Le Japon connaît une inquiétante hausse des cas de syphilis

mardi 10 janvier 2017 / Charlotte Meyer

Le Japon est un pays qui a longtemps fermé les yeux sur les maladies sexuellement transmissibles. Jusqu'alors relativement épargné par les épidémies de SIDA, l'augmentation du nombre de touristes étrangers et des changements dans la sexualité des jeunes japonais sont en train de changer la donne pour une maladie qu'on pensait disparue des pays développés depuis des décennies, la syphilis.

Selon des données basées sur des rapports déposés par des hôpitaux à travers le Japon, le nombre de patients atteints de la maladie a atteint 4,259 au début du mois de décembre, soit 77% d'augmentation par rapport au 2,412 dans la période correspondante un an plus tôt, et plus de sept fois plus qu'il y a dix ans.

Les Japonais ne sont pas très sensibles aux campagnes, il faut dire, peu invasives dans les médias pour le port des préservatifs. Ainsi, ils sont très nombreux à avoir des rapports non protégés, même avec un partenaire d'un soir. De plus, la syphilis est une maladie qui peut également se transmettre à l'occasion de sexe oral, et les hétérosexuels semblent être les plus touchés par cette hausse des cas. Chose surprenante, les cas de transmission de mère à l'enfant ont également augmenté.

Les infections sont particulièrement fréquentes dans le quartier de Shinjuku à Tokyo où de nombreux établissements de "divertissement" sont installés. Le nombre de patients atteints de syphilis déclarés par les hôpitaux de la municipalité représentant 40% du total de Tokyo et 20% des cas dans tout le Japon. Des données que les autorités japonaises prennent très au sérieux et comptent bien faire diminuer d'ici aux Jeux Olympiques en 2020.