• Le Man'yōshū, l'anthologie de la poésie à l'origine du nom de la nouvelle ère du Japon

    mercredi 3 avril 2019 / Vincent Ricci

    Au VIIIe siècle de notre ère, Pepin le bref était roi des Francs et l'âge des Vikings s'apprêtait à voir le jour. Dans le même temps, le Japon vivait l'âge d'or de la cour impériale et la poésie connaissait un essor important.

    C'est durant cette époque, nommée Nara puis Heian, que Kyoto devient la capitale du Japon.

    Vers 760, une anthologie de 4516 poèmes (répartis en 20 volumes) voyait le jour, le Man'yōshū (万葉集), littéralement « recueil de dix mille feuilles ».

    Survivant aux siècles et aux changements de régimes, le Man'yōshū est toujours très populaire chez les amateurs de poésie, et connait un soudain regain d'intérêt après qu'il a servi à créer le nom de la nouvelle ère du Japon qui commencera le 1er mai 2019, l'ère Reiwa (令和). Depuis l'annonce du 1er avril, une edition en particulier est en tête des ventes de livre dans le pays et sur amazon.

    Le kanji wa () représente l'harmonie, tandis que rei () peut être traduit par porteur d'espérance, vénérable, ordre, bien, beau, agréable.
    Le court poème extrait du Man'yōshū ayant servi à la "construction" du nom Reiwa, ne l'utilise pas en tant que tel, mais les deux kanji (令 et 和) sont utilisés dans la mème phrase :

    shoshunnoreigetsunishitekiyokukazeyawaragiumewakyōzennokoohirakiranwahaigonookaorasu

    En ce mois propice ("Rei") du début du printemps,
    il fait beau et le vent est doux ("wa").
    Les pruniers s'ouvrent comme de la poudre devant un miroir,
    tandis que les orchidées dégagent le doux parfum d'un sachet.

    Dans son allocution suivant l'annonce du nom de la future ère, le premier ministre Abe a déclaré que l’idée selon laquelle "la culture naît de la beauté des êtres qui s’occupent les uns des autres" est incluse dans l’interprétation du nom de la nouvelle ère choisit par le Cabinet. Il a également expliqué que le Man'yōshū était lu non seulement par les nobles et les aristocrates, mais également par le peuple, et que le nom Reiwa traduisait le désir de perpétuer les traditions japonaises dans le nouvel âge.

    «Reiwa signifie la naissance d'une civilisation où règne une harmonie entre les êtres», Shinzo Abe.

    Une harmonie joyeuse. A vous de trouver la meilleure traduction possible pour Reiwa. Nul doute qu'une traduction officielle sera proposée très prochainement.

    Reiwa faisait partie d'une liste de 6 noms, préparés par un collège de personnalités du monde de la culture et de l'éducation japonaises, proposés au gouvernement. Les 5 autres finalistes étaient : Eikō (英弘), Kyūka (久化), Kōshi (広至), Banna (万和), and Banpō (万保).