Sur les hauteurs de Hakuba, village olympique

lundi 10 juillet 2017 / par
navigatedown

Pour ma dernière destination à la montagne, j’ai choisi Hakuba, d’abord plus pour coller à mon itinéraire que pour les sites qu’on y trouve en eux-mêmes. Pour autant, j’ai été ravie de mon choix. Hakuba est une petite station alpine pleine de charme, qui s’étale sur plusieurs petits villages et propose différents sites de sports de montagne.

Hakuba est l’une des stations de ski les plus connues de la préfecture de Nagano. On peut d’ailleurs voir plusieurs infrastructures vestiges des Jeux Olympiques de 1998 à Happo, le plus grand domaine skiable de Hakuba, comme le stade de saut à ski inauguré à l’occasion et toujours en activité qu’on aperçoit depuis la route. En été, de nombreux randonneurs se retrouvent également à Hakuba pour profiter de vues remarquables sur les montagnes du nord-ouest de la préfecture de Nagano.

En partant de Kamikochi, j’ai dû passer par Matsumoto pour prendre ensuite un train pour Hakuba. Je suis descendue deux arrêts avant la station JR de Hakuba à la gare de Kamishiro située dans le village de Goryu. J’y avais réservé mon auberge, moins chère que ce qui est disponible dans le village de Happo même.

Je suis arrivée en début de soirée à l’auberge et ai eu la chance de profiter avec les deux filles du couple de propriétaires d’une petite soirée feux d’artifice (hana-bi) pour fêter l’été. J’ai pu m’amuser avec les traditionnels senko-hana, littéralement « feux d’artifice bâtons d’encens », de petits filaments de 20cm de long qui se consument en formant de magnifiques petites fleurs en étincelles et qu’on n’allume qu’à la fin de la soirée.

Le lendemain matin, j’ai dû choisir sur quelle randonnée me lancer ; et j’avais l’embarras du choix.

Goryu dispose de son propre domaine skiable et de ses propres infrastructures de randonnées ; bien entendu les tarifs sont sensiblement moins cher que 20mn en voiture plus loin, à Happo. Le téléphérique de Goryu, à 20mn à pied de la station Kamishiro mène notamment à un jardin de plantes alpines, au Alps Daira Nature Trail et au Tomi-one Trekking Course. De là, on peut rejoindre le sommet du mont Goryu qui culmine à 2814m ou celui du mont Karamatsu, à 2696m. Les tarifs de l’aller-retour en téléphérique tournent autour des 1800 yen par personne, beaucoup moins cher que les 2800 demandés à Happo.

J’avais aussi entendu parler du Tsugaike Kogen, un parc naturel formé autour d’un marais où l’on peut se balader très tranquillement pendant 1 à 4 heures selon l’envie. L’accès de ce site est situé à l’est de Happo, sur le domaine de Tsugaike à Ochikura. Là encore le prix de l’aller-retour en téléphérique dépasse les 2000 yen.

Ne disposant que d’une journée, j’ai préféré suivre les conseils de mes hôtes et me concentrer sur la marche la plus populaire de Hakuba, la Happo-One Nature Study Trail qui mène à l’étang Happo-Ike, à 2080m d’altitude au-dessus du village de Happo. On y accède en prenant la Adam Gondola, à 10mn à pied du centre d’informations touristiques de Happo ou 30mn à pied de la gare JR de Hakuba.

Mon hôte m’emmène gracieusement en voiture jusqu’au centre d’information où je peux déposer mon backpack et acheter un ticket pour le téléphérique avec 10% de réduction, ce qui me revient à 2610 yen. Je me lance ensuite à l’assaut de la fameuse marche Happo-One à laquelle j’accède après être montée sur trois différents téléphériques. Au sommet du premier se trouve un petit jardin de fleurs alpines où on peut entrer pour 200 yen. Derrière l’arrivée du téléphérique se trouve une terrasse d’où les amateurs de parapente s’élancent au-dessus de Happo.

Au sommet du 3e téléphérique commence la randonnée, qui est loin d’être d’une difficulté insurmontable. En une heure je serai à l’étang Happo-Ike. De bonnes chaussures sont toutefois indispensables parce qu’une bonne partie du trajet se fait sur la neige (si si, en plein mois de juillet) ou les cailloux.

