#32 - Faire face aux stéréotypes sur le Japon (avec humour?)

samedi 1 août 2015 / Amandine Coyard

Comme l'an dernier, la période estivale est propice à aborder les sujets qu'un retour au pays pour les vacances peut amener. Sortir du pays et revenir en Europe par exemple, c'est être sûr de voir arriver sur le table le sujet de votre expatriation en cours ou terminée. Les gens sont curieux, et c'est normal, de ce pays si lointain qui peut être une énigme ou un rêve éloigné. Les discussions peuvent facilement tourner autour du sujet et c'est là que l'on peut se retrouver face à des stéréotypes ou des idées fausses qui peuvent faire grincer des dents.

Le Japon ? Ça a quel goût, le chien ?

Vu de loin, les pays du continent asiatique ont tendance à se mélanger entre eux et comment en vouloir à qui que ce soit lorsqu'un Japonais vous annonce tout fier qu'il connaît bien le Big Ben de Paris ? Le Japon est un pays souvent à l'autre bout du monde que l'on n'étudie que peu sur les bancs de l'école et qui s'exporte principalement auprès de la jeunesse, et grâce à ce que les médias veulent bien en montrer. Je n'ai pas de problèmes avec les gens qui savent peu de choses sur l'Asie (plus avec l'humour douteux), et les stéréotypes de type "On mange du chien en Chine" ou "On parle chinois partout en Asie" ont la vie dure mais difficile de garder son calme quand on entend certaines bêtises de cet acabit.
Solution 1 : Vous pourrez au choix remettre les bonnes idées dans les bonnes cases en expliquant que cette idée répandue concerne la Chine, que le fait de manger du chien pourrait même choquer certains Chinois eux-même (c'est un pays vaste avec beaucoup de traditions différentes) et que le fait que nous mangions du lapin choque tout autant les Japonais.
Solution 2 : "On ne mange pas de chien mais on y mange du dauphin, de la baleine, du singe ou encore de l'ours. D'ailleurs je t'ai ramené des souvenirs."

Et alors, il pousse quand ton troisième bras ?

La catastrophe nucléaire de Fukushima est encore très fraîche dans les esprits autant au Japon qu'ailleurs, et elle revient souvent dans la bouche des gens qui voyagent ou vivent au Japon. Au moment de ces tragiques événements, la façon dont le sujet a été traité par les médias a donné l'impression que les retombées nucléaires ont concerné tout le pays. Les nuages, vagues, contenant ces produits radioactifs ne se sont certainement pas arrêtés aux frontières des préfectures mais les effets immédiats sur le corps humain ne se produisent qu'en cas de très forte exposition. Résultat, l'impression pour certaines personnes que l'intégralité du Japon est un territoire radioactivement dangereux ou un détachement tel qu'on pense pouvoir en rire sans réfléchir. Dans tous les cas, loin d'être un sujet léger, tout le monde n'a pas envie d'en rire.
Solution 1 : élever le débat, expliquer la situation actuelle, au risque de basculer dans une discussion pro/anti énergies nucléaires.
Solution 2 : "Tu savais que c'était contagieux ?"

Ah, j'ai vu un reportage. Ils sont tous...

...Au choix : pervers, n'ont pas de relation sexuelle, puérils. Le Japon est un pays pollué, on ne sort pas sans masque. La liste des reportages dédiés à un sujet précis concernant le Japon est longue et c'est également tant mieux ! Ils permettent de faire découvrir des pans de culture intéressants ou encore des arts en voie de disparition. Le monde d'aujourd'hui permet de renseigner sur n'importe quel sujet sans bouger de chez soi, grâce à la télévision, à internet et même à l'amélioration considérable des moyens de voyager ou communiquer. Ce qui est moins intéressant, c'est le manque de recul que ces reportages donnent, ou tout simplement leur tendance au sensationnel pour attirer le plus de spectateurs possibles. Résultat : la sensation quelquefois que des situations décrites au Japon sont très répandues alors qu'elle ne concerne finalement qu'une frange de la population ou qu'elle grossit le trait.
Solution 1 : Rappeler qu'un reportage ce n'est pas une vérité empirique, en quoi c'est vrai et quoi c'est faux. Ça peut même devenir une discussion passionnante !
Solution 2 : "Tu connais les distributeurs de culottes usagées ?"

C'est un pays parfait : tout est propre, sécurisé, les gens sont vraiment beaucoup plus gentils qu'en France.

Et c'est également vrai, en partie. Comme tous les pays le Japon a ses défauts et on peut s'en rendre compte plus facilement en y vivant. Rigidité des institutions, codes sociaux complexes, sexisme, la société a comme toutes les autres ses petits trucs qui font qu'on peut être agacé. Mais n'être que de passage au Japon ou ne pas comprendre la langue peut parfois amener à négliger certains aspects du monde qui nous entoure. Il serait dommage de se contenter du Japon de nos rêves, la pauvreté qui se cache, les guerres politiques, ou encore la place des étrangers dans la société dont autant de choses qui constituent le Japon qu'on aime aujourd'hui et il serait aussi différent si ils n'existaient pas.
Solution 1 : "Oui, mais...", au risque de vous heurter à un mur, certains n'étant pas prêts à laisser tomber ces images de rêves.
Solution 2 : Si quelqu'un veut vraiment le croire, pourquoi ne pas le laisser faire ?

Ben alors, t'as toujours pas les yeux bridés ?

Là, on ne peut plus rien pour vous.