Le responsable de l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995 a été exécuté ce matin

vendredi 6 juillet 2018 / Mehdi Elhani

Il aura passé 23 ans dans les couloirs de la mort. Le fondateur et gourou de la secte AUM, Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto), a été pendu ce matin dans la prison de Katsushika à Tokyo avec 3 de ses complices. Il avait 63 ans. L'homme était quasiment aveugle depuis l'enfance.

En 1995, l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo, sous le quartier des ministères, avait fait 13 victimes et plus de 6000 blessés. Cette dernières faisait suite à une série d'attaque dont la plus sévère avait eu lieu dans la ville de Matsumoto où 8 personnes avaient perdu la vie, là aussi par l'utilisation d'un gaz sarin. Tout a commencé après que lui et 24 autres membres de l'AUM se soient présentés sans succès à l'élection de la Chambre des représentants en 1990 pour tenter de prendre le contrôle de l'État. Par esprit de revanche, il a alors commencé à organiser des meurtres de masse contre des membres du public.

Son exécution a été rendue possible après que tous ses recours ainsi que ceux de ses complices ont été étudiés et rejetés. 12 de ses disciples attendent aujourd'hui encore leur exécution dans les prisons japonaises.

L’idéologie religieuse de la secte, d'inspiration principalement bouddhiste, comportait des emprunts à l’hindouisme et à l’apocalyptisme chrétien, les prophéties de Nostradamus y tenant une part importante. Sur le plan politique, le groupe, convaincu de la disparition rapide du gouvernement japonais qu'il jugeait corrompu, avait pour objectif de provoquer un Armageddon, devant survenir entre 1997 et 2003, et auquel survivraient les seuls membres de la secte qui pourraient alors prendre le pouvoir. Dans les années 1990, Asahara commença à justifier le meurtre sur des bases spirituelles.