Plusieurs cairns accompagnent la balade et annoncent l’altitude exacte où l’on en est. J’étais surprise de voir encore de grosses plaques de neige à parfois moins de 2000m d’altitude. Mais globalement, je n’ai pas eu autant de chance sur cette randonnée que sur les précédentes puisque le ciel était couvert de nuages et de brumes : impossible de voir le reflet enchanteur des glaciers de Hakuba dans l’étang Happo-ike qui fait justement la renommée de ce site.

La balade vaut quand même le coup et bien que très populaire, on peut quand même y circuler sans se faire bousculer. L’endroit est enchanteur, ne serait-ce que pour toutes les variétés de fleurs alpines qu’on peut y trouver. C’est d’ailleurs l’une des particularités des sites de Hakuba : on y a recensé le nombre impressionnant de 347 espèces de fleurs alpines différentes, ce qui est plusieurs fois supérieur à ce qu’on trouve habituellement dans la plupart des zones montagneuses. Si on trouve généralement très peu de fleurs alpines en-dessous de 2500m d’altitude, ce n’est pas non plus le cas à Hakuba où elles poussent bien plus bas en raison de la rigueur des hivers qui peut s’étaler sur six longs mois.

Arrivée à Happo-ike, j’attends un peu que les nuages se dégagent et parviens à prendre quelques photos des glaciers en face. Je redescends ensuite jusqu’au Happo Onsen, situé juste en face du centre d’informations touristiques. L’infrastructure est toute neuve et superbe, un bain à moitié en extérieur a vue sur les sommets enneigés et je peux profiter un moment de cette atmosphère typique des sites de montagne japonais avant de retourner prendre le train pour Matsumoto.

Pratique

Accès = Idéal pour un week-end ski ou randonnée depuis Matsumoto puisque le trajet ne dure qu’1h30 et coûte 1140 yen. Vérifiez quand même les horaires avant de partir puisque certains trains ne vont pas jusqu’à Hakuba mais s’arrêtent au milieu de la ligne Oike.

Logement = K’s House Hakuba Alps, située à Goryu, à 5mn à pied de la station Kamishiro soit deux arrêts avant la station JR de Hakuba. Des bus locaux passent fréquemment pour rejoindre le village de Happo ou les autres domaines sportifs de Hakuba ; le propriétaire peut même vous emmener directement là où vous voulez commencer votre randonnée. Les hôtes sont adorables et l’auberge est très agréable. Réservé sur booking.com, 2900 yen la nuit en dortoir pour 4.

En été = La plupart des informations disponibles sur les domaines de Hakuba concernent les sports d’hiver et les domaines skiables. Ceci-dit, c’est aussi un site prisé l’été par les marcheurs. Il est possible de partir pour des randonnées de plusieurs jours sur les sommets mais il faut vous y préparer : les « refuges » sur les sommets proposent des chambres et des repas mais les prix sont exorbitants (6000 yen la nuit, ça peut rapidement monter à 10 000 avec les repas) puisqu’ils sont ravitaillés en hélicoptère. Vous pouvez toutefois camper avec votre propre matériel sachant qu’une tente est alors indispensable. Pour les randonnées qui vont jusqu’aux sommets, il est également recommandé de bien s’équiper et de chausser des crampons. Pour les moins sportifs, les sites les plus remarquables en termes de panorama sont tout-à-fait accessibles : privilégiez les randonnées de moins de 4h que sont notamment le Happo-One (3h aller-retour), la marche autour du parc naturel de Tsugaike Kugen (1 à 4h, sur du plat) ou encore le Tomi-one Trekking Course à Goryu (3h aller-retour, un peu plus sportif). Notez qu’à chaque fois il vous faudra payer un aller-retour en téléphérique : la montagne est cruelle avec les porte-monnaie. 

En ce qui concerne le ski, je n’ai pas beaucoup d’informations mais sachez que les stations de Hakuba sont très réputées. Plus familiales que les grandes stations de Hokkaido puisque des locaux y vivent à l’année, elles restent aussi abordables avec des forfaits journée qui vont de 4500 à 5000 yen pour Goryu par exemple. Renseignez-vous auprès de vos auberges où vous pourrez sûrement obtenir des réductions sur les tarifs des forfaits.