Le nouveau scandale qui ternit (un peu plus) l'image du sumo

mercredi 15 novembre 2017 / Vincent Ricci

On ne l'a jamais caché, à DozoDomo on adore le sumo. Tous les deux mois, on passe des heures devant la télé à regarder ces beaux bébés se mettre sur la tronche pour le prestige d'un art séculaire.

Depuis l'an dernier et la victoire, après 10 ans de disette, d'un rikishi (combattant) japonais dans un grand tournoi, le public semblait se passionner de nouveau pour ce sport qui avait par le passé fait parler de lui souvent pour de mauvaises raisons. Corruption, intimidations, homicide, liens avec les yakuzas, tout a été dit, jusqu'à ce que le plus grand scandale de matches truqués soit révélé et un tournoi annulé (une première depuis 1946) en 2010.

L'affaire qui secoue cette semaine le sumo risque à nouveau de jeter le discrédit sur tout un microcosme car si les affaires précédentes avaient pour protagonistes principaux des lutteurs de niveau inférieur, celle qui fait l'actualité concerne l'un des 4 yokozuna, le grade le plus élevé dans le sumo. Un grade qui impose une attitude irréprochable sur et en dehors du dohyō. Harumafuji a 33 ans et est mongol (comme 2 des 3 autres yokozuna), et il a remporté 9 grands tournois, ce qui le classe au 15e rang des rikishi avec le plus de titres depuis 1909. Autant dire qu'on a affaire a un très grand nom du sumo.

La police vient d'ouvrir une enquête sur lui suite à une plainte d'un autre rikishi âgé de 27 ans, Takanoiwa.

Selon les médias, Harumafuji, avait bu avec plusieurs autres lutteurs mongols lors d'une tournée régionale dans l'ouest du Japon, où il aurait frappé Takanoiwa avec une bouteille de bière en guise de punition pour sa "mauvaise attitude".

Lorsque Takanoiwa a alors tenté de répondre à son téléphone portable alors que Harumafuji le réprimandait, le yokozuna lui a donné 30 coups de poing, provoquant une commotion cérébrale, une fracture à la base du crâne et d'autres blessures, selon l'agence de presse Kyodo.

Il a passé cinq jours à l'hôpital et n'a pas pu participer au grand tournoi de Fukuoka qui se déroule actuellement. Harumafuji, qui visait un 10e titre, s'est retiré le troisième jour après que l'affaire est devenue publique.

Je m'excuse profondément d'avoir causé du tort à son maître d'écurie, à son écurie, à la Japan Sumo Association et à mon maître d'écurie.
Harumafuji.

D'après les spécialistes, Harumafuji devrait se voir intimer l'ordre de renoncer à son titre de yokozuna et mettre un terme à sa carrière.