Halloween, un nouveau matsuri japonais ?

lundi 31 octobre 2016 / Phoebé Leroyer

Une fête commerciale…

Bien loin d'être une occasion de rendre hommage aux morts, les Japonais ayant les festivités d'Obon pour cela au mois d’août, Halloween, comme la Saint-Valentin, fait partie de ces fêtes importées d'Occident qui connaissent d'incroyables recettes commerciales au Japon.

Avec les ventes de costumes, goodies, et nourriture aux couleurs de la fête celtique, cet événement de fin d'octobre rapporterait en moyenne 120 billions de yens par an, un chiffre d'affaires faramineux généré par 20 % de la population si l'on en croit Yasushi Senoo, analyste chez Mitsubishi Bank. Et la fête semble faire de plus en plus d'adeptes chaque année !

En effet, selon un sondage réalisé le mois dernier par le groupe marketing Micromil sur les habitudes de consommation des Japonais au moment de Halloween, 64 % des sondés âgés de 15 à 49 ans, avouait dépenser annuellement plusieurs milliers de yen à cette occasion, soit 10 % de plus qu'il y a 10 ans. Parmi eux, les jeunes de moins de 30 ans représentaient la moitié des consommateurs, avec un budget moyen de 5,000 yens par personne (environ 48 euros).

Il faut dire que le Japon voit les choses en grand à cette période de l'année : décorations et promotions dans les magasins ; friandises à foison ; menu à l'effigie de Jack O'Lantern dans les restaurants ; ou encore émissions télévisées sur le thème de l’effroi, tout est bon pour vous rappeler qu'Halloween approche à grand-pas, et ce dès le début du mois de septembre !

HalloweenDeco halloween 6 (1)

De l'orange, du noir, du violet… Halloween est partout !

HalloweenDeco halloween 6 (7) HalloweenDeco halloween 6 (6) HalloweenDeco halloween 6 (5) HalloweenDeco halloween 6 (4) HalloweenDeco halloween 6 (3) HalloweenDeco halloween 6 (2)

Même les compagnies ferroviaires jouent le jeu et proposent à leurs passagers de prendre place dans des wagons ''hantés'' où des concours de déguisement sont parfois organisés, à l'image du concours de cosplay de la ligne Toyoko à destination de Shibuya.

Mais ce qui symbolise le plus Halloween au Japon reste les nombreux événements qui ont lieu un peu partout dans les grandes villes du pays : soirées costumées dans les bars et les clubs, parades dans les rues des grosses métropoles, Halloween est avant tout ici un événement destiné aux adultes où l'alcool et l'euphorie sont les maîtres mots des festivités.

C'est pourquoi, les gros quartiers de Tokyo se voient chaque année pris d’assaut par une horde de zombies, infirmières et autres Jack Sparrow venus de toute la région du Kantō pour célébrer comme il se doit le dernier week-end d'octobre. À Shibuya, ce n'est pas moins de 100,000 personnes qui se retrouvent annuellement pour défiler le long de la célèbre rue Sentagai, et en 2015, la parade de Roppongi, connu comme étant LE quartier de nuit de la capitale, avait accueilli jusqu'à 98,000 spectateurs selon les organisateurs du défilé.

(Vidéo : Shibuya le 29 octobre 2016… même pas peur ! (source : Tokyo Fashion-Youtube))

À Kobe, le Yamaguchi-gumi, la plus grande famille de Yakuza du pays, organise même son propre événement, à destination des enfants cette fois-ci : une distribution annuelle de bonbons ! Très attendu par les enfants de la ville, la distribution n'avait malheureusement pas pu avoir lieu l'année dernière à cause de tensions entre le Yamaguchi et d'anciens membres de l'organisation.

Si on compte désormais Halloween comme l'un des plus grands événements commerciaux du Japon, ce n'est pas un hasard. À l'origine de la vulgarisation de la fête sur l'archipel, une institution américaine elle aussi très orientée vers le marketing : Tokyo Disneyland.

Avec une parade sur le thème de Halloween à chaque automne depuis l'an 2000, Tokyo Disneyland attire chaque année de plus en plus de visiteurs venus voir Mickey et ses amis déambuler dans le parc redécoré pour l'occasion.

Peluches habillées en magicien, cosmétiques de la franchise aux couleurs de Halloween, nourritures à l'effigie de la fête, ou encore attractions spécialement revisitées pour l'occasion, c'est tout un univers mignon et enchanteur que propose Disney aux Japonais de mi-septembre à octobre.

Le petit plus de la maison ? La possibilité pour les adultes de se glisser dans la peau de leur personnage préféré pendant les premières et dernières semaines de la ''saison de l'horreur'' du parc, de quoi ravir les amoureux de la franchise.

HalloweenTokyo Disney 1 (8)

Mignon et peu effrayant, Halloween version Tokyo Disneyland (source : Tokyo Disneyresort.jp)

HalloweenTokyo Disney 1 (7) HalloweenTokyo Disney 1 (6) HalloweenTokyo Disney 1 (5) HalloweenTokyo Disney 1 (4) HalloweenTokyo Disney 1 (3) HalloweenTokyo Disney 1 (2) HalloweenTokyo Disney 1 (1)

Fête occidentale et ultra-commerciale, Halloween a été adoptée par les Japonais qui semblent désormais lui accorder une signification allant bien au-delà de l'aspect marketing. Emblème de la culture urbaine japonaise du XXIe siècle, l’événement prendrait aujourd'hui des airs de matsuri.

…ou un événement culturel majeur ?

Tous les Japonais et expatriés de longue date vous le diront : il y a encore dix ans, Halloween n'était pas populaire au Japon.

« Quand je suis venu au Japon pour la première fois en 2001, Halloween n'était rien. Rien du tout. Maintenant il est fêté plus que jamais et les Japonais le réinterprètent à leur sauce » (Brian Ashcraft, auteur et blogueur américain).

Si cette fête a alors réussi à gagner le cœur des Japonais en moins d'une décennie, c'est avant tout à un phénomène de réadaptation culturelle qu'elle le doit.

En effet, Halloween a tout d'abord su s'adapter aux codes sociaux en vigueur : exit le porte à porte pour quémander des bonbons, qui peut paraître malpoli dans une culture où déranger l'autre s'apparente à une véritable phobie ; exit l'héritage celte voulant que Halloween soit un jour dédié à la communion des morts, qui ferait doublon avec Obon ; ici on ne conserve que l'art du déguisement et la tradition du défilé, deux éléments qui s'intègrent parfaitement à la culture japonaise.

Là où Noël et la Saint-Valentin, deux fêtes occidentales qui connaissent elles aussi d'importantes retombées économiques sur l'archipel, se célèbrent en petit comité, Halloween a cette capacité à rassembler les foules. Perçue comme une occasion de se retrouver entre amis ou en famille, la fête de l'horreur a su répondre aux valeurs de partage et de vivre ensemble qui cimentent les cultures de groupe : on se déguise ensemble, on défile ensemble, et on s'amuse ensemble.

Bien plus qu'une opération marketing, Halloween se présente donc comme un véritable événement de sociabilité.

Si la fête est tout à fait compatible avec les mœurs locales, elle joue néanmoins sur les deux tableaux : par le déguisement, elle offre, le temps d'une soirée, la possibilité d'exercer son individualité et de prendre ses distances avec les règles sociales.

Dans une société où l'uniforme à l'école et le costume au bureau renforcent le sentiment d'appartenance à un groupe, le cosplay apparaît ainsi comme un acte libérateur et salutaire pour se démarquer du lot. En effet, comme le rappelle la sociologue française Joelle Nouhet,

« Le Kosupure nippon a plusieurs fonctions : celle liée à l’ambiance festive du carnaval et au relâchement temporaire des règles et des statuts sociaux ; le droit de flirter avec les limites de l’acceptable voire de l’interdit au quotidien ; la liberté d’apparaître, de ressembler, de se sentir, pour un moment, autre que l’image que l’on donne d’habitude de soi-même ».

C'est pourquoi Halloween a rapidement su conquérir la jeunesse japonaise.

Occasion de se rassembler, réappropriation des valeurs et des codes de la fête originelle, le Halloween japonais se présente aujourd'hui comme un véritable matsuri contemporain, véhicule d'une culture japonaise urbaine en constante modification.

Et il pourrait finir par être réellement considéré comme tel avec le temps, le hasard du calendrier jouant en sa faveur ! En effet, situé entre deux périodes de l'année riches en festivals nationaux, l'été avec Tanabata (célébrant la rencontre entre les étoiles Vega et Altair) en juillet et Obon en août, et la fin de l'année avec Shichi-gi-san (en l'honneur des enfants de 3 ans, 5 ans et 7 ans) en novembre et le nouvel an au mois de janvier, Halloween apparaît comme une opportunité de se réunir dans une période creuse en termes de festivités à l'échelle du pays (des matsuri locaux ayant lieu toute l'année).

Fruit de la rencontre entre la tradition locale et les apports culturels occidentaux, le Halloween japonais est donc une fête à part entière qui connaît ses propres codes et symboliques. Pourtant, l'origine occidentale de la fête est difficile à enrayer, et s'impose aujourd'hui comme l'un des obstacles majeurs à la légitimité de ces festivités sur l'archipel.

Un festival qui dérange

Chaque année, une tradition du Halloween nippon est sévèrement décriée : la Yamanote Halloween Party.

Crée en 1990 par un petit groupe d'étrangers, le ''défilé'' de la Yamanote dont le slogan vous incite à « Chanter, parler fort, accoster les voyageurs, partager le pinard et danser tant que votre costume tient en place » déplaît fortement aux nationalistes qui y voit, en plus d'un manque de respect flagrant aux mœurs japonaises, une volonté des Occidentaux de se croire au Japon ''comme à la maison''. C'est pourquoi, les partisans d'extrême droite profitent généralement de ce rassemblement pour exprimer tout le mépris qu'ils peuvent avoir pour la communauté étrangère. En 2009, certains étaient même venus à la rencontre des festivaliers déguisés en militaire, et brandissant des pancartes à tendance raciste : « Dégagez étrangers dégénérés » ; « Nous, Japonais, nous n'avons pas besoin de Halloween ».

Depuis cet incident, la Yamanote Halloween Party est encadrée par la police afin d'éviter les débordements et les déferlements de haine.

Halloweenparade nationaliste (2)

Une parade qui tourne au cauchemar (source : France 24)

Halloweenparade nationaliste (1)

Mais il n'y a pas besoin d'être extrémiste pour reprocher aux festivaliers leur manque de civilité. À Tokyo, des brigades de volontaires s'organisent chaque année pour nettoyer les rues le lendemain des festivités, et n'hésite pas à moucher les fêtards sur les réseaux sociaux en postant des photos de leurs immondices afin de les faire culpabiliser. Un bon moyen donc, de rappeler à la collectivité que les règles de savoir-vivre ne doivent pas disparaître sous le déguisement.

Halloween- dechets

La culpabilité du lendemain de fête (source : tofugu.com)

Sources

Articles et livres

ASHCRAFT Brian, Halloween became a thing in Japan. Kotaku.com, 2016. [En ligne] à l'URL: http://kotaku.com/how-halloween-became-a-thing-in-japan-5954768

FRANCE 24, Pas d'Halloween pour les ''étrangers dégénérés''. France24.com, 2009. [En ligne] à l'URL: http://observers.france24.com/fr/20091103-halloween-etrangers-degeneres-yamanote-japon-nationaliste-manifestation-metro

JAPAN RAIL PASS, Halloween Trains in Japan. JapanRailPass.com. [En ligne] à l'URL : https://www.japan-rail-pass.com/japan-by-rail/travel-tips/halloween-trains

KODERA Atsushi, Let's discuss Halloween in Japan. Japantimes.co.jp, 2015. [En ligne] à l'URL: http://www.japantimes.co.jp/life/2015/11/09/language/lets-discuss-halloween-japan/#.WA9Re-CLTIV

MA Alexandre, Local Gang Cancels Its Halloween Celebration In Kobe, Japan. Huffingtonpost.com, 2015. [En ligne] à l'URL : http://www.huffingtonpost.com/entry/japanese-yakuza-gang-cancelshalloween_us_562e7154e4b06317990ecb26

NEWS ON JAPAN, Halloween budgets average 5,000 yen in Japan : survey. NewsOnJapan.com, 2016. [En ligne] à l'URL:  http://newsonjapan.com/html/newsdesk/article/117913.php

NOUHET- ROSEMAN, Joëlle, « Mangamania et Cosplay », Adolescence, n°53, 2005, p 659-668. [En ligne] à l'URL: https://www.cairn.info/revue-adolescence-2005-3-page-659.htm

SPACEY John, 2016 Shibuya Halloween. JapanTalk.com, 2016. [En ligne] à l'URL: http://www.japan-talk.com/jt/new/shibuya-halloween

SUZUKI Mami, Halloween in Japan, how Japan made Halloween their own… then, ruined it for everybody. Tofugu.com, 2014. [En ligne] à l'URL: https://www.tofugu.com/japan/halloween-in-japan/

TANAKA Michiaki, Why Do Japanese People Love Halloween So Much ?. Toyokeizai.net, 2015. [En ligne] à l'URL: http://toyokeizai.net/articles/-/87509

VON LANKEN Kyle, Halloween in Japan : What's different ? What's not ?. Gajinpot.com, 2015. [En ligne] à l'URL: https://blog.gaijinpot.com/halloween-in-japan/

Sites

Tokyo Disneyland

Tokyo-Solamachi

→ Tokyo Fashion [Vidéo : Halloween Costume Street Party 2016]