément de temps hors du foyer, leur vie privée reste une chose assez importante et relève quelquefois du bastion impénétrable. Il est d'ailleurs amusant de constater que dans ce domaine il arrive que les personnes originaires des pays latins n'apprécient absolument pas ce côté « froid » de la culture japonaise et n'hésiteront pas à s'inviter dans des salles de restaurants ou de karaoke d'inconnus sans vraiment demander.

    Le sentiment de sécurité

    On parlera ici de sentiment, de sensation de sécurité plus que d'affirmer que le Japon est un pays entièrement sûr. Il paraît évident que la criminalité n'est pas inexistante au Japon, comme partout il est possible de subir une agression, d'y assister ou de ne pas retrouver son vélo en sortant d'un restaurant. Le Japon est néanmoins toujours cité comme un pays où un sentiment de sûreté global règne, autant pour les hommes que pour les femmes. Hésiter à porter une jupe au Japon sera plus souvent en lien avec le temps qu'avec le danger potentiellement couru car on sort en pleine nuit, et laisser sa tablette dans son panier de vélo pour aller en boîte ne vous vaudra pas forcément une mauvaise surprise au retour.

    Aimer vivre au Japon n'est pas une obligation et comme on vous l'a dit, certains ne s'y plaisent pas et rares sont les personnes qui décident d'y rester à vie. Le prochain Gaijin Cafe sera consacré, puisqu'il ne faut pas les oublier, à toute la gamme de ces choses qui au contraire nous portent sur les nerfs au Japon. Comme dans tous les sujets relatifs à la culture, il n'y a ni paysage immaculé ni paysage d'un noir profond, et libre à chacun d'y apposer ses propres nuances de gris. Loin de peindre un portrait général, nous avons plus voulu nous intéresser aujourd'hui aux détails pas forcément profonds qui plaisent dans la culture japonaise et pour cause, les points négatifs ne sont pas toujours visibles d'un premier abord.

    Et vous, pourquoi aimez-vous vivre dans cette culture ? Y a-t-il des choses qui vous énervent particulièrement et que vous aimeriez voir figurer dans le prochain Gaijin Cafe ?