SE SOUVENIR DE MOI
| Mot de passe oublié ?

Japan Ride épisode 1: Découvrir le pays de la moto… à moto

Honda, Kawasaki, Suzuki, Yamaha… Que vous soyez motard ou non, le Japon reste forcément indissociable de la moto. Depuis plusieurs décennies, l’archipel nippon a régné en maître en terme de production et d’exportation des deux roues, rivalisant toujours plus de modernité, de technologies et de design.

Alors, le pays de la moto se visite-t- il à moto ? Pour le savoir, rien de mieux que d’aller vérifier soi-même.

Japan Ride, c’est un périple de 1500 kms parcourus en 2 semaines, seule, des Alpes Japonaises à Shikoku, de la mer intérieure au Pacifique ; le tout sous le regard bienveillant des kamis (esprit) de la route. Yamamoto et y a surtout des virolos !

Pour les occidentaux, le Japon souffre d'une image hyper "mégapolisée". Tokyo, Nintendo, Sony, les lolitas édulcorées, les salary men dépressifs... bref Lost in translation. La réalité est pourtant à 1000 tatamis de cela. Le Japon est recouvert à plus de 70% de montagnes et de forêts denses. Les montagnes qui s'étendent du Nord au Sud sur près de 2000 kms forment un terrain de jeu magnifique et grandiose pour les amateurs de sensations, de paysages magnifiques et de virolos (virages) à gogo.

le pays de la moto se visite-t- il à moto ?
etre-roots-au-japon-c-est-possible-512x768

Let’s ride ! Certes, mais le Japon n’en est pas à un paradoxe près ! Aussi, si c’est le pays de la moto, c’est aussi une vraie tannée pour en louer une. A moins que vous parliez japonais, louer une moto relève quasiment de l’impossible. Heureusement, après moult recherches, j’ai réussi à trouver mon bonheur auprès d’un garage indépendant (Apex Moto) tenu par un Australien à côté du Mont Fuji. Là, une magnifique moto m’y attendait : une Kawasaki W650 orange pétante. Une moto mythique (qui ne se fait plus) mais absolument parfaite pour se lancer dans une aventure unique.

Conduire au Japon ?

Faut-il le rappeler : les Japonais roulent à gauche. Ça peut paraître évident… ou non. Pourquoi ? A ce jour, aucune réponse n’est vraiment admise. L’origine la plus plausible serait le rôle de l’influence anglaise à la période Meiji (1868-1912). Certains affirment que l’explication se trouverait dans le port du sabre des samouraïs. Ces derniers le portant côté gauche (pour pouvoir le dégainer rapidement de la main droite) ne pouvaient pas se croiser sans entrechoquer leurs sabres s’ils marchaient à droite. Pour éviter des embrouilles et des découpages de tête, les Samouraïs se croisaient donc par la gauche. Et tous les Japonais ont pris le pli. Et puis, enfin il y a une explication beaucoup plus cérébrale. Le sens traditionnel de lecture est de droite à gauche et les livres s’ouvrent par la fin. Les Japonais auraient donc appliqué ce sens inverse à la conduite, en commençant par rouler à gauche… Alors, oui, cela peut paraître déroutant au début, mais finalement cela ne se révèle pas bien compliqué si vous êtes concentré. Pour ma part, j’avais attaché un petit nœud de couleur rose sur le côté gauche de mon guidon. Ainsi, à chaque démarrage, je me rappelais qu’il fallait partir du côté gauche… Un petit moyen tout simple mais qui peut vous éviter des belles frayeurs à la sortie d’une station service par exemple.

mon-incomprehension-est-totale-mais-c-est-ca-l-aventure-e1469968823749

Pour le reste, si nos amis nippons roulent majoritairement très très lentement, le gros bémol reste leur tendance à mettre leurs clignotants uniquement au moment où ils tournent. C’est inopiné, c’est surprenant et c’est assez dangereux. Rajoutez à cela que la moyenne d’âge des conducteurs dans les campagnes doit approcher les 100 ans et vous comprendrez qu’il faut se méfier. Quant aux panneaux, ils sont majoritairement en japonais et en écriture latine ce qui permet de reconnaître le nom des villes. En revanche une fois sur les petites routes, vous ne pouvez vous fier qu’à votre fond de carte gps qui ne traduit pas forcément les noms des villages….Il est donc absolument nécessaire de partir avec des cartes routières, qui évidemment sont uniquement…en japonais ! Donc, oui, on se perd, on se paume, on fait des détours, on prend des routes inconnues et on met son âme en déroute. Pour ma part, je me suis perdue des dizaines et des dizaines de fois. Comme dit Christophe Colomb, « on ne va jamais aussi loin que quand on ne sait pas où l’on va. »  Alors, un bon conseil, faîtes comme moi, décochez toutes les options « autoroutes, grands axes, routes payantes » de votre gps et prenez la route, la votre. Le Japon vous étonnera d’autant plus…

Pour tous les conseils sur où louer, se repérer (et se perdre), où camper : je vous en dis plus ici : www.japanride.fr et bientôt sur DozoDomo.

  • le camping la solution la moins cher pour dormir