• Objectif zéro poteau et câble électrique visibles à Tokyo pour 2020

    mardi 4 avril 2017 / Vincent Ricci

    C'est une véritable révolution à laquelle se prépare la capitale japonaise.

    La gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike l'a annoncé dernièrement, la ville hôte des prochains Jeux Olympiques d'été doit enterrer ses câbles électriques et faire disparaître les innombrables poteaux qui les soutiennent (voir notre article "Tokyo câblé"). Elle a pour ce faire, missionné la désormais tristement célèbre compagnie TEPCO de procéder aux travaux nécessaires pour se débarrasser des ses verrues disgracieuses. Un projet à 6,4 milliards d'euros.

    "Le gouvernement et le public pensent que le Japon a trop de poteaux électriques et de câbles par rapport à d'autres pays et se demandent quel est le problème avec le Japon?", a déclaré Makoto Imabeppu, responsable de l'unité de réseau électrique de Tepco.

    Il y a presque autant de poteaux électriques dispersés à travers le Japon qu'il y a de cerisiers - environ 35 millions - et une promenade dans n'importe quelle ruelle vous emmènera sous un réseau de câbles aériens maintenus plus haut avec des pieux en béton, en acier ou en bois. La situation a soulevé bien des critiques, le développement de la ville dans ce domaine étant très loin derrière Paris, Londres et Hong Kong, où 100% des lignes électriques sont enterrées sous terre contre seulement 7% dans le centre de Tokyo.

    Mais ce n'est pas seulement une question d'apparence. La gouverneure Koike pense que ces poteaux pourraient encore accentuer les dommages si un grand tremblement de terre frappait Tokyo. Il y a 70% de chance qu'un tremblement de terre de magnitude 7 frappe la zone de la capitale au cours des 30 prochaines années, selon le gouvernement. Koike, qui a connu le tremblement de magnitude 6.9 Kobe en 1995 (qui a tué plus de 6 000 personnes), prévient que les poteaux électriques ont tendance à s'effondrer pendant de gros séismes et à empêcher les véhicules d'urgence de passer, ce qui avait provoqué de grands incendies dans la ville.

    "Des câbles souterrains coûtent 10 fois plus que les lignes au-dessus du sol", a déclaré Imabeppu de Tepco. "C'est l'un des problèmes majeurs pour nous."

    Le gouvernement de Tokyo prévoit de commencer des travaux pour enterrer 916 kilomètres de câbles aériens à partir de mars 2019. Placer un kilomètre de câbles sous terre coûte environ 530 millions de yens (4,48 millions d'euros), selon une estimation du ministère des Territoires du Japon.