Une carte interactive du Japon répertorie toute la criminalité du pays

lundi 12 mars 2018 / Charlotte Meyer

Le Japon est sans conteste l'un des pays les plus sûrs de la planète en matière de criminalité. Combien de fois nzvez-vous entendu des histoires d'ordinateurs ou portables oubliés dans le train et rapportés à leur propriétaire dans l'heure ?

S'il est certain que l'on se sent rarement en danger au Japon, cela ne veut pas dire pour autant qu'il n'y y a jamais de crimes et délits. Un nouveau service vient d'être en mis en ligne sous la forme d'une carte interactive recensant tous les signalements de personnes "louches" faites à la police. Son nom, Gaccom Anzen Navi. Qu'il s'agisse de menaces au téléphone ou dans la rue, des vols à l'arraché ou des personnes s'adressant à des enfants de manière insistante, tout y est.

Un bon moyen de se rendre compte des quartiers vraiment sûrs.

Dans le quartier de DozoDomo, c'est assez calme. On note quelques incidents de troubles sur des enfants et un cas où un homme a pris une photo d'un petit garçon de moins de deux ans.

Les incidents sont classés selon 27 catégories : Personnes suspectes, étrangers qui interpellent, pervers, voyeurs, photographes sous les jupes/voyeurs, prostitution, agression/violence, armes dangereuses, menaces/cambriolages, drogues, vol à l'arraché, vol, violation de domicile, dommages à la propriété, accident de la circulation, feu, catastrophe naturelle, envoi d'urgence, animaux dangereux, personnes disparues, fraude/usurpation d'identité, nuisance aux enfants, blessure, décès, santé publique, coupures de courant et perturbation des services quotidiens.

 

En cliquant sur un incident, on peut accéder à la fiche de ce dernier dans laquelle est inscrite une somme d'informations. Dans ce cas précis, un homme entre 40 et 50 ans d'environ 1m70, les cheveux courts noirs, aurait proposé à une jeune écolière de la raccompagner chez elle alors qu'elle venait de quitter l'école.

En passant la carte en mode avatar, chaque incident est désormais présenté sous la forme du "portrait robot" de son auteur.

Site du Gaccom Anzen Navi.