L'épouse du Premier ministre japonais a-t-elle fait croire qu'elle ne parlait pas anglais pour éviter de parler à Donald Trump durant un dîner ?

mercredi 23 août 2017 / Vincent Ricci

Akie Abe, épouse du Premier ministre du Japon Shinzō Abem est une First Lady moderne. Ancienne DJ, elle milite pour les droits de la communauté LGBT et s'est opposée à son mari sur des sujets sensibles comme le nucléaire ou le partenariat de sécurité avec les Etats-Unis. Elle est qualifiée par les médias de "parti d'opposition domestique".

Lors du sommet du G20 à Hambourg le 8 juillet dernier, elle et son mari ont partagé un diner avec le President américain Donald Trump. Quelques jours plus tard lors d'un entretien avec des journalistes du Times, Trump confiait : "J'étais assis à côté de la femme du Premier ministre Abe, qui, je pense, est un gars formidable, et c'est une femme formidable, mais elle ne parle pas anglais".

Lorsqu'on lui a demandé si elle ne parlait pas du tout anglais, il a répondu: "Pas même "hello".

Il a poursuivi en disant que la soirée avait été "difficile" parce que le repas a duré "une heure et 45".

Il a ajouté: "Alors, je suis assis là. Il y avait un interprète pour le Japonais, sinon cela aurait été encore plus difficile. Mais j'ai apprécié la soirée avec elle, et elle est vraiment une femme charmante, et j'ai passé un bon moment."

Akie Abe parle anglais et c'est de notoriété publique au Japon. Son Premier ministre de mari également, lui qui a fait une partie de ses études aux Etats-Unis dans les années 70.