• La sexualité en berne des Japonais inquiète le gouvernement

    mercredi 21 septembre 2016 / Charlotte Meyer

    Peut-être avez-vous lu ces derniers jours des articles faisant état d'un nombre impressionnant de trentenaires japonais toujours vierges. Au-delà de l'aspect qui peut prêter à sourire (ou à pleurer), cette situation est belle et bien préoccupante et inquiète jusqu'aux plus hautes sphères de l'état nippon.

    Les défis démographiques du Japon sont bien connus: la moyenne d'âge de sa population est la plus élevée au Monde et son taux de natalité est au plus bas. Et il semble que malgré les efforts du gouvernement pour encourager le mariage et l'éducation des enfants, la tendance ne soit pas à l'amélioration.

    Selon le Japan Times, une nouvelle enquête réalisée auprès de Japonais de 18 à 34 ans a révélé que 70% des hommes célibataires et 60% des femmes célibataires (comprendre non mariés) ne sont pas dans une relation sérieuse. Mais il y a pire: environ 42% des hommes et 44,2% des femmes de cette tranche d'âge ont admis être vierges. Un paradoxe (ou pas) dans une société où la pornographie en est encore à son âge d'or. On peut évidemment trouver de nombreuses raisons banales à cette libido apathique. Des rythmes de travail effrénés, de longs temps passés dans les transports, etc. D'une manière générale, les hommes japonais aiment les femmes. Certains ne savent simplement pas comment les aborder, et la réciproque est identique.

    L'étude est réalisée par "l'Institut national de la population et des recherches de la sécurité sociale" tous les cinq ans. L'organisation a noté une tendance marquée depuis sa première incursion sur les questions de relations et le sexe en 1987. Cette année-là, elle constatait que 48,6% des hommes et 39,5% des femmes interrogées étaient célibataires. En 2010, 36,2% des hommes et 38,7% des femmes dans la tranche 18-34 ans disaient être vierges.

    Le gouvernement japonais du Premier ministre Shinzo Abe a dit qu'il souhaitait voir augmenter le taux de fécondité de la nation de 1,4 à 1,8 en 2025. Parmi les mesures mises en place, de meilleurs services de garde d'enfants et des incitations fiscales pour les couples mariés. Pour l'heure, ces programmes n'ont pas encore porter leurs fruits au niveau des statistiques.

    La plupart des personnes interrogées a répondu vouloir se marier à un moment donné, sans savoir quand exactement.

    L'enquête a en outre révélé une statistique surprenante. Pour la première fois, la proportion de femmes qui retournent au travail après avoir eu leur premier enfant a dépassé les 50%. Une petite révolution dans cette société japonaise très machiste.