• Hanami : rétrospective sur cette période immanquable qui mêle festivités et tradition

    samedi 20 avril 2019 / Cyrielle Ugnon

    Ça y est hanami est déjà fini à Tokyo, et l’hiver aussi ! Au Japon, la nouvelle saison a été immédiatement marquée par la splendide floraison des cerisiers, la fleur emblématique du Japon, qui a recouvert le temps de deux semaines, les parcs et les allées, de couleurs pastel, roses, et blanches, et annoncé avec poésie la douceur de la saison et les rassemblements entre amis pour le hanami.

    Le concept de hanami

    Le hanami,  花見, littéralement “regarder les fleurs”, est la coutume traditionnelle japonaise d'admirer les cerisiers en fleurs (les sakura), à partir de la fin mars jusqu'à la mi-avril dans le centre du pays (Tokyo, Kyoto), et durant laquelle les japonais se rassemblent pour des pique-niques sous les arbres.

    La coutume remonte à l'ère de Nara (710-784), quand, à l'époque, la floraison des sakura annonçait la saison de plantation du riz. Les paysans japonais croyaient alors que les dieux s’installaient à l'intérieur des arbres, et ils faisaient des offrandes aux pieds des sakura pour honorer et prier les dieux pour les prochaines récoltes. Ils apportaient à cette occasion à manger, et partageaient leur repas en buvant du saké avec les divinités.

    Aujourd’hui, le hanami est un must parmi les coutumes traditionnelles japonaises. Tous, se réunissent sous les cerisiers à cette occasion, entre amis, en famille, en couple, dans les parcs, pour des moments chaleureux autour de pique-niques, souvent bien arrosés. On joue aux cartes, on prend des photos parfaitement instagramables au milieu des fleurs, on chante, et surtout on apprécie la beauté de la nature.

    Parole de locaux : pour vous, qu’est-ce que c’est hanami ?

    Au-delà de l’aspect festif autour de cette période, il semble que hanami soit, pour les japonais, un moment poétique et fort en émotions.

    Pour Yumiko, “hanami, c’est avant tout se balader pour admirer les cerisiers en fleurs, plutôt qu’un pique-nique sous les sakura. La floraison des sakura est aléatoire et éphémère. On attend la période des sakura avec impatience et le moment venu, on en profite au maximum. La saison des sakura, en fonction du moment où elle a lieu, coïncide soit à la fin de l’année scolaire, soit à la rentrée scolaire. Les sakura sont donc, à mon sens, liés aux départs et aux rencontres, et leur beauté amplifie les émotions associées à ces moments. Je me rappelle notamment de plusieurs hanami passés avec mes enfants à l’occasion de leurs cérémonie de fin d’études ou à leur rentrée des classes. Mon lieu favori pour hanami est Chidorigafuchi et le sanctuaire Yasujunijinja.”

    "Pour moi, plus que les festivités qui ont lieu lors de hanami, les fleurs de cerisiers sont pleines de sens. Mon père est décédé durant la saison des sakura, leur floraison me rappellent toujours à lui. Mais de façon positive ! Mon endroit préféré pour hanami à Tokyo est Chidorigafuchi. ”

    “Pour les Japonais, faire une fête sous les cerisiers est vraiment typique. Comme hanami a souvent lieu lors de la rentrée scolaire, c’est l’occasion de de se réunir entre amis et en même temps de faire de nouvelles rencontres. Maintenant, avec l’âge, pour moi c’est surtout l’occasion d’une belle promenade sous les cerisiers avec mon financier ! ”

    Les secrets des locaux pour un hanami réussi

    L’astuce numéro un, et sans doute la plus importante : anticipez et réservez votre emplacement. Pour cela, les japonais se munissent d’une bâche bleu de bonne taille, et l'installent le plus tôt possible, elle indique que l’emplacement est occupé. Durant la période de hanami, les parcs sont pris d’assaut, alors prévoyez d’arriver le tôt matin pour le midi, voire même la veille au soir à Tokyo ! Vous pouvez vous procurer une bâche dans tous les convenience stores (7 eleven, Family Mart, Lawson etc.)

