• Rencontre avec Kawamoto Toshihiro, character designer de l'anime Cowboy Bebop

    samedi 6 juillet 2019 / Carole B
    KawaToshiInt-Thumbnail

    Si nous vous parlons d'une série se passant dans l'espace, où les protagonistes principaux partent à la chasse aux hors-la-loi à bord d'un vaisseau appelé Bebop, cela vous dit quelque chose? Oui, nous parlons bien de Cowboy Bebop. Cet anime produit par les studios Sunrise en 1998, fêtait ses 20 ans l'année dernière. Et nous avons décidé de revenir en arrière avec cette petite interview du character designer de la série, M. Kawamoto Toshihiro, venu pendant la Japan Expo de 2018 pour célébrer cet anniversaire avec les fans.

    ___________________________________________________________________________________

    DozoDomo : Bonjour ! Tout d'abord pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter s-il-vous-plaît?

    Kawamoto Toshihiro : Bonjour ! Je m'appelle Kawamoto Toshihiro. Je suis le character designer de Cowboy Bebop, et j'ai aussi officié en tant que directeur de l'animation sur la plupart des épisodes de la série.

    DozoDomo : Quelles sont les difficultés dans votre métier de character designer ?

    K.T. : C'est sûrement une des questions les plus difficiles qu'on m'est posé. (rires) Je crois qu'une des choses les plus difficiles de notre métier est d'être sur la même longueur d'onde que le réalisateur. Nous avons tendance à vouloir dessiner ce que l'on aime et nous donnons toujours notre propre perception des personnages. Or, il faut que cela plaise au réalisateur aussi. Donc au départ, on ne sait jamais si nous serons d'accord au moment des designs. Après, au fur et à mesure des discussions, on affine évidemment.

    DozoDomo : Pendant cette Japan Expo, vous avez pu rencontrer des fans des séries sur lesquelles vous travaillez ou avez travaillé. Qu'est-ce que vous avez ressenti face à cet engouement pour votre travail ?

    K.T. : Cette année, à l'occasion des 20 ans de Cowboy Bebop, je suis venu avec tous les membres du staff. Et je reconnais que je suis content de voir qu'il y ait toujours autant de fans, 20 ans plus tard dans le cas de Cowboy Bebop. Ca fait plaisir d'entendre des retours positifs. C'est quelque chose d'important pour moi.
    En même temps, je me dis que ma série aura marqué leur vie ou les aura empêché de faire certaines choses entre autres. (rires)

    DozoDomo : Comme vous venez de le dire, Cowboy Bebop a été diffusé il y a longtemps en France. Et nous avons donc trois générations qui ont grandi avec les mangas et les animes japonais. Que pensez-vous de cette ferveur générale pour les mangas qui prend de plus en plus d'ampleur ?

    K.T. : Je vais déjà parler pour moi. Je suis rentré dans le milieu de l'animation parce que je regardais justement ce genre de production. Et même si je prends de l'âge, une partie d'enfance sommeille encore en moi. Je pense que c'est à peu près pareil pour les gens qui ne travaillent pas forcément dans le milieu de l'animation. Pour eux, ces séries sont représentatives d'un certain code et ont été importantes quand ils étaient plus jeunes. Et s'ils le retrouvent dans d'autres séries, cela réveille l'enfant qui est en eux. Et je ne parle pas forcément au mauvais sens du terme, à savoir de la nostalgie, mais bien de cette partie enfantine. Mais je pense que c'est pour ça que ça marche.
    Maintenant, je voudrais vous demander aussi. Pour les Français, pourquoi l'animation a toujours autant de succès au bout de 40 ans ?

    DozoDomo : (Laurent répond) Je pense que c'est un mélange de fascination pour la culture dans le sens général, la nourriture, les codes, une forme de respect "à la japonaise" qui serait inimaginable en France, et d'évasion.

    T.K. : Et puis, en voyant un tel événement avec autant de monde, je pense qu'il y a quelque chose, un point commun qui lie tous ces gens. Bon, je suppose que ce n'est pas que l'animation japonaise, c'est le Japon dans son ensemble culturel.

    DozoDomo : (Je réponds à mon tour) Tout à fait. J'avais quelque chose à ajouter. Si nous parlons de la jeune génération, ils ont eu Internet très tôt et donc un accès plus rapide à la culture. On voit beaucoup de jeunes, des collégiens ou lycéens, qui aiment la culture japonaise et notamment les animes, alors qu'à l'époque des années 2000, ça n'intéressait pas vraiment les jeunes ados.

    (Nous continuons sur nos questions.) De quelle manière avez-vous participé à la fondation du studio BONES ?

    T.K. : En fait, lorsque nous produisions la série Cowboy Bebop chez Sunrise, le producteur M. Minami Masahiko a décidé de devenir indépendant et de fonder son propre studio. Enfin, c'était une idée qu'il avait en tête avant. A ce moment là, il a demandé à deux ou trois personnes de venir l'aider et de devenir les patrons du studio BONES. Malheureusement, l'un d'entre eux nous a quitté il y a quelques années.
    M. Minami avait une certaine liberté. Ca a toujours été quelqu'un qui a toujours essayé d'être libre. En plus, des nouveaux systèmes de production allaient être en vigueur chez Sunrise, lui donnant l'envie plus que jamais de créer sa propre entreprise.

    DozoDomo : Pour finir, parlons des relations franco-japonaises dont on fête les 160 ans cette année (en 2018, ndlr). Les studios avec qui vous travaillez ont-ils pensé à collaborer avec des studios français?

    T.K. : En fait, on a déjà eu l'occasion de travailler avec du staff français, ce qui est le cas de Space Dandy par exemple. Le mecha-designer M. Thomas Romain (compte Instagram ici) a été une pièce importante de la production de cette série. Et d'autres Français ont aussi travaillé pour nous en sein du studio. Donc pour résumer, oui, nous avons déjà eu une collaboration avec des personnes venant de France.
    Et je pense que le réalisateur, dans l'idée d'une série qu'il voulait sur l'exploration d'un nouvel univers, s'est dit que l'apport de dessinateurs venant de l'étranger fusionnait parfaitement avec cette idée. C'est pour cette raison que lui-même a décidé de travailler avec du staff français et notamment Thomas Romain, qui l'avait épaté avec les travaux qu'il avait réalisé à l'époque.
    ___________________________________________________________________________________

    Nous remercions Japan Expo pour avoir rendu possible cette rencontre. N'hésitez pas à regarder le site officiel du studio BONES pour plus d'informations sur les nouveautés du studio. Dans celles-ci, nous vous conseillons de regarder Carole & Tuesday, créée à l'occasion du 20ème anniversaire du studio, et la prochaine saison de Boku no Hero Academia, qui sortira en octobre prochain.

    Partagez

    Commentez

    Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.