• Bienvenue au Gaijin Cafe de DozoDomo ! Retrouvons-nous le second samedi de chaque mois, afin de traiter d'un sujet sur la vie d'expatrié au Japon, autour d'une tasse de café ou de macha latte.

    #23 - Voyager ou vivre au Japon ?

    samedi 14 février 2015 / Amandine Coyard

    Cette semaine, le Gaijin Cafe passe le cap important de la première année.

    Durant cette année de chronique, j'ai essayé de vous transmettre ma vision du Japon, des Japonais, des interactions avec eux. Certes, mon écriture et mes conclusions sont biaisées par mes propres expériences et il va sans dire que je suis loin de distribuer la bonne parole, mais mon objectif premier était de vous amener à vous aussi observer le monde qui vous entoure pour réfléchir et parvenir à vos propres conclusions.

    Les Japonais sont pour beaucoup fascinants, en cela qu'ils sont un peuple aux codes souvent aux antipodes des nôtres. Ajoutons à cela une attirance réciproque entre nos deux pays et cultures, et vous obtenez des mélanges explosifs que j'adore pour ma part décortiquer, et desquels j'essaye de tirer un maximum de nouvelles informations dans ma vie quotidienne.
    Quand on aime le Japon, la question de l'expatriation se pose souvent un jour ou l'autre. A défaut de se faire avancer une occasion, on peut avoir envie de la provoquer : tenter l'aventure en vacances-travail, chercher un emploi, ou suivre un proche. Les occasions sont certes rares mais existent et certains seront surpris de savoir que tous ne font pas le choix de vivre ici, au Japon.

    Beaucoup de Japon en peu de temps
    Car il ne faut pas perdre de vue que voyager dans un endroit et y vivre n'ont pas du tout la même saveur, en cela que la vie quotidienne n'est pas la vie tranquille des vacances où l'on choisit son propre rythme et où l'on suit ses envies. Si une partie des voyageurs au Japon choisissent une ville ou deux et en explorent les environs, il existe également d'autres types de voyageurs effectuant de véritables marathons à travers le Japon et le visitant tout en longueur avec une escale tous les deux jours ou même tous les jours.

    Être un touriste n'a jamais empêché personne d'être au contact d'une culture, des locaux et du Japon tel qu'on veut le découvrir et au contraire le fait de ne pas avoir d'agenda ou un que l'on s'est forgé soi-même permet souvent de pousser l'exploration et la découverte un peu plus loin. Si on est un peu curieux, débrouillard on peut même s'aventurer à chercher le contact avec les locaux, et en apprendre encore plus. Être de passage permet aussi d'être moins sujet à tout ce qui peut être agaçant au Japon : la sensation de toujours sortir du lot, l'incompréhension face à un Japonais qui vous parle comme à une bête de foire ou la nécessité de rester dans le droit chemin social alors qu'une toute petite entorse réglerait tout vos problèmes.

    Pour soutenir cette opinion, je vous laisse découvrir l'article certes un peu daté désormais d'un collègue du Collectif Japon qui a pris cette décision, celle de ne pas s'installer au Japon mais de rester un voyageur.

    Comme un air de vacances qui n'en est pas un
    J'ai pour ma part fait le choix de la vie au Japon, parce que c'est ce qui me correspond le plus : le Japon au quotidien.

    Vivre au Japon c'est expérimenter la vie quotidienne au Japon, plutôt que de simplement découvrir le pays. C'est aussi inclure dans sa vie de tous les jours tout ce qu'on qualifie chez DozoDomo de "japoniaiseries" : les sodas à l'ail ne sont plus un communiqué de pub qui fait sourire mais bien une boisson que l'on trouvera en faisant ses courses en préfecture d'Aomori, les bonbons ou biscuits estampillés Youkai Watch ou Frozen sont présents dans tous les combinis, les photos de personnes faisant leurs courses en costume Rilakkuma ne sont plus de simples photos mais de véritables situations dans lesquelles vous vous trouvez par hasard... Tout ce qui en fait sourire beaucoup en France devient votre quotidien, et séduit une grande partie des gaijins vivants au Japon.

    Mais vivre au Japon, c'est aussi potentiellement travailler et donc avoir un rythme imposé : ne pas pouvoir sortir que le week-end, sur un budget sans doute plus limité et ne pas avoir autant de vacances qu'en France. Résultat ? Impossible de partir une semaine dans le nord ou le sud de l'archipel quand bon vous semble, prendre des vacances souvent en même temps que la plupart des habitants du pays et se retrouver dans des endroits bondés d'autres visiteurs dans la même situation que vous. Vivre au Japon, c'est souvent abandonner ce statut pratique de "touriste" et embrasser celui "d'habitant", avoir la même vie qu'on pourrait avoir à Lille ou à Paris mais immergé totalement dans la vie japonaise.

    Cette vie japonaise n'est pas pour tout le monde : la flexibilité sociale qui vous est accordé est véritablement moindre surtout si vous voulez vous "intégrer" un maximum au cœur de la société nippone. Sans soulever le débat relatif au fait qu'une personne pourrait ou non devenir japonais, culturellement parlant, il est évident que si l'on vient au Japon car on aime sa culture, ses idées et sa façon de vivre, on va sans doute vouloir se plier à certaines habitudes culturelles nippones. Les "avantages" qu'on peut trouver à la société japonaise, viennent évidemment accompagnés de leurs "inconvénients" et il va falloir s'y plier (libre à vous néanmoins de ne pas jouer le jeu, et de ne prendre que ce que vous voulez sans toutefois respecter toutes les règles sociales qui vont avec mais ça serait un joli gaijin smash).

    Chaque décision a évidemment ses avantages et ses inconvénients, à vous de choisir celle qui vous correspond le plus et surtout à vos objectifs et vos attentes dans la vie. Mais dans tous les cas, le Gaijin Cafe sera encore là pour partager toujours plus avec vous, de ces petits bouts de Japon qui font que certains s'y sentent si bien.

    Partagez

    Commentez

    1. Je confirme.
      j'ajouterais néanmoins que l'on ne s'intègre jamais totalement. On reste toujours et à jamais le Gaijin, même passé le cap de l'apparence physique avec les plus proches. C'est une chose à laquelle, il vaut mieux se résigner.
      L'avantage dans tout cela, c'est que les Japonais sont très tolérants à nos "entorses" à leurs codes sociaux implicites. Et je trouve que l'on vit mieux en étant spontané et en cultivant notre côté Gaijin, tout ce que les Nippons aiment chez nous en somme.
      En entreprise cela doit être plus épineux...

      Kansaijin
      http://lejapondekansaijin.over-blog.com/

    Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.