    Une seconde astuce concernant l'alimentation : lors de hanami, la tradition veut que l’on partage son repas. Apportez votre bento préféré, mais pensez aussi à des plats que vous pourrez partager, et des assiettes supplémentaires.

    En enfin une troisième astuce pratico-écolo : pensez à gérer vos déchets pour ne pas gâcher le paysage après votre passage. Pour cela, prévoyez de gros sacs à ordure.

    Vous prévoyez déjà venir célébrer hanami au Japon en 2020 ? Trois endroits à l’abri de la foule à Tokyo

    Si le parc de Shinjuku Gyoen, avec ses grandes étendues d’herbes idéales pour un pique-nique, et les bords de la rivière Naka Meguro, entourée d’une multitude de cerisiers formant un tunnel de fleurs au-dessus de l’eau ; constituent des classiques incontournables pour une première expérience de hanami, gare à la foule.

    Je vous propose trois alternatives (un peu) plus calmes pour profiter de l’évènement authentiquement.

    1. Chidorigafuchi, pour une escapade romantique au bord de l’eau

    Chidorigafuchi est l’un des lieux les plus recommandés par les locaux à Tokyo pour hanami, mais un peu moins connu des touristes. Chidorigaguchi est une allée de 700 mètres qui borde les douves du palais impérial (dans l’arrondissement de Chiyoda). Ici vous contemplerez les cerisiers dont les branches plongent vers l’eau, le temps d’une balade relaxante. Le chemin est par ailleurs parsemé de nombreuses fleurs qui le colorent, telles que les iris violettes et les petites fleurs jaunes flamboyantes de la corête du Japon. Une fois le pic de floraison passé, le site retombe dans l’anonymat et retrouve son calme habituel. A ce moment,les arbres ont perdu un peu de leur flamboyance mais le paysage est tout aussi charmant avec les pétales qui volent à chaque coup de vent avant de venir flotter sur le lac. A noter qu’il est possible de louer une barque pour parcourir la douve sur l’eau. Accès : station Kudanshita.

    1. Le cimetière d’Aoyama, pour promenade reposante au milieu des allées zen

    J’entends bien votre scepticisme à l’évocation de l’idée de se rendre au cimetière pour cet évènement. La première fois que j’ai traversé le cimetière d’Aoyama, c’était par le plus grand des hasards et il se trouvait tout simplement sur ma route, mais la quiétude qui y règne m’a immédiatement marquée. Et quelle a été ma surprise lorsque, rejoignant l’allée principale, je découvrais des centaines de cerisiers à l’abri de regards. Au cimetière d’Aoyama, les cerisiers semblent fleurir en l’honneur des défunts et créent une atmosphère on ne peut plus harmonieuse et apaisante. Le lieu est idéal pour admirer les cerisiers à l’écart de la foule et pour s’adonner une contemplation plus spirituelle.

    1. Le magnifique jardin de l'Hôtel Chinzanso Tokyo:

    Un lieu plus secret puisque l’accès au jardin est réservé en premier lieu à la clientèle, mais l’on peut s’y faufiler en tant que visiteur à l’occasion du tea time pour admirer une symphonie de 120 cerisiers de 20 espèces différentes dans le jardin botanique, et déguster des spécialités de saison telles que la “sakura panna cotta” !

    Et si vous aussi vous faisiez votre propre hanami ?

    Vous êtes à Paris et vous ne pouvez pas vous évader au Japon ? Le hanami c'est avant tout un état d'esprit (et des cerisiers en fleurs bien-sûr).
    Rendez-vous dans le jardin du Musée Albert Kahn; qui abrite un village japonais et un jardin japonais avec de nombreux cerisiers, décor idéale pour vous évader à moindre coût ! Toutes les informations ici.

    Le Parc de Sceaux est aussi une superbe alternative pour un pique-nique autour du 14 avril accompagné du son des tambours traditionnels lors des festivités organisées chaque année par le Tsunagari Taiko center.

    Retrouvez Cyrielle sur son blog, Les pépites de Tokyo.