Japan Police #5 : Les faits divers de la semaine au Japon

vendredi 17 mars 2017 / Inspecteur Kobayashi

Parce que le Japon n'est pas un pays comme les autres, les faits divers qui s'y passent sont souvent sordides. Chaque semaine Japan Police vous raconte les plus significatifs, ceux qui ont fait la une des médias nippons.

La leçon de ce cinquième numéro, on fait de "drôles" de rencontres quand on est lycéen au Japon.


La police de Chiba recherche un homme qui met ses doigts dans la bouche de lycéens depuis l'été dernier

Depuis août 2016, la police de la ville de Chiba cherche un homme qui a agressé des garçons, collégiens et lycéens, en insérant soudainement son doigt dans leur bouche.

Dans chacun des huit cas rapportés jusqu'ici, l'homme aurait arrêté un étudiant sur le chemin du retour entre 19 et 21 heures. Il leur posait une question comme «Où est la gare ?» Et à un moment donné pendant la conversation, il insérait son doigt dans leur bouche. Quelques instants plus tard, il repartait sur son vélo.

Cette histoire a interpellé la police et les habitants de la ville. Sur les réseaux sociaux, les commentaires ne manquent pas :

"C'est un pervers expert."
"C'est louche…."
"Je pense que j'essaierais de le mordre, mais j'aurais peur de ce qui arriverait après l'avoir mordu."
"C'est comme une sorte de yokai."
"Oh oui. Je suis sûr que s'il était beau, ces gars ne se seraient pas plaints. "
"Assurément, il existe des pervers de tous les genres."

Bien qu'il n'y ait eu aucun signalement de blessure ou de tentative d'enlèvement dans ces cas, la police de Chiba rappelle à tout le monde dans le quartier d'Inage de rester en alerte. L'agresseur est décrit comme un jeune homme d'environ 1m70 avec des cheveux noirs courts.


Il tue un inconnu dans un parc dans le seul but de se faire arrêter

Un homme de 32 ans qui a battu un inconnu à mort à l'extérieur des toilettes d'un parc de la ville d'Oiso, dans la préfecture de Kanagawa, a déclaré qu'il l'avait fait pour être arrêté.

Selon la police, le suspect, Yu Goto, un soi-disant employé de bureau, a attaqué un homme de 44 ans, qu'il ne connaissait pas avec un tuyau en métal lorsqu'il sortait des toilettes du parc Oisojoyama juste après 18 heures ce lundi 13 mars. Goto s'est ensuite rendu vers un téléphone public situé devant un commissariat de police à environ 900 mètres du parc, a appelé 110 (le numéro de Police secours, ndlr)  et a dit qu'il venait de tuer un homme.

La victime, Tomoyoshi Yoshikawa, a été emmenée à l'hôpital avec le crâne écrasé et a été déclarée morte à son arrivée.

D'après la police, Goto a affirmé qu'il ne connaissait pas la victime et qu'il voulait juste tuer quelqu'un afin qu'il puisse être arrêté.


Le corps d'un nouveau-né prématuré abandonné à Disneyland

Le corps d'un nouveau-né a été retrouvé jeudi après-midi dans un centre de traitement des eaux usées du parc d'attractions Tokyo Disneyland, à proximité de Tokyo.

La police soupçonne que l'enfant, de la taille d'une paume de la main, est né dans les toilettes du parc et qu'il a été jeté par la suite. Un technicien du parc a trouvé le corps dans une zone de filtrage couverte dont l'accès n'avait pas été forcé peu après 13h.

L'installation traite non seulement les eaux usées des zones accessibles aux visiteurs, mais également celles accessibles par les travailleurs du parc à thème.


Un éléphant ça trompe énormément

Un éléphant a frappé son dresseur avec sa trompe et l'a tué dans le parc d'Adventure World dans la préfecture de Wakayama dimanche dernier.

Wichai Madee de Thaïlande lavait l'éléphant indien de 3,5 tonnes avec un collègue lorsque l'animal géant a balancé sa trompe et l'a frappé.

"L'animal était certainement en colère. Il a balancé trompe et a heurté son soigneur", a déclaré un porte-parole de la police à l'AFP.

"La personne a apparemment été projetée vers les parois de la cage ou le sol et s'est cognée la tête."

Le dresseur de 37 ans a été emmené à l'hôpital mais il est décédé plus tard, a indiqué la police.

L'incident s'est produit à 9h15 avant l'ouverture du parc au public.


La police de Tokyo recherche un homme qui a baissé la culotte d'une lycéenne

La police métropolitaine de Tokyo cherche à obtenir l'aide du public pour localiser un suspect qui a enlevé par la force les sous-vêtements d'une écolière dans le quartier d'Adachi.

En septembre, le suspect a saisi la jeune fille par derrière à l'entrée d'un immeuble d'habitation et a enlevé ses sous-vêtements tout en caressant son corps. Il a ensuite fui la scène.

Dans un clip vidéo publié en ligne, le suspect est montré en train de marcher dans la zone de l'agression peu de temps avant. Vraisemblablement âgé d'une trentaine d'années, il est montré portant une chemise blanche et portant une sacoche. Sa taille est estimée à environ 1,70 mètre.


Ils tuent un homme et l'enterrent dans le béton

La police de la préfecture de Kanagawa a arrêté cinq personnes dans l'affaire de l'abandon du corps d'un homme disparu sous un bureau dans la ville d'Atsugi.

La police a accusé Mitsuhiro Kugino, Ryuta Akino, 23 ans, et trois autres d'avoir enterrer le corps de Hajime Kashiwazaki, un peintre de 27 ans vivant dans la ville de Sagamihara, sous le plancher du bureau d'une entreprise de construction.

Selon la police, Kashiwazaki (la victime) est retourné chez lui avec des membres de sa famille vers minuit le 10 janvier. Il est ensuite allé garer son véhicule dans un terrain voisin. C'est la dernière fois qu'il sera vu vivant.

Le véhicule de Kashiwazaki a été retrouvé plus tard dans le parking d'un gymnase dans la ville d'Aikawa, situé à environ sept kilomètres de sa résidence. Une tache de sang trouvée dans le siège arrière s'est révélée correspondre au profil ADN de Kashiwazaki. Une partie d'un siège avait aussi été brûlée.

Un témoin a dit qu'il a vu plusieurs hommes rassemblés autour du véhicule de Kashiwazaki dans le parking près de sa maison le soir où il a disparu. La police soupçonne que la victime a ensuite été enlevée et battue.

Le 27 février, le corps de Kashiwazaki a été trouvé enterré dans le béton sous le bureau de l'entreprise de construction. Les résultats d'une autopsie ont révélé que la cause de la mort était une perte de sang consécutive à une entaille dans l'artère fémorale.

Aucun des cinq suspects n'a pour l'heure commenté les accusations. Néanmoins, la police enquête déjà sur d'autres histoires de meurtres survenues dans la région et toujours non élucidées pour savoir si les cinq hommes peuvent y avoir une quelconque responsabilité.