• La fête de setsubun dans un petit sanctuaire de quartier de Tokyo

    lundi 4 février 2019 / Vincent Ricci

    Tous les 3 février à lieu la fête du lancer de haricots, ou setsubun. D'origine chinoise, cette fête est arrivée au Japon aux environs du VIIIème siècle et s'est popularisée au fil des siècles. Dans le calendrier lunaire japonais, le 4 février marque le début du printemps et l'équivalent de la nouvelle année. Ce jour-là, tous les temples et sanctuaires du pays sont pris d'assaut et à plusieurs reprises, des graines de haricot sont jetées à la foule. La symbolique du geste consiste à faire fuir les démons et démarrer "l'année" du meilleur pied . Si le jour n'est pas férié, l'évènement est télévisé, et dans l'après-midi, des célébrités se joignent aux "lanceurs".

    Cette année, setsubun tombait un dimanche. Une aubaine pour les nombreux enfants à s'être déplacés pour faire le plein de friandises.

    Cette année, DozoDomo avait décidé de rester dans son quartier de Tsukuda pour célébrer setsubun dans le petit sanctuaire de Sumiyoshi où règne une atmosphère familiale. Ici tout le monde ou presque se connait et, encore plus que dans les grands édifices religieux de la capitale, les prêtres et invités allaient se montrer très généreux.

    Les enfants s'étaient tassés dans les premiers rangs pour obtenir le plus de friandises possibles. Durant une heure et demie, ils allaient remplir leur sac de graines de haricots attrapées à la volée, mais aussi de bonbons et autres biscuits salés.

    Pour notre part, la "récolte" fut plutôt bonne merci si elle loin d'égaler celle de certains autres participants prêts à "presque" tout pour en obtenir davantage.

    Partagez

    Commentez

    Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.