Le Japon se dirige lentement vers le tout non-fumeur

jeudi 2 mars 2017 / Mehdi Elhani

Il était temps !

Le Japon a depuis longtemps un double discours étonnant en matière de lutte contre le tabagisme. D'un côté, les jeunes sont protégés et il faut impérativement avoir plus de 20 ans pour pouvoir acheter des cigarettes. Les distributeurs automatiques qui en vendent nécessitent d'ailleurs l'utilisation d'une carte délivrée par les autorités aux seules personnes majeures.

Aussi, de plus en plus de municipalités interdisent de fumer en marchant ou statique dans la rue, ou alors dans des zones clairement délimitées où sont installées des cendriers géants.

D'un autre côté, les restaurants ont encore bien souvent des zones fumeurs, et ces dernières empiètent très largement sur leurs voisines non-fumeurs. Les petits restaurants de yakitori et les izakaya notamment sont littéralement enfumés. Une sensation particulière pour les touristes français qui ne sont plus habitués à cela depuis une dizaine d'années.

Alors, pourquoi interdire de fumer dans des lieux extérieurs et l'autoriser dans d'autres fermés ?

Une fois de plus, les Jeux Olympiques de Tokyo prévus en 2020 et le boom touristique que traverse actuellement le pays, vont servir à faire bouger les lignes de ce débat.

Le ministère de la santé a pour objectif de présenter un projet de loi à la Diète rapidement pour accélérer le passage au tout non-fumeur. Les débats s'annoncent d'ores et déjà difficiles à cause des membres du Parti libéral-démocrate qui réclament que le tabagisme soit autorisé dans tous les petits restaurants.

S'il devrait donc devenir impossible de fumer dans les restaurants de grande taille, les bars et autres izakaya avec une superficie inférieur à 30 mètres carrés pourraient bien être exemptés.

En effet, pour les professionnels du secteur, il est important de dissocier les établissements grand public et ceux destinés à une clientèle plus adulte qui vient consommer de l'alcool en dinant. Une argument non recevable pour le ministère de la santé qui a rappelé son intention de ne pas faire d'exceptions pour eux, car selon lui, ils sont également fréquentés par des familles et des touristes.

Le Japon a longtemps été connu comme un paradis pour les fumeurs et le gouvernement détient toujours une part importante de la compagnie Japan Tobacco (qui avait jadis le monopole), qui détient la majeure partie des marques de cigarettes du Japon.