Revue de Web

Nouvelle provocation de Shinzo Abe à Yasukuni

On se pensait bien servis en France avec des dirigeants politiques ferrus de blague d'un goût douteux qui mettaient à mal les relations entre la France et ses voisins. C'était sans compter sur Shinzo Abe et sa bourde politique digne d'une attaque frontale envers la Chine et la Corée. Les relations d'ores et déjà tendues entre le Japon et ses deux pays sont bien connues de tous, entre autres pour des problèmes de territorialité, mais elles ne risquent pas de repartir d'un bon pied en 2014, n'en déplaise au Premier ministre. AbeShinzoYasukuni3

Le temple Yasukuni ou 靖国神社 est un temple de religion shintoïste situé en plein Tokyo. Bien que considéré comme beaucoup de japonais comme un temple comme les autres en dehors de la vie politique, celui-ci a une réputation sulfureuse due au fait qu'il a été érigé en l'honneur des japonais décédés pour l'empereur, et par là même en l'honneur de beaucoup de japonais morts durant les conquêtes colonialistes qui ont marqué l'histoire asiatique. Et ce sont en particulier 14 noms de criminels de guerre inscrits dans le temple qui ravivent les braises. Même si nous sommes en Occident moins impactés par ces questions d'ordre historique, on ressent bien les tensions naissantes lors des visites officielles du gouvernement japonais. Ces informations suffisent à expliquer le contexte mais il faut bien garder en tête que l'histoire de yasukuni-jinja est plus complexe.

Bien avant d'arriver à son poste actuel, Shinzo Abe défendait les politiciens en visite officielle dans le temple même si la presse internationale condamnait ses actes. Il n'est donc pas étonnant de voir que malgré les avertissements en provenance des envoyés américains, Shinzo Abe ait décidé de se rendre sur place ce jeudi. La réaction de l'ambassade des États-Unis a été immédiate à travers un communiqué exprimant la déception de ces derniers envers leur allié. Elle poursuit en souhaitant au Japon de trouver un moyen de lier passé et présent sans froisser aucun parti.

Le Japon a récemment resserré ses liens avec les États-Unis tout en évitant soigneusement de renouveler des excuses aux pays voisins pour les actions commises par le passé comme ses prédécesseurs avaient usage de le faire.

L’excuse servie par monsieur Abe et annoncée par certains experts relève du fait que les relations avec la Corée et la Chine ne pourraient pas être pires, eu égard les ouvertures faites par le Premier ministre envers Beijing et Séoul. Les conflits au sujet des îles Senkaku ont fleuri cet automne dans la presse et les rebondissements étaient presque quotidiens, faisant preuve pour Abe que plus rien n'était à faire.

C'est donc apparemment pleinement conscient du caractère insultant de sa visite et décevant pour les États-Unis, que Shinzo Abe s'est rendu au sanctuaire Yasukuni puis diffusa au plus tôt un communiqué traduit en anglais. Étonnant pour beaucoup, celui-ci affirmait que cela n'était nullement pour honorer les criminels de guerre que cette visite s'était faite et réaffirmait d'autre part que le Japon ne chercherait pas à faire de nouveau la guerre, et que c'est bien en recherche de paix que le Premier ministre était allé prier.

Malgré ses paroles qui se veulent engageantes, rien n'augure véritablement d'une amélioration des relations entre le Japon et ses voisins, pas même d'une reprise des discussions encore plus complexes sur le conflit des îles Senkaku.

Visite de Shinzo Abe au temple Yasukuni@www.japantoday.com

Visite de Shinzo Abe au temple [email protected]

Sélection de la rédaction