Jésus-Christ serait mort et enterré au Japon après y avoir vécu jusqu'à l'âge de 106 ans

samedi 24 décembre 2016 / Vincent Ricci

Tout d'abord, permettez-nous de vous souhaiter de très bonnes et heureuses fêtes de Noël.

Le titre de cet article peut prêter à sourire et faire penser à une blague mais en réalité il est aussi sérieux que fantaisiste. 

 

Dans la préfecture d'Aomori au nord du Japon, la ville de Shingō abrite un site totalement improbable, la tombe du Christ. D'après la légende, Jésus aurait vécu au Japon entre ses 21 et 33 ans avant de rentrer en Judée. Condamné à mort à son retour, c'est en réalité son frère (?) Isukiri qui aurait été crucifié à sa place. Revenu au Japon, il aurait vécu dans la village d'Herai, principalement de l'agriculture, jusque'à l'âge de 106 ans. Il se serait marié avec une sainte femme nommée Myuko et aurait eu trois filles dont les descendants sont certains habitants du village de Shingō.

Le nom de ce frère, Isukiri (イスきり), est très proche de celui du Christ en japonais Iesu Kirisuto (イエス・キリスト).

D'après les écriteaux disposés près de la tombe, cette biographie serait en fait une autobiographie. Un témoignage retranscrit de la bouche du Christ lui-même. 

Le 6 juin 2004, l'Ambassadeur d'Israël au Japon s'est rendu sur les lieux et une stèle a été déposée pour symboliser l'amitié entre les villes de Jérusalem et la ville de Shingo où se trouve la dépouille du seigneur des Chrétiens.

Difficile de donner du crédit à cette histoire de tombe du Christ (et de son frère, dont la dépouille est enterrée juste en face) au Japon. Vraisemblablement, on a plutôt affaire à ici à un cimetière de missionnaires chrétiens venus au Japon au 16e siècle. Pour autant, certaines pistes laissent penser autrement. Lisez l'intégralité de l'article Wikipédia consacré à "ce" Jésus-Christ du Japon dont voici un extrait.

En 1935, Koma Takenouchi, un prêtre shintoïste de la préfecture d'Ibaraki, affirma avoir découvert dans la bibliothèque de sa maison familiale un document supposé être le testament de Jésus-Christ. D'après ce document prétendu antique, non seulement Jésus-Christ de Shingō aurait habité à Herai (l'ancien nom de Shingō), mais aussi les deux tombes concernant lui-même et sa famille pourraient être trouvées à proximité du village. D'après Takenouchi, lorsqu'il réalisa la signification de sa découverte, il visita le village avec le cinéaste Banzan Toya qui donnait du crédit aussi à la légende du Jésus mort au Japon. Avec le maire du village de Shingo Denjiro Sasaki, ils « localisèrent » les tombes correspondant à deux monticules (appelées pyramides) dans le cimetière de famille de Sawaguchi le 10 octobre 1935. Après la traduction du document en japonais moderne, Takenouchi et Toya affirmèrent que ces monticules correspondent aux tombes de « Daitenku Taro Jurai » et à celle des reliques de son frère « Isukiri » ou Isus Chri (en japonais : イスキリ) et de leur mère, la Vierge Marie (une oreille d'Isukiri et une mèche de cheveux de Marie). Une copie du manuscrit est exposée au musée de Shingō mais l'original, saisi pendant la guerre car il contenait aussi des critiques du régime impérial, a brûlé dans l'incendie qui détruisit le tribunal de Tokyo.

Pour terminer, nous vous proposons de découvrir le reportage réalisé par Chris Broad, un jeune britannique installé au Japon depuis 4 ans et qui est devenu l'un des "Youtubeurs Japon" les plus populaires. Il nous emmène sur la tombe du "Christ" avec le ton léger et décalé qui caractérise ses vidéos.