Dossier: Apprendre le japonais au Japon (Questions/Réponses)

jeudi 1 juin 2017 / Vincent Ricci

Qui sont les gens qui viennent apprendre le japonais au Japon ?

Il y a toutes sortes de profils, de 18 à ... 70 ans ! En général ce sont des jeunes de 20-25 ans. Des passionnés du Japon qui ont baigné dans la culture manga et « animé » depuis tout petits. Des étudiants qui ressentent le besoin de faire un break. Ou des personnes en recherche d’un emploi. D’autres prennent une année sabbatique.

Break. Période de transition. Nouvelle vie. On trouve beaucoup de profils différents avec un point commun : la passion pour le Japon.

 

Pourquoi venir apprendre le japonais au Japon ?

Bien sûr, c’est avant tout la manière la plus efficace d’apprendre le japonais ! On apprend dix fois plus vite une langue en immersion ...

C’est aussi l’opportunité de vivre l’expérience du Japon. De se faire une idée précise sur la vie au Japon, sur la culture japonaise.

Beaucoup de gens viennent sans intention autre que s’impreigner de cette expérience unique. Mais certaines personnes ont un but bien précis. Par exemple, apprendre le japonais sera un tremplin pour leur carrière. D’autres, plus rares, ont pour objectif de suivre des études supérieures au Japon.  

Participer à un programme de japonais au Japon signifie plus que l’apprentissage de la langue. On y découvre la culture japonaise, on y apprend des coutumes, une façon de penser et un mode de vie nouveaux. C’est donc une expérience très enrichissante à bien des niveaux.

 

Quelles sont les conditions pour venir étudier au Japon ?

Il faut distinguer les études supérieures de l’apprentissage du japonais dans une école de langue.

Pour intégrer l’enseignement supérieur au Japon, il faut le niveau « Bac » mais il faut aussi maitriser le japonais. Donc pour ceux qui veulent aller à l’université, le passage quasi-obligé est l’école de langue. Vous y apprendrez dix fois plus vite le japonais et serez préparés pour passer l’examen d’entrée (EJU) et intégrer une université japonaise.

Pour aller dans une école de japonais, aucune condition particulière n’est requise si vous venez d’un pays membre de l’OCDE (France, Belgique, Suisse etc ...). Même si vous n’avez pas le niveau « Bac », vous pourrez venir avec un visa d’étudiant. Certaines écoles demandent un niveau de japonais minimum mais si c’est un problème pour le postulant, il suffit de choisir une autre école !

 

Comment s’y prendre pour les démarches ?

Pour simplifier les choses, il est recommandé de contacter une agence comme Motivist Japan. Leurs services sont gratuits pour les étudiants donc autant s’adresser à eux !

Cette société est basée à Chiba, près de Tokyo. Leurs conseillers se chargent de tout, des conseils au début de votre projet, au choix de l’école en passant bien sûr par les formalités administratives, les traductions et votre organisation « logistique »...

Ils s’occuperont de constituer votre dossier d’inscription et de demande visa et vous guideront tout au long de votre projet, et même une fois au Japon.

 

Quel est l’obstacle principal des postulants pour venir étudier au Japon ?

L’argent ! Si les études en elles-même ne sont pas si coûteuses (voir ci-dessous) en comparaison avec d’autres pays comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, cela reste un investissement important pour la plupart des gens. De plus en plus de futurs étudiants au Japon contractent un emprunt auprès de leur banque. Et les personnes qui sont déjà dans la vie active parviennent en général à économiser pour réaliser leur projet.

 

C’est obligé d’avoir un visa d’étudiant pour étudier au Japon ?

On peut s’inscrire à un programme de 3 mois ou moins et venir sans visa (si l’on vient d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord ...). Pour des études de plus de 3 mois, il faut faire une demande de visa d’étudiant – c’est un peu fastidieux. On peut aussi venir au Japon avec un « programme vacances travail » (PVT). Ce visa est accessible aux ressortissants de certaines pays (dont notamment la France et le Canada mais pas la Belgique ni la Suisse !). C’est réservé aux moins de 30 ans et relativement simple à obtenir. Comme son nom l’indique, il est avant tout pour les personnes qui veulent voyager et découvrir le Japon (et travailler un peu pour financer leur périple). Mais si votre but principal est d’étudier pour plus de 3 mois, le visa d’étudiant s’impose.

 

Combien de temps faut-il pour obtenir un visa d’étudiant ?

C’est un processus assez long. L’immigration japonaise demande beaucoup de documents et il faut s’y prendre au moins 4-5 mois à l’avance.

 

Comment choisir son école ?

Avant tout, choissez la ville. Une mégalopole (Tokyo, Osaka, Yokohama) ou un endroit beaucoup plus calme (Hokkaido) ? Les hivers froids mais étés doux du nord ou les hivers doux et la chaleur au sud ? Une position géographique centrale (Kansai) pour mieux voyager à travers la péninsule ? Le Japon historique (Kyoto ...) ? Les critères sont nombreux. A vous de choisir !

Là encore Motivist Japan assiste les étudiants à choisir aussi bien la ville que l’école. Les différences entre les programmes et l’enseignement des écoles sont minimes mais il y en a. Par exemple quelques écoles ont des classes avec très peu d’élèves (ce qui en revanche impacte les frais d’études). Ou encore, quelques écoles s’engagent à vous trouver un travail à temps partiel tandis que d’autres ne vous aideront pas.

Consultez un conseiller de Motivist Japan pour trouver l’école qui correspond à vos objectifs.

 

Les cours sont en quelle langue ?

En japonais et seulement en japonais ! Et ça fonctionne très bien. L’immersion totale est le meilleur moyen de progresser.

Quel type d’emploi du temps pour les étudiants des écoles japonaises ?

Les cours se déroulent soit le matin, soit l’après-midi, du lundi au vendredi. Environ 20 heures par semaine. Cela laisse du temps pour les révisions, mais aussi pour les loisirs et pour le travail (voir ci-dessous).

 

Combien de temps faut-il pour bien parler le japonais ?

Au bout de 6 mois, on peut déjà participer à une conversation de tous les jours ! Au bout d’un an on parle couramment (toutefois pas suffisamment pour suivre des études supérieures au Japon). Bien sûr cela dépend aussi des capacités de chacun, de la motivation et du travail personnel !

 

Combien ça coûte pour étudier le japonais au Japon ?

Les frais d’études pour un an s’élèvent à environ 6.500 Euros en moyenne (de 5.500 à 7.500 Euros).

 

Quel budget pour un étudiant au Japon ?

Le budget mensuel d’un étudiant au Japon sera en général compris entre 650 et 1.000 Euros. Bien sûr, il y a de fortes disparités selon les critères de chacun, et selon l’endroit où l’on vit.

D’après Motivist Japan les frais initiaux (des frais d’études au billet d’avion en passant par l’assurance santé japonaise) pour étudier un an au Japon s’élèvent à environ 8.000 Euros. C’est donc la somme que l’on doit avoir mise de côté pour partir un an au Japon. Avec ce montant, on couvre une année d’études au Japon ... à la condition que l’on travaille pour couvrir son budget mensuel.

 

Peut-on obtenir des bourses pour venir apprendre le japonais au Japon ?

C’est très difficile et compliqué et les bourses s’adressent principalement aux études universitaires.

 

A-t-on le droit de travailler pour financer ses études au Japon ?

La loi japonaise autorise * les étudiants porteurs d’un visa d’étudiant à travailler 28 heures par semaine (40 heures pendant les grandes vacances). Et c’est ce que choissent de faire la grande majorité des étudiants étrangers (environ 75% selon le Ministère de l’Education).

* Il faut en faire la demande auprès des autorités mais ce n’est qu’une simple formalité.

 

C’est difficile trouver un travail à temps partiel au Japon ?

Il y a un tel déficit de main d’oeuvre au Japon que l’on trouve relativement facilement du travail même si son niveau de japonais est encore faible. Ce sont souvent des « petits boulots », notamment dans la restauration. Mais on trouve ! Et bien sûr, plus on améliore son niveau de japonais, plus on a d’opportunités et plus le travail est qualifié.

Certaines écoles aident voire placent leurs étudiants. Motivist Japan aide aussi ses étudiants pour trouver du travail.

 

Quels débouchés une fois qu’on peut parler le japonais couramment ?

Avec un niveau de japonais équivalent à JLPT N2 (à ce niveau on parle couramment), on peut poursuivre des études supérieures au Japon.

Le Japon est confronté à une grave crise démographique et manque donc cruellement de main d’oeuvre. Si vous parlez japonais, vous pourrez trouver (facilement) du travail. Mais attention, il faut en général avoir un diplôme de l’enseignement supérieur pour obtenir un visa de travail. C’est la raison pour laquelle certains jeunes qui n’ont qu’un niveau « bac » s’inscrivent à une école professionnelle (« vocational school ») après leurs études de japonais. En parlant le français, le japonais et avec un diplôme japonais, une voie royale s’ouvre à eux.

Ceux qui ont déjà un diplôme de l’enseignement supérieur (obtenu dans leur pays ou ailleurs), auront de nombreuses opportunités professionnelles au Japon sans avoir à passer par la case « Enseignement supérieur ».

Enfin, ceux qui rentreront dans leur pays pourront bien entendu mettre en valeur leur expérience et leurs connaissances japonaises. Ils ne maitriseront pas seulement la langue mais aussi la manière de travailler et la façon de penser japonaises. Des atouts pour des sociétés japonaises implantées à l’étranger, ou pour des sociétés occidentales désireuses de commercer avec le Japon.

 

Pour en savoir plus :

Pour être accompagné tout au long de votre projet :

http://motivistjapan.com/fr/

Sur le JLPT :

http://www.jlpt.jp/e/

Sur l’EJU, l’examen d’entrée requis par les universités japonaises :

http://www.jasso.go.jp/en/eju/index.html