Harmonie et partage du cœur, les fondements de la culture japonaise

mercredi 15 mars 2017 / Dany Cailleaux

La paix à tout prix

Le Japon est un pays où l’agriculture est une véritable tradition. La survie de ses habitants dépendait jadis de leurs efforts communs dans la culture des rizières et des champs. Contrairement aux sociétés pratiquant la chasse et érigeant en culte ceux qui seront suffisamment forts pour les nourrir, pas de place ici pour l’individualisme. L’esprit de communauté est le seul en mesure d’assurer leur salut. Dans un milieu aussi fermé, les Japonais avaient donc tout intérêt à éviter tout conflit quel qu’il soit.

Il s’agit de l’une des caractéristiques fondamentales de la société nippone. Elle demeure de nos jours encore dominante. Elle est à la base de cette habitude qu’ont les Japonais de ne pas exprimer leur opinion de front ou de favoriser la pensée unique. Une attitude que bien des Occidentaux peinent à comprendre. Ils la qualifient d'ailleurs  souvent d’hypocrisie.

Cette valeur essentielle se nomme « Wa » (和) et signifie tout simplement « harmonie », un terme qui deviendra d’ailleurs le premier nom que portera le Japon. En effet, il fut tout d’abord baptisé Yamato (大和), lecture issue de la combinaison de deux caractères : grand (大) et harmonie (和). Soit le pays de la grande harmonie.

Dissimuler son sentiment, est-ce de l'hypocrisie ?

Dans la langue japonaise, il existe un terme nommé Hairyo (配慮) qui signifie « partager son cœur » . Afin de maintenir le « wa », il est nécessaire de prendre en compte les sentiments et les souhaits de la personne qui nous fait face. Si cette dernière éprouve un désir différent du notre, il faudra alors tout mettre en œuvre pour éviter la confrontation. Voire, dans les pires cas, rechercher une solution intermédiaire.
Les étrangers comprennent difficilement cet aspect culturel. Ils possèdent dans leurs mœurs le besoin de parler franchement, tandis que leurs homologues japonais fuiront volontiers une éventuelle conversation. Il est cependant  important de réaliser qu’il ne s’agit en aucun cas d’hypocrisie. En effet, cette attitude témoigne du mépris envers l’autre et nous apporte avantage.  Le concept d’Hairyo, lui, exprime un profond respect pour autrui quitte à s’amoindrir soi-même.