Le Japon a accueilli 20 réfugiés pour près de 20,000 demandes en 2017

mardi 13 février 2018 / Mehdi Elhani

Les sociétés évoluent et avec elles des mouvements de population de plus en plus importants, et pourtant le Japon reste inflexible sur sa politique d'asile.

Le nombre de demandeurs d'asile dans le pays a augmenté de 80% sur un an pour atteindre un record de 19,628 en 2017, mais seulement 20 ont été acceptés.

L'immigration est un sujet controversé au Japon, où beaucoup se targuent d'homogénéité culturelle et ethnique, alors même que la population vieillit et que son effectif diminue. Bien qu'il soit l'un des principaux donateurs des organisations internationales d'aide, le Japon s'est montré réticent à assouplir les politiques d'asile ou à autoriser les travailleurs manuels migrants.

Le nombre de personnes demandant le statut de réfugié a augmenté ces dernières années, car les gens ont profité d'un système qui permettait aux demandeurs ayant un visa valide de travailler pendant que leurs demandes d'asile étaient examinées, a indiqué le ministère de la Justice japonais. À la mi-janvier cependant, le gouvernement a limité le droit de travailler uniquement aux réfugiés considérés comme des réfugiés de bonne foi. En conséquence, le nombre moyen de demandeurs par jour dans la seconde moitié de janvier a diminué de 50% par rapport à décembre, a indiqué le ministère.

Sur les 19,628 demandeurs en 2017, les Philippins représentaient un quart, suivis des Vietnamiens et des Sri-Lankais, selon les données préliminaires.

Sur les 20 personnes ayant obtenu l'asile l'année dernière, cinq venaient d'Égypte, cinq de Syrie et deux d'Afghanistan. Le ministère a refusé de préciser les nationalités des huit autres, invoquant des préoccupations quant à leur identification trop facile.

"Vingt personnes, c'est trop peu. A en juger par notre expérience dans le soutien aux réfugiés, je crois que plus de gens devraient être acceptés ", a déclaré Eri Ishikawa, de l'Association japonaise pour les réfugiés.

Le Japon a accepté 28 personnes en tant que réfugiés en 2016.

Partagez

Commentez

  1. L'avantage dans accepter si peux et dans ces conditions c'est que cela permet un intégration à la carte de chacun d'entre eux.
    Contrairement à la France qui accepte un nombre trop important d’immigrés.

    Je m'explique :
    Cela nous pénalise dans l'optique d'un accompagnement des immigrés dans une démarche d'apprentissage de la langue et d'une formation professionnelle pour s'intégrer à leurs nouveaux pays.

Vous devez vous identifier ou vous inscrire pour ajouter un commentaire.