Hanako, l'éléphant le plus triste du monde mort l'an dernier a désormais droit à une statue à Tokyo

mercredi 10 mai 2017 / Natsumi Ito

Le 26 mai 2016, Hanako, l'un des éléphants les plus célèbres du Japon, s'est éteint après 67 ans de captivité dans le zoo du parc d'Inokashira à Tokyo. Née en Thaïlande en 1947, l'animal avait été envoyée dans le zoo d'Ueno à l'âge de 2 ans puis transférée dans ce qui deviendra son ultime habitat quelques années plus tard.

Le sort d'Hanako avait ému la communauté internationale peu de temps avant sa disparition lorsque des vidéos de son quotidien avait été diffusées sur internet. Hanako était alors qualifiée du titre d'éléphant le plus triste du monde. Un visiteur du zoo décrivait alors son enclos comme "l'une des plus cruelles, les plus archaïques prisons dans le monde moderne." Une pétition pour libérer l'animal était alors à l'étude (voir notre article).

Au moment de sa mort, Hanako était le plus vieux éléphant au Japon. Pour lui rendre hommage, une statue à son effigie à été réalisée. L'oeuvre d'1,5 mètre de haut et 2,5 mètres de long créée par l'artiste local Aki Fueda a coûté 13,6 millions de yens, environ 110,000 euros -une somme entièrement couverte par des dons, y compris de la Thaïlande. La cérémonie pour marquer le dévoilement de la statue de bronze installée dans le quartier de Kichijoji a été marquée par la présence de nombreux médias et par celle d'un membre de la famille Sarasas, la famille thaïlandaise qui avait donné l'animal au Japon il y a 70 ans.