Randoseru, les cartables "officiels" des écoliers japonais

mardi 21 mars 2017 / Natsumi Ito

Aujourd'hui 21 mars, c'est la journée des randoseru au Japon. Le mot est d'origine néerlandaise (ransel) et signfie "sac à dos". Un sac à dos qui trouve son origine dans l'histoire militaire des Pays-Bas, puis plus tard du Japon.

[Pourquoi le 21 mars est le jour des randoseru ? Parce que 21/3 = 2+1+3 = 6, et 6 correspond aux nombres d'années qu'un enfant passe à l'école primaire et donc utilise ledit cartable ! Bon, ça marchait aussi avec le 4 février ou le 11 avril non ?]

Les randoseru sont effectivement les cartables utilisés par une écrasante majorité des enfants inscrits dans les écoles primaires au Japon.

Il s'agit d'un sac à dos rigide en cuir ou en matière synthétique. Il mesure environ 30 cm de haut, 23 cm de large et 18 cm d'épaisseur, et inclut des matières plus douces pour les parties en contact avec le corps. Un randoseru vide pèse environ 1,2 kg. Les couleurs traditionnelles du randoseru sont le rouge pour les filles et le noir pour les garçons.

Objet de grande qualité, le randoseru coûte cher, très cher. Un sac neuf en cuir coûte de 30,000 yens à 150,000 yens (de 200 euros à 1,200 euros), le prix moyen se situant autour de 50,000 yens (400 euros).

Le randoseru, au même titre que l'uniforme, fait partie de la panoplie de tout écolier au Japon. Même si les écoles aux règles moins strictes (pas d'uniforme par exemple) se multiplient, il reste le sac préféré des parents et des enfants.