• Japan Expo 2019 : Interview d'Ai Otsuka, chanteuse et auteure-compositrice

    dimanche 1 septembre 2019 / Carole B

    Pour certains, elle réveille des souvenirs d'enfance ou d'adolescence lorsque nous entendons son nom. Au début des années 2000, Ai Otsuka commence sa carrière officiellement après avoir envoyé plusieurs démos à des grands labels japonais. Quelques temps plus tard sort un deuxième single Sakuranbo qui se vendra à plusieurs milliers d'exemplaires. Enchaînant les tubes jusqu'au moment de sa pause entre 2010 et 2012, elle a marqué les esprits avec ses chansons thèmes de certains dramas comme Hana Yori Dango (TBS, avec Matsumoto Jun et Inoue Mao dans le casting) ou Hanazakari no Kimitachi e (Fuji TV, avec Horikita Maki, Ikuta Toma et Oguri Shun).
    Pour cette 20ème édition, Japan Expo avait décidé de frapper fort en invitant cette artiste de renom. Elle a pu fêter ses 15 ans de carrière pendant le festival entourée de ses fans européens avec des dédicaces, des showcases et une conférence au programme. Nous aussi avons eu la chance de la rencontrer et de lui poser quelques questions.

    Crédit photo : Strati Art & Co

    DozoDomo : Bonjour ! Tout d'abord pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter s'il-vous-plaît ?

    Otsuka Ai : Bonjour ! Je suis Otsuka Ai. Je suis chanteuse et j'écris des chansons et aussi des livres.

    DozoDomo : Qu'est-ce qui vous a donné l'envie de faire ce métier ?

    O. A. : Je n'avais pas envie de faire un travail classique où il faut aller tous les jours à la même heure au bureau. Je dirais que c'est le seul travail que je peux faire. (rires)

    DozoDomo : Y a-t-il des artistes qui vous ont influencé dans ce choix de vie ?

    O. A. : Plutôt qu'un artiste en particulier, je faisais du piano depuis mon enfance mais je n'étais pas assez douée pour ça d'après certaines personnes. Donc on me disait : "Tu devrais essayer d'écrire des chansons à la place. Peut-être es-tu meilleure là-dedans ?".

    DozoDomo : Sur vos 15 ans de carrière, vous avez dû vivre énormément de choses. Avez-vous un bon souvenir ou une anecdote amusante à nous faire partager ?

    O. A. : J'en ai bien un qui date de 2008 ou 2009, pendant ma tournée Love Letter. En fait, c'était la première fois que je travaillais réellement sur une de mes tournées. C'est-à-dire que j'ai pu m'occuper du set et d'autres choses moi aussi. A la fin, quand j'avais réussi ça, même si c'était difficile, je me suis dit que j'ai pu arriver au bout d'un projet de cette envergure.

    DozoDomo : Parlons des chansons que vous avez réalisé pour les dramas, est-ce que leur sortie était différente des autres singles ?

    O. A. : C'est en effet différent, notamment concernant les paroles. On se doit de les faire vérifier pour que ça colle à l'ambiance générale du drama.

    DozoDome : Et avez-vous participé à la promotion de certains dramas ?

    O. A. : Plus ou moins, oui. J'ai du prendre des photos avec le casting de ces dramas entre autres.

    DozoDomo : Vous avez participé plusieurs fois au Kouhaku Uta Gassen (émission du 31 décembre sur la NHK). Qu'est-ce que vous tirez de cette expérience?

    O. A. : Les souvenirs que j'ai du Kouhaku, c'est que c'est à la fin de l'année et que j'avais pas mal de tournages d'émissions de prévu en général. Donc mon emploi du temps était plein et je courrais de partout à ce moment là. Je n'avais pas beaucoup de temps. En tout cas, plus que le stress d'être dans ce programme très populaire, j'avais le sentiment de ne pas avoir le temps et de devoir tout enchaîner à la suite.

    DozoDomo : Nous avons assisté à votre showcase la veille et en écoutant les chansons choisies, on pourrait penser que vous les avez sélectionnées pour plaire au public occidental, qui connait bien la K-pop.

    O. A. : Je ne suis pas spécialement au courant de ce qui est populaire. Les chansons que j'ai choisies pour cette setlist sont celles que j'aime et qui représentent celle que je suis aujourd'hui. Il n'y a pas d'autres raisons.

    DozoDomo : C'est la première fois que vous venez à la Japan Expo. Qu'est-ce que vous ressentez lorsque vous voyez cet engouement pour votre culture ?

    O. A. : J'ai un ami à moi qui a un select shop (un magasin où on peut trouver les marques coup de cœur des propriétaires / managers, différent d'un "creator shop". ndr.) et qui va souvent en France pour son travail. Il pensait que les Français n'aimaient pas trop le Japon. Donc je suis rassurée de savoir que c'est faux.

    DozoDomo : Et bien effectivement, c'est faux puisqu'il y a beaucoup de personnes dont celles qui sont en face de vous qui aiment votre culture et votre pays, au point d'en apprendre la langue.

    Et pour finir, quelque chose que vous aimez ou qui vous a surprise ?

    O. A. : Plutôt que de parler de la culture, il y a bien quelque chose qui m'a assez surprise. C'est la taille des statues. L'architecture est assez impressionnante. On a envie de prendre des photos de tout, quand on est dans la ville de Paris.

    Crédit photo : Strati Art & Co

    Nous remercions Japan Expo et l'agence avex pour avoir rendu possible cette rencontre. Si vous voulez en savoir plus sur l'artiste, n'hésitez pas à visiter son site officiel (en japonais). Son dernier single, Chime, est l'opening de la nouvelle version de l'anime Fruits Basket. Il sortira au Japon le 4 septembre.

    Partagez

    Commentez

    Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.