Une idole japonaise obligée de s'excuser après s'être faite agresser par deux fans

vendredi 11 janvier 2019 / Charlotte Meyer

C'est l'histoire de la semaine dans le monde pas toujours rose du show-business japonais.

Une membre du groupe NGT48 (filiale d'AKB48 dans la ville de Niigata) a présenté ses excuses après avoir déclaré avoir été agressée chez elle par deux "fans" masculins.

Maho Yamaguchi, 23 ans, a révélé cette semaine qu'elle avait été "attaquée par deux hommes" dans son appartement de Niigata, accusant par la même occasion des membres du groupe d'avoir divulgué son adresse ainsi que son emploi du temps à des fans.

Hier, Yamaguchi a présenté ses excuses lors d'un concert dans la ville, s'inclinant profondément devant la foule avant de dire qu'elle regrettait d'avoir «causé des ennuis» en parlant publiquement de l'agression présumée.

Quelques NGT48 avec le Premier ministre du Japon, M. Shinzo ABE.

Les médias locaux ont rapporté que Yamaguchi avait été attaquée le 8 décembre, alors qu'elle entrait dans son appartement à Niigata, par deux hommes la "saisissant par le visage". La jeune femme "a crié de peur" et dans le même temps, ses agresseurs lui auraient couvert la bouche pour la faire taire.

Les hommes, deux étudiants âgés de 25 ans, ont été arrêtés pour voies de fait, puis relâchés sans inculpation. La police a déclaré que les suspects "voulaient seulement parler à Yamaguchi et ne pensaient pas que ce serait un gros problème".

En dépit de l'agression présumée du mois dernier, Yamaguchi n'a pas abordé l'incident avant le début de la semaine.

Dans une vidéo émouvante diffusée sur les médias sociaux, Yamaguchi a fondu en larmes alors qu'elle parlait pour la première fois de l'attaque. Elle a affirmé que quelqu'un au sein des NGT48 avait divulgué ses données personnelles, y compris son adresse, et que les deux hommes étaient arrivés à sa porte.

Les larmes coulant sur son visage, elle a raconté sa peur alors qu'elle était coincée par les deux agresseurs à l'extérieur de son appartement. Elle a affirmé qu'elle a pu s'échapper quand ils ont été distraits par l'ascenseur de l'immeuble. Elle a ajouté qu'elle avait signalé l'incident à sa direction et qu'elle avait décidé de prendre la parole après que l'affaire a été classée sans suite.

Sur Twitter, elle dit : "Je voulais parler plus tôt, mais la direction a dit qu'ils s'occuperaient de tout, alors j'ai attendu tout ce mois terrifiée."

Elle a terminé en regrettant avoir "causé des ennuis à ceux qui prennent soin d'elle". Une formule très japonaise.

La direction de NGT48 a nié qu'un autre membre du groupe ait divulgué son adresse aux assaillants.