Japan Ride épisode 3: Mont Fuji, Mon Amour

  • Avec encore à l’esprit les sommets de l’Himalaya (mon précédent road trip), je me demandais bien ce qu’on pouvait trouver à cette montagne d’à peine 3376 mètres d’altitude et qui s’amuse à vous faire un strip tease permanent.
    Souvent couvert, très rarement découvert, le Mont Fuji joue en effet à cache-cache et il faut s’armer de patience pour l’apercevoir totalement.

    Mont Fuji Japon moto_7

    Pour ma part, j’ai décidé tout bonnement de camper dans un petit bois face à lui pour avoir toutes les chances de l’entrevoir au petit matin.

  • Il faut savoir qu’au Japon, le camping se révèle un moyen très économique pour se loger. Très peu fréquentés en dehors des périodes de congés des japonais, les campings sont à l’image du pays à savoir sécurisants, ultra-propres et accueillants. J’y ai croisé des bestioles peu sympathiques, quelques rares autochtones et même un motard solitaire (Ils ne sont pas légion au pays de la moto et préfèrent rouler en groupe).

    Mont Fuji Japon moto_6

    Mont Fuji Japon moto_3

    On a partagé notre maigre repas et après quelques belles lampées de saké, on a vaguement réussi à se comprendre.

  • Ma nuit en tête-à-tête avec le Fuji San vira malheureusement rapidement en mode Projet Blair Witch. Je ne sais ce qui fut le pire entre l’orage au-dessus de ma tête, les pluies torrentielles qui s’en suivirent ou les bêtes qui se mirent à roder dès l’accalmie.

    Mont Fuji Japon moto_1

    Mont Fuji Japon moto_2

    Armée de mon sifflet et de mon opinel, j’ai espéré mille fois que Totoro et ses amis débarquent me sauver.

    Mais quel bonheur quand au petit matin j’ai ouvert les yeux.

    La tempête de la nuit avait balayé le moindre nuage à l’horizon et le Mont Fuji resplendissait de toute sa beauté.

    Japan Ride épisode 3: Mont Fuji, Mon Amour

  • Serait-ce la perfection de ses courbes, ses proportions parfaites, ses neiges éternelles qui fascinent autant ? Je n’avais pas assez de mes yeux pour embrasser une telle beauté et je comprends que Hiroshige ait pu produire tant de vues du Mont Fuji.
    Rien que pour le plaisir de rouler au côté du Mont Fuji, mon voyage se justifiait. Ce fut l’une des plus belles récompenses au bout de ma